Extension Factory Builder

Moustapha Niasse : "À mon âge, je ne rêve pas d'être président" du Sénégal

30/01/2012 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Moustapha Niasse, à Dakar, au siège de son parti en décembre 2011. Moustapha Niasse, à Dakar, au siège de son parti en décembre 2011. © YL pour J.A

Longtemps ministre des Affaires étrangères, deux fois Premier ministre et... trois fois candidat à la présidentielle au Sénégal. Le 26 février, Moustapha Niasse portera les couleurs de la coalition de l'opposition Benno Siggil Senegaal.

Il y a cet hélicoptère dont il est fier. Un vaste bureau, une grande maison et des files de gens qui attendent en espérant être reçus. Moustapha Niasse, 72 ans, a l'assurance de celui qui a réussi (ministre des Affaires étrangères du Sénégal sous Senghor, premier Premier ministre de Wade et quelques affaires florissantes dans le secteur privé). En décembre, la coalition Benno Siggil Senegaal a fait de lui son candidat pour la présidentielle du 26 février. Son parti, l'Alliance des forces du progrès (AFP), pèse moins que le Parti socialiste d'Ousmane Tanor Dieng, qui briguait lui aussi l'investiture de Benno, mais Niasse n'en a cure : l'essentiel, c'est de participer. Interview.

Jeune Afrique : La coalition de l'opposition vous a choisi vous plutôt que le patron du Parti socialiste (PS) pour la présidentielle. Tanor n'avait-il pas fait un score deux fois supérieur au vôtre à l'élection de 2007 ?

Moustapha Niasse : Si on avait commencé par se demander qui pèse quoi, on n'aurait jamais formé de coalition. Être uni, c'était un rêve. Nous n'avons pas réussi, mais l'essentiel est que nous soyons tous d'accord sur la nécessité de battre le candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS).

Mais le PS est bien mieux implanté que votre parti, l'AFP...

Je suis au-dessus de tout cela, je ne veux pas polémiquer. En plus, le PS, c'est ma famille politique. Je suis resté quarante-cinq ans avec les socialistes... Je connais mieux le parti que certaines des personnes qui le dirigent actuellement !

Justement, le PS ne pèse-t-il pas plus que les partis qui vous soutiennent ?

Nous nous interdisons cet exercice comparatif. Dans ma tête, il n'y a pas de petites formations.

Sur le terrain, oui !

Comprenez une chose : que je perde ou que je gagne, ça m'est égal. L'essentiel, c'est de participer, comme disait Pierre de Coubertin [qui ressuscita les Jeux olympiques], de défendre ses convictions, et c'est cela qui fait ma force. J'ai été deux fois Premier ministre, ministre des Affaires étrangères pendant onze ans... Je vous assure que l'idée d'être président ne m'empêche pas de dormir. Regardez autour de vous [d'un geste, il désigne son luxueux bureau au siège de l'AFP]... Que croyez-vous que j'aie à y gagner ?

Alors pourquoi ne pas vous être désisté ?

La décision ne dépend pas de moi. Derrière moi, il y a des formations que je ne méprise pas, que je ne traite pas de poussière de parti. Par ailleurs, retenez ceci : les militants représentent 20 % de l'électorat sénégalais, pas plus. Les 80 % restants, c'est le peuple, et c'est lui qui vote.

L'opposition ne risque-t-elle pas de payer son absence d'unité ?

Même si Wade était seul dans une espèce de vote référendaire, il ne pourrait pas gagner. Il n'est pas majoritaire, ni sociologiquement, ni politiquement. Il compte sur la manipulation du processus électoral.

Son bilan est-il uniquement négatif ?

Il faut reconnaître à l'adversaire ce qu'il a fait : Wade a beaucoup investi dans la région de Dakar en matière d'infrastructures. Mais c'est peu par rapport à ce qu'il devait faire. Un exemple : il se vante d'avoir bâti 500 lycées. C'est faux ! Dans mon village, à Keur Madiabel, il y a un lycée que le président comptabilise parmi ceux qu'il a construits. Mais, à l'origine, c'était un collège. Quand c'est devenu un lycée, cinq salles de classe ont été ajoutées : trois ont été financées par une ONG, les deux autres par moi-même. Wade n'y a pas mis un gramme de ciment ! À Kaolack, je connais un proviseur qui a été nommé il y a cinq ans et dont le lycée, dont la première pierre n'a même pas été posée, est comptabilisé parmi les 500.

Est-ce la dernière fois que vous vous présentez à une élection ?

J'ai cinquante-cinq ans de carrière politique derrière moi, cela suffit. Si je gagne, je ne ferai qu'un seul mandat de cinq ans. Certainement pas douze, pour ensuite essayer de passer par le trou du rat pour entrer dans le magasin de grain.

___

Propos recueillis à Dakar par Anne Kappès-Grangé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a façonn[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 février. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces