Extension Factory Builder

Youssef Amrani : "Le Maroc reviendra un jour dans l'Union africaine"

02/02/2012 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. © Abdelhak Senna/AFP

À l'occasion du Forum de Rabat (25 janvier), consacré à l'intensification des relations entre le Maroc et l'Afrique, Youssef Amrani, ancien secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UPM) et tout nouveau ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, explique la stratégie du Maroc à l'égard du continent.

Jeune Afrique : Quel bilan tirez-vous de la politique africaine du Maroc ?

YOUSSEF AMRANI : Notre principale réussite, c'est d'avoir acquis une connaissance très approfondie des marchés africains et des modes opératoires pour s'implanter sur le continent. Grâce à nos entreprises, qui sont très réactives, nous sommes parvenus à développer sur place des partenariats efficaces et nous avons pu procéder à des échanges d'expertise. La principale entrave qui demeure concerne les instruments financiers. Il faut aujourd'hui trouver des solutions pour mieux garantir le risque et faciliter l'accès des entreprises aux sources de financement.

Un retour du Maroc dans l'Union africaine (UA) est-il envisageable ?

Le Maroc est et restera africain. Nous reviendrons un jour dans l'UA, quand les circonstances qui ont présidé à notre départ auront été revues. Pour autant, notre absence de cette institution n'entrave pas notre politique africaine. Nous appartenons à d'autres groupes régionaux, comme l'Union du Maghreb arabe (UMA, NDLR), et nous sommes observateurs à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Nous sommes conscients aujourd'hui que notre priorité, c'est l'Afrique. C'est d'ailleurs grâce au vote des Africains que nous avons été élu au Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2012-2013.

Le Maroc est une terre d'immigration pour les Subsahariens. Comment gérez-vous ce phénomène ?

Nous refusons de nous en tenir à une approche sécuritaire et au contrôle des frontières. Nous devons lancer des programmes de développement fondés sur la solidarité avec nos amis africains. L'important, c'est de créer suffisamment d'emplois pour nos jeunes, ici comme chez nos voisins. Cette question ne sera pas résolue du jour au lendemain, mais nous y travaillons.

___

Propos recueillis par Leïla Slimani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex