Extension Factory Builder

Youssef Amrani : "Le Maroc reviendra un jour dans l'Union africaine"

02/02/2012 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères. © Abdelhak Senna/AFP

À l'occasion du Forum de Rabat (25 janvier), consacré à l'intensification des relations entre le Maroc et l'Afrique, Youssef Amrani, ancien secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UPM) et tout nouveau ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, explique la stratégie du Maroc à l'égard du continent.

Jeune Afrique : Quel bilan tirez-vous de la politique africaine du Maroc ?

YOUSSEF AMRANI : Notre principale réussite, c'est d'avoir acquis une connaissance très approfondie des marchés africains et des modes opératoires pour s'implanter sur le continent. Grâce à nos entreprises, qui sont très réactives, nous sommes parvenus à développer sur place des partenariats efficaces et nous avons pu procéder à des échanges d'expertise. La principale entrave qui demeure concerne les instruments financiers. Il faut aujourd'hui trouver des solutions pour mieux garantir le risque et faciliter l'accès des entreprises aux sources de financement.

Un retour du Maroc dans l'Union africaine (UA) est-il envisageable ?

Le Maroc est et restera africain. Nous reviendrons un jour dans l'UA, quand les circonstances qui ont présidé à notre départ auront été revues. Pour autant, notre absence de cette institution n'entrave pas notre politique africaine. Nous appartenons à d'autres groupes régionaux, comme l'Union du Maghreb arabe (UMA, NDLR), et nous sommes observateurs à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Nous sommes conscients aujourd'hui que notre priorité, c'est l'Afrique. C'est d'ailleurs grâce au vote des Africains que nous avons été élu au Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2012-2013.

Le Maroc est une terre d'immigration pour les Subsahariens. Comment gérez-vous ce phénomène ?

Nous refusons de nous en tenir à une approche sécuritaire et au contrôle des frontières. Nous devons lancer des programmes de développement fondés sur la solidarité avec nos amis africains. L'important, c'est de créer suffisamment d'emplois pour nos jeunes, ici comme chez nos voisins. Cette question ne sera pas résolue du jour au lendemain, mais nous y travaillons.

___

Propos recueillis par Leïla Slimani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Le marocain Best Financière entre au capital de l'ivoirien CDCI

Co-leader de la grande distribution en Côte d'Ivoire avec 127 magasins, CDCI accueille à son tour de table son alter-ego marocain Best Financière ainsi que le capital-investisseur Amethis. De quoi doper sa[...]

Maroc : le ministre Abdellah Baha, "boîte noire" du PJD, meurt dans un accident ferroviaire

Le ministre d'État Abdellah Baha est mort dimanche soir dans un accident ferroviaire à Bouznika. Cadre influent du PJD, il était aussi un des plus proches collaborateurs du chef du gouvernement, Abdelilah[...]

Ali Benmakhlouf, libre penseur

Enseignant en France depuis trente-cinq ans, ce natif de Fès aux origines sénégalaises incarne la figure du philosophe-citoyen.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers