Extension Factory Builder

France : Mamedy Doucara, athlète photographe

31/01/2012 à 12:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
C'est après une blessure que le sportif s'est tourné vers la photographie. C'est après une blessure que le sportif s'est tourné vers la photographie. © Mamedy Doucara

Champion du monde de taekwondo, Mamedy Doucara, français d'origine malienne, s'est reconverti avec succès dans le portrait d'art.

Mamedy Doucara cache son appréhension sous un flot de paroles. « Vous me posez des questions, ou je vous dis tout ? Ça y est, ça a commencé ? Bon... » Puis il se tient coi, les mains croisées sur la table, immobile, comme à l'affût, dans une chaise trop petite pour son mètre quatre-vingt-huit. Passé les premières minutes de tension, le taekwondoïste se livre, sans retenue, révélant les deux Mamedy Doucara qui cohabitent en lui. Il y a d'une part l'athlète français de haut niveau, champion du monde de taekwondo en 2001, neuf fois champion de France de la discipline, qui alterne entraînements et compétitions à un rythme soutenu. De l'autre, il y a Mamedy le photographe malien, dont le studio s'appelle Kelebara (« guerrier » en bambara) et qui fige dans l'instant, selon son inspiration, sportifs de haut niveau et anonymes. Chez les deux, cependant, la même manière de se lancer à corps perdu dans leur passion.

Sa première vie commence vraiment il y a onze ans, lorsqu'à 20 ans il participe aux championnats du monde de taekwondo à Jeju, en Corée du Sud, terre d'origine de l'art martial. Le junior entré quelques mois auparavant dans l'équipe de France comme sparring-partner - partenaire d'entraînement - s'impose en finale, devenant le second Français de l'histoire de la discipline à remporter le titre. Pour le champion, c'est d'abord la récompense de son père, son premier supporteur, grâce à qui il a mis les pieds sur un tatami. « Il entraînait dans un club de Vitry-sur-Seine et je me suis mis au taekwondo pour passer du temps avec lui », confesse Doucara.

Fonctionnaire de police originaire du Mali, Thieman Doucara pratique les arts martiaux depuis de longues années. Ses six enfants ont eu droit à des cours, mais Mamedy est le seul pour qui cela est devenu plus qu'un passe-temps. Entre le père et son fils aîné, la relation est fusionnelle, et c'est les mains tremblantes et les yeux embués que le taekwondoïste se souvient de la fierté de son père lors de son sacre. « Ce championnat du monde était l'une des seules compétitions où il ne m'avait pas accompagné. On s'est téléphoné juste après, et il m'a dit : "Je savais bien que tu le serais un jour". Ça valait toutes les félicitations du monde. »

À l'euphorie succède vite la pression. Le jeune champion, qui se sent scruté, ne veut pas décevoir. « J'avais le sentiment que le moindre de mes mouvements était observé, décortiqué, analysé. Aussi me suis-je fait une promesse : ne jamais perdre en France ! » raconte-t-il en riant. Une promesse qu'il tiendra, peu ou prou...

Pourtant, en 2005, sa vie prend un tournant imprévu. Immobilisé pendant dix mois par une rupture des ligaments croisés du genou, Mamedy Doucara s'ennuie ferme. Pis, l'arrêt forcé le fait gamberger. « Il n'y a pas d'âge de retraite au taekwondo. Je me suis demandé : "Tu fais quoi si tu es blessé de façon irréversible ?" » Pour « tuer le temps », il assiste un ami photographe, Lamine Sy, qui lui apprend les rudiments du métier. Doucara se prend au jeu, s'achète un appareil photo numérique « un soir, en surfant sur le net ». Cérémonies familiales et moments de vie sont photographiés avec de plus en plus d'audace, au fur et à mesure qu'il gagne en assurance. Les photos circulent, entre amis et collègues de l'équipe de France. Le matériel et la technique, eux, se perfectionnent.

Désormais, Mamedy Doucara préfère rester discret sur ses honoraires.

Puis, un jour, vient la première commande professionnelle : « La fédération m'a proposé de réaliser l'affiche du championnat de France, en 2007, j'étais excité et heureux. Mon premier cachet : 500 euros... J'étais gentil, à l'époque », s'amuse-t-il.

Désormais, il préfère rester discret sur ses honoraires, mais ils ont bien changé depuis ce « premier job » de 2007. « Ça dépend vraiment du travail, de la mise en scène, mais cela reste abordable dans le milieu, je ne suis pas encore un grand photographe », explique-t-il en riant. Peut-être bien. Mais son travail est suffisamment remarquable pour être sollicité de plus en plus souvent par la presse. La liste des personnalités à être passées devant son objectif ne cesse de s'allonger : les Experts (l'équipe de France de handball), Diego Maradona, Samir Nasri, Yannick Noah, Jonah Lomu... « Maintenant, il n'y a plus de Mamedy Doucara taekwondoïste et de Mamedy Doucara photographe. Les deux ne font qu'un, et je pense que ça, c'est imprimé dans la tête des gens », explique le fondateur de Kelebara Pictures.

Tout comme, pour lui, il n'y a pas de différence entre le sportif tricolore et le Français d'origine malienne. « Là aussi, il n'y a qu'une seule et même personne. Je suis français et malien, les deux ne s'opposent pas, ils se complètent. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola : un premier cas d'infection diagnostiqué aux États-Unis

Ebola : un premier cas d'infection diagnostiqué aux États-Unis

Un homme, dont l'identité n'a pas été précisée mais ayant effectué un voyage au Liberia, a été hospitalisé au Texas (sud des États-Unis). Plusieurs laboratoir[...]

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Francophonie : Jean - De l'Estrac, chaude ambiance...

Dans la course pour le secrétariat génaral de l'OIF, les relations ne sont pas vraiment à la franche cordialité entre la Canadienne Michaëlle Jean et le Mauricien Jean Claude de l'Estrac.[...]

France : Sarkozy peut-il réussir son retour ?

Rien ni personne n'empêchera l'ancien chef de l'État français, Nicolas Sarkozy, de reprendre la présidence de l'UMP, en novembre. Simple hors-d'oeuvre. Primaire de la droite en 2016, puis[...]

État islamique : plus de 200 jihadistes tués au cours des raids aériens de la coalition

Une semaine après le début des frappes aériennes de la coalition de Washington et ses alliés arabes contre l'État islamique en Syrie, un premier bilan fait état de plus de 200 morts[...]

"Gotha noir de France" : Le gotha, noir sur blanc

Quel est le point commun entre le communicant Youssouf Ammin, l'architecte Mahmoud Keldi et l'ingénieure en génie atomique Sandra Métho ? Ils font tous trois leur entrée dans l'édition[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Les États-Unis reconnaissent avoir "sous-estimé" l'État islamique

La Syrie est "Ground Zero pour les jihadistes à travers le monde", a déclaré dimanche le président américain, Barack Obama. Une situation que les États-Unis reconnaissent avoir[...]

Marathon : record du monde historique pour le Kényan Dennis Kimetto à Berlin

Le Kenya a encore frappé dimanche à Berlin. En bouclant son marathon en 2 heures, 2 minutes et 57 secondes, Dennis Kimetto a amélioré le record du monde de la discipline de près de 30 secondes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers