Extension Factory Builder

Youssef Amrani : "Le Maroc reviendra un jour dans l'Union africaine"

02/02/2012 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. © Abdelhak Senna/AFP

À l'occasion du Forum de Rabat (25 janvier), consacré à l'intensification des relations entre le Maroc et l'Afrique, Youssef Amrani, ancien secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UPM) et tout nouveau ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, explique la stratégie du Maroc à l'égard du continent.

Jeune Afrique : Quel bilan tirez-vous de la politique africaine du Maroc ?

YOUSSEF AMRANI : Notre principale réussite, c'est d'avoir acquis une connaissance très approfondie des marchés africains et des modes opératoires pour s'implanter sur le continent. Grâce à nos entreprises, qui sont très réactives, nous sommes parvenus à développer sur place des partenariats efficaces et nous avons pu procéder à des échanges d'expertise. La principale entrave qui demeure concerne les instruments financiers. Il faut aujourd'hui trouver des solutions pour mieux garantir le risque et faciliter l'accès des entreprises aux sources de financement.

Un retour du Maroc dans l'Union africaine (UA) est-il envisageable ?

Le Maroc est et restera africain. Nous reviendrons un jour dans l'UA, quand les circonstances qui ont présidé à notre départ auront été revues. Pour autant, notre absence de cette institution n'entrave pas notre politique africaine. Nous appartenons à d'autres groupes régionaux, comme l'Union du Maghreb arabe (UMA, NDLR), et nous sommes observateurs à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Nous sommes conscients aujourd'hui que notre priorité, c'est l'Afrique. C'est d'ailleurs grâce au vote des Africains que nous avons été élu au Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2012-2013.

Le Maroc est une terre d'immigration pour les Subsahariens. Comment gérez-vous ce phénomène ?

Nous refusons de nous en tenir à une approche sécuritaire et au contrôle des frontières. Nous devons lancer des programmes de développement fondés sur la solidarité avec nos amis africains. L'important, c'est de créer suffisamment d'emplois pour nos jeunes, ici comme chez nos voisins. Cette question ne sera pas résolue du jour au lendemain, mais nous y travaillons.

___

Propos recueillis par Leïla Slimani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée[...]

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Maroc : 20 ans de prison pour un pédophile britannique

Robert Bill, un ancien enseignant gallois de 59 ans, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour "enlèvement" et "tentatives de viol" sur mineures.[...]

Maroc : Jesa, dessine-moi un projet

Fruit de l'union entre OCP et l'américain Jacobs, la coentreprise met ses connaissances techniques au service de l'exploitation du phosphate.[...]

Maroc : les islamistes signent une "Charte de la majorité" avec leurs alliés

Le Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement marocain, a signé une charte avec ses alliés afin "d’accélérer les réformes" et[...]

Maroc : Mohamed Fizazi, le salafiste de Sa Majesté

"Je n'ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l'endroit", explique Mohamed Fizazi. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca en 2003, cette[...]

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis[...]

Rachid Benbrahim Andaloussi : "Faire classer Casablanca au patrimoine mondial par l'Unesco"

Lancées à Casablanca en 2009, les journées du patrimoine sont devenues au fil du temps l’un des grands rendez-vous culturels du printemps : 26 000 participants pour la dernière édition[...]

Amine Tazi-Riffi, rattrapé par l'Afrique

Né en Suisse, Amine Tazi-Riffi n'a renoué avec ses origines marocaines qu'après la trentaine. Et a découvert, au passage, un marché prometteur. Depuis, l'ingénieur pilote[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers