Extension Factory Builder

Fethi Benslama : "La barbarie peut très vite prendre le dessus"

10/02/2012 à 09:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le psychanaliste tunisien Fethi Benslama, à Paris. Le psychanaliste tunisien Fethi Benslama, à Paris. © Vincent Fournier/J.A.

L'auteur de "Soudain la révolution !"* décrypte les ressorts de la violence post-révolutionnaire au Maghreb.

Jeune Afrique : En Égypte comme en Tunisie, la multiplication des actes de violence provoque un fort sentiment d'insécurité. Est-ce propre à toute période postrévolutionnaire ?

Fethi Benslama : Dans les États policiers, l'expression des conflits est contenue par la répression. Aujourd'hui, ces conflits éclatent au grand jour et au sein d'une population qui n'est pas habituée à la médiatisation. Par ailleurs, elle n'a pas appris à exprimer ses différends, comme c'est le cas en Occident, dans le cadre de certaines limites. Elle le fait donc de façon violente. À cela s'ajoutent des manipulations politiques de tout bord, qui font que l'on peut être amené à laisser une partie de la population en intimider une autre, pour répondre à certains intérêts, ce qui est très dangereux. Si on laisse pourrir la situation, on peut s'attendre à de graves passages à l'acte. C'est pour cela qu'aucun crime ne doit rester impuni. Il faut juger immédiatement, faire appliquer la loi.

Comment une société peut-elle apprendre à gérer ces conflits ?

Cela demande du temps. Il faut redonner toute sa place à la parole, à la négociation. On pourrait, par exemple, nommer des médiateurs qui iraient au contact de la population et feraient remonter l'information. Mais il faudra sans doute des années pour que le lien social se rétablisse et pour installer une véritable culture démocratique, où le dialogue occupe une place centrale.

La révolution a également entraîné une rébellion généralisée contre toute forme d'autorité...

Évidemment, et c'est en particulier le cas à l'égard de l'appareil sécuritaire, qui était l'un des instruments de la répression et qui est aujourd'hui mis en accusation. Les forces de l'ordre ont peur d'être prises à partie. Elles sont donc dans l'attente vis-à-vis de leur hiérarchie : elles ont besoin d'ordres précis et d'un véritable commandement pour agir. De manière plus générale, pour rétablir la légitimité de l'autorité, il faut absolument sortir du provisoire et du transitoire. La révolution est un processus très violent, qui soumet l'individu à un véritable changement d'identité. S'il est dans l'incertitude, s'il ne sait pas ce qu'il va devenir, le lien social se délite et le climat devient propice à l'explosion de la violence.

Êtes-vous optimiste quant à l'avenir de ces sociétés et à leur capacité à juguler cette violence ?

Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. Je crois qu'il faut être très vigilant et ne pas laisser les extrémismes de toutes sortes gagner du terrain. N'oublions pas que la réalité humaine est profondément pulsionnelle et que ces pulsions doivent être jugulées. La civilisation est très longue à établir. La barbarie peut prendre le dessus en très peu de temps.

_______

Propos recueillis par Leïla Slimani

* Soudain la révolution ! De la Tunisie au monde arabe : la signification d'un soulèvement, éd. Denoël, 2011.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le ra[...]

Une Tunisienne remporte le concours "Miss monde Muslimah" en Indonésie

Une informaticienne tunisienne, Fatma Ben Guefrache, a remporté vendredi en Indonésie l'élection de "Miss monde Muslimah", présentée comme une riposte aux concours de beauté[...]

La Tunisie vote pour sa première présidentielle de l'après-révolution

La Tunisie organise dimanche sa première élection présidentielle pluraliste et espère franchir sans accroc cette nouvelle étape de sa transition vers la démocratie, jusqu'ici[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Fin de campagne présidentielle tendue en Tunisie

La campagne pour le scrutin présidentiel du dimanche 23 novembre s'est achevée en Tunisie dans un climat délétère. Pourtant, selon la Constitution, les prérogatives du chef de[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

GES 2014 : Marrakech se fait capitale mondiale de l'entrepreneuriat

 Chefs d'Etats, grands patrons, ministres, jeunes entrepreneurs... Ils sont tous venus à Marrakech pour participer à la cinquième édition du Sommet Global de entrepreneuriat, la première du[...]

Justice : deux Mauritaniens condamnés à mort pour l'assassinat des touristes français en 2007

Deux Mauritaniens ont été condamnés à mort par la cour d'appel du tribunal de Nouakchott, pour l'assassinat de quatre touristes français en 2007, a-t-on appris mercredi.[...]

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers