Extension Factory Builder

Youssef Amrani : "Le Maroc reviendra un jour dans l'Union africaine"

02/02/2012 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. © Abdelhak Senna/AFP

À l'occasion du Forum de Rabat (25 janvier), consacré à l'intensification des relations entre le Maroc et l'Afrique, Youssef Amrani, ancien secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UPM) et tout nouveau ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, explique la stratégie du Maroc à l'égard du continent.

Jeune Afrique : Quel bilan tirez-vous de la politique africaine du Maroc ?

YOUSSEF AMRANI : Notre principale réussite, c'est d'avoir acquis une connaissance très approfondie des marchés africains et des modes opératoires pour s'implanter sur le continent. Grâce à nos entreprises, qui sont très réactives, nous sommes parvenus à développer sur place des partenariats efficaces et nous avons pu procéder à des échanges d'expertise. La principale entrave qui demeure concerne les instruments financiers. Il faut aujourd'hui trouver des solutions pour mieux garantir le risque et faciliter l'accès des entreprises aux sources de financement.

Un retour du Maroc dans l'Union africaine (UA) est-il envisageable ?

Le Maroc est et restera africain. Nous reviendrons un jour dans l'UA, quand les circonstances qui ont présidé à notre départ auront été revues. Pour autant, notre absence de cette institution n'entrave pas notre politique africaine. Nous appartenons à d'autres groupes régionaux, comme l'Union du Maghreb arabe (UMA, NDLR), et nous sommes observateurs à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Nous sommes conscients aujourd'hui que notre priorité, c'est l'Afrique. C'est d'ailleurs grâce au vote des Africains que nous avons été élu au Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2012-2013.

Le Maroc est une terre d'immigration pour les Subsahariens. Comment gérez-vous ce phénomène ?

Nous refusons de nous en tenir à une approche sécuritaire et au contrôle des frontières. Nous devons lancer des programmes de développement fondés sur la solidarité avec nos amis africains. L'important, c'est de créer suffisamment d'emplois pour nos jeunes, ici comme chez nos voisins. Cette question ne sera pas résolue du jour au lendemain, mais nous y travaillons.

___

Propos recueillis par Leïla Slimani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex