Extension Factory Builder

Fethi Benslama : "La barbarie peut très vite prendre le dessus"

10/02/2012 à 09:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le psychanaliste tunisien Fethi Benslama, à Paris. Le psychanaliste tunisien Fethi Benslama, à Paris. © Vincent Fournier/J.A.

L'auteur de "Soudain la révolution !"* décrypte les ressorts de la violence post-révolutionnaire au Maghreb.

Jeune Afrique : En Égypte comme en Tunisie, la multiplication des actes de violence provoque un fort sentiment d'insécurité. Est-ce propre à toute période postrévolutionnaire ?

Fethi Benslama : Dans les États policiers, l'expression des conflits est contenue par la répression. Aujourd'hui, ces conflits éclatent au grand jour et au sein d'une population qui n'est pas habituée à la médiatisation. Par ailleurs, elle n'a pas appris à exprimer ses différends, comme c'est le cas en Occident, dans le cadre de certaines limites. Elle le fait donc de façon violente. À cela s'ajoutent des manipulations politiques de tout bord, qui font que l'on peut être amené à laisser une partie de la population en intimider une autre, pour répondre à certains intérêts, ce qui est très dangereux. Si on laisse pourrir la situation, on peut s'attendre à de graves passages à l'acte. C'est pour cela qu'aucun crime ne doit rester impuni. Il faut juger immédiatement, faire appliquer la loi.

Comment une société peut-elle apprendre à gérer ces conflits ?

Cela demande du temps. Il faut redonner toute sa place à la parole, à la négociation. On pourrait, par exemple, nommer des médiateurs qui iraient au contact de la population et feraient remonter l'information. Mais il faudra sans doute des années pour que le lien social se rétablisse et pour installer une véritable culture démocratique, où le dialogue occupe une place centrale.

La révolution a également entraîné une rébellion généralisée contre toute forme d'autorité...

Évidemment, et c'est en particulier le cas à l'égard de l'appareil sécuritaire, qui était l'un des instruments de la répression et qui est aujourd'hui mis en accusation. Les forces de l'ordre ont peur d'être prises à partie. Elles sont donc dans l'attente vis-à-vis de leur hiérarchie : elles ont besoin d'ordres précis et d'un véritable commandement pour agir. De manière plus générale, pour rétablir la légitimité de l'autorité, il faut absolument sortir du provisoire et du transitoire. La révolution est un processus très violent, qui soumet l'individu à un véritable changement d'identité. S'il est dans l'incertitude, s'il ne sait pas ce qu'il va devenir, le lien social se délite et le climat devient propice à l'explosion de la violence.

Êtes-vous optimiste quant à l'avenir de ces sociétés et à leur capacité à juguler cette violence ?

Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. Je crois qu'il faut être très vigilant et ne pas laisser les extrémismes de toutes sortes gagner du terrain. N'oublions pas que la réalité humaine est profondément pulsionnelle et que ces pulsions doivent être jugulées. La civilisation est très longue à établir. La barbarie peut prendre le dessus en très peu de temps.

_______

Propos recueillis par Leïla Slimani

* Soudain la révolution ! De la Tunisie au monde arabe : la signification d'un soulèvement, éd. Denoël, 2011.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : des milices ont commis des 'crimes de guerre' à l'Ouest, selon Amnesty

Libye : des milices ont commis des "crimes de guerre" à l'Ouest, selon Amnesty

Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International accuse des milices et des groupes armés d'avoir commis "des violations généralisées des droits de l'Homme, y compris des crimes de guerre&[...]

Ton divertissement, ma réalité

C'est une anecdote qu'on m'a racontée à Bruxelles la semaine dernière, qui n'est pas d'une importance planétaire, certes, mais que je tiens à partager avec vous car elle semble dire[...]

Législatives tunisiennes : Nida Tounes remporte le scrutin avec 85 sièges à l'Assemblée

Les résultats officiels des législatives tunisiennes sont tombés dans la nuit de mardi à mercredi. Ils donnent Nida Tounes vainqueur du scrutin.[...]

Maroc : la femme du jihadiste arrêté à Casablanca veut récupérer la garde de ses deux filles

Nabil Rhaba, un Marocain résidant en France avait été interpellé le 15 octobre à l'aéroport Mohammed-V de Casablanca alors qu'il cherchait à embarquer pour Istanbul en compagnie[...]

Les législatives tunisiennes décryptées 3/3 : une élection de BCE au premier tour de la présidentielle ?

Pour conclure une série de trois entretiens, Karim Guellaty et Cyril Grislain Karray, spécialistes en communication politique, évoquent, à la suite de la victoire de Nida Tounes aux[...]

Tunisie : résultats attendus ce soir, Nida Tounes annoncé vainqueur

À quelques heures de la publication mercredi soir des résultats officiels des législatives tunisiennes, Nida Tounes a déjà fait état de sa victoire et Ennahdha a reconnu sa[...]

Mohamed Dayri : "La priorité doit être donnée à l'édification d'un État fort en Libye"

Le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Dayri, prône le dialogue avec les islamistes et les kadhafistes. Interview.[...]

Libye : l'ambassade du Niger assiégée, Niamey dénonce un "incident gravissime"

Des miliciens ont assiégé de lundi à mardi au petit matin l'ambassade du Niger en Libye. Un "incident" qualifié de "gravissime" par les autorités nigériennes.[...]

Les législatives tunisiennes décryptées 2/3 : bipolarisation sur fond de désenchantement démocratique

Karim Guellaty et Cyril Grislain Karray, spécialistes en communication politique, commentent pour "Jeune Afrique", dans un second entretien d'une série de trois, la bipolarisation du paysage politique,[...]

Questions simples sur l'Orient compliqué

La pensée unique a toujours accompagné la bataille, comme un poisson parasite sur le dos d'une baleine. Dans le contexte actuel de guerre ouverte entre l'Occident et l'hydre jihadiste, les interrogations - [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers