Extension Factory Builder

Loi sur les génocides : Sarkozy aussi a un problème de mémoire

30/01/2012 à 11:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Quand les politiques, pardon, les politiciens - la nuance est de taille -, se hasardent à s'emparer de l'Histoire, c'est la foire aux billevesées assurée. Quand, en outre, ils décident de légiférer sur ces questions, alors là... Le Sénat français a ainsi définitivement adopté, le 23 janvier, une loi votée le 22 décembre par l'Assemblée nationale. Désormais, toute personne qui aura nié ou « minimisé de manière outrancière » un génocide « reconnu par la loi » sera passible de 45 000 euros d'amende et de un an de prison. Celui des Arméniens (1915-1916), en l'occurrence, contesté par la Turquie (qui reconnaît cependant des « massacres »), et celui des Juifs, bien entendu (loi Gayssot de 1990, article 9).

Pourquoi les Arméniens et pas les Rwandais, par exemple ? Pourquoi maintenant ? Réponse, dit-on : mesure électoraliste de Sarkozy, qui n'a pas l'air de porter la Turquie dans son coeur et encore moins son Premier ministre, Erdogan. Les 500 000 membres de la communauté arménienne de France sauveront-ils le capitaine « Sarko » du naufrage annoncé pour avril ? L'affaire, si elle se résumait véritablement à cela, ne brille ni par sa moralité ni par son intérêt. On se demande d'ailleurs à quoi servira une telle loi, qui ne doit concerner, chez le pékin français moyen, qu'une infime minorité de hères avinés attablés au zinc d'un troquet à qui il viendrait l'idée de se pencher sur la question un soir de déprime. Quant à hérisser des Turcs pour le moins sourcilleux dès lors que l'on égratigne leur patrie, ce n'est guère plus malin. Réponse du berger à la bergère, au grand dam d'Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères bien seul dans sa lucidité sur ce coup-là, lui qui s'est permis de critiquer cette loi « inopportune » : menace de rupture diplomatique brandie par Ankara, mesures de rétorsions promises à la France et, last but not least, accusation de « génocide » en Algérie lancée par Erdogan. Quand on vous dit que les politiques ne devraient pas se sentir une âme d'historien...

Au-delà de ces joutes verbales indécentes et sans intérêt « historique », pourquoi Sarkozy, dont la mémoire semble bien sélective, se permet-il de faire la leçon aux Turcs ? « La Turquie [...] s'honorerait à revisiter son histoire comme d'autres grands pays dans le monde l'ont fait [...], a-t-il expliqué. On est toujours plus fort quand on regarde son histoire, et le négationnisme n'est pas acceptable. » Il doit le faire exprès... Et le passé colonial de la France ? De la conquête aux indépendances, l'histoire française est jalonnée d'atrocités commises en Afrique comme en Asie (Indochine). De massacres perpétrés à l'encontre de combattants de la liberté, mais aussi de civils, femmes et enfants compris. La guerre du Rif (Maroc), Sétif (Algérie), la « pacification » malgache, le massacre du camp de Thiaroye (Sénégal), la fusillade de Séguéla (Côte d'Ivoire), la répression au Cameroun entre 1955 et 1962, pour ne citer que les plus récents et les plus meurtriers. N'est-ce pas plutôt la France qui, au lieu de vanter les « aspects positifs de la colonisation », s'honorerait de revisiter son histoire, monsieur Sarkozy ? 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers