Extension Factory Builder
20/01/2012 à 18:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Port-au-Prince le 13 janvier 2010. Port-au-Prince le 13 janvier 2010. © AFP

Jean Marie Théodat est Géographe, enseignant à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne et à l'École normale supérieure de Port-au-Prince.

Le chaos attendu ne s'est pas produit. Peu à peu, Port-au-Prince reprend visage humain. Ses habitants recommencent à aller au cinéma, à chanter, à lire et à créer. La capitale haïtienne a toujours été extrêmement gaie. Profondément ancrés dans la culture locale, l'optimisme et l'appétit de vivre ont certes été profondément éprouvés par le séisme, mais n'ont pas disparu. Les critiques contre la lenteur de la reconstruction sont nécessaires pour aller de l'avant, mais il faut faire l'effort de voir les Haïtiens à hauteur d'homme, non avec un regard méprisant venu d'en haut - qui est souvent celui de la presse internationale. C'est à ce prix qu'il est possible de mieux comprendre la situation du pays.

Deux ans après le tremblement de terre, il est beaucoup trop tôt pour dresser un bilan de la reconstruction. D'abord, à cause de l'ampleur de la catastrophe, qui a fait 300 000 morts et réduit en poussière 75 % de Port-au-Prince et 80 % de Léogâne. Elle a jeté à la rue 1,5 million de personnes, contraintes de vivre dans des abris provisoires, sous des bâches écrasées de soleil. Alors que 80 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour, comment ces deux villes pourraient-elles être déjà reconstruites ?

Ensuite, parce que la communauté internationale, qui a décaissé 5 milliards de dollars sur les 10 milliards promis, a ses propres difficultés. Les États européens, et notamment la France, l'un de nos principaux partenaires économiques, financiers et culturels, sont confrontés à une crise de leur dette souveraine. Nous ne pourrons donc plus compter à l'avenir sur la seule générosité internationale. La tâche sera longue et difficile. Le chemin parcouru est certes insuffisant, mais aurions-nous pu aller plus vite avec nos pauvres moyens ?

À force de présenter Haïti à la fois comme un État effondré et comme le champ d'action par excellence des organisations non gouvernementales, on a eu tendance à attendre de ces dernières qu'elles fassent des miracles. Or je ne connais pas de pays qui se soit relevé uniquement à coups de dollars. Je ne donne pas non plus dans la chorale ingrate qui reproche à de jeunes gens leur engagement civique et fraternel. Si les ONG n'avaient pas été là, la situation aurait été pire, mais il est évident que ce n'est pas avec elles seules que nous reconstruirons notre pays. Les Haïtiens n'ont d'ailleurs pas attendu leur arrivée pour commencer à déblayer les décombres. Lorsque je traverse Port-au-Prince, je vois un peuple courageux, qui a pris en main son destin, qui travaille huit heures par jour pour un maigre salaire et qui, armé de burins et de marteaux, s'acharne à démolir des édifices en ruine.

Je ne connais pas de pays qui se soit relevé uniquement à coups de dollars.

Enfin, j'estime que l'action de la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti, dont le mandat a pris fin en octobre, a été globalement positive. Mais il était temps que cette instance internationale passe le relais au pouvoir haïtien.

Donnons du temps au président Martelly. Ne disposant d'une majorité ni à l'Assemblée des députés ni au Sénat, il lui a fallu quatre mois pour former un gouvernement. Tous les membres de la haute administration, dans les directions générales ou les cabinets techniques, n'ont pas encore été nommés. Il serait donc, là encore, prématuré de dresser un bilan et de condamner un gouvernement qui n'en est qu'à ses balbutiements. Michel Martelly a eu le courage de s'engager et de faire des promesses. Il faut lui donner une chance de les tenir. Pour l'instant, les décisions prises vont dans la bonne direction. La moitié des 10 000 tonnes de gravats qui encombraient Port-au-Prince ont été déblayés, et l'épidémie de choléra a été jugulée. Sur le plan éducatif, un programme de scolarisation de 200 000 enfants a été engagé. Le président n'a peut-être pas tous les moyens de ses ambitions, mais les Haïtiens ont enfin l'impression que quelqu'un au Palais se penche sur leurs problèmes.

Le pessimisme est dans l'air du temps. Mais je n'ai jamais cru qu'Haïti soit victime d'une malédiction. Il paraît parfois avoir été ramené au Moyen Âge, il faudra être patient, mais les Haïtiens croient profondément que leur avenir sera meilleur.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Bénin : le développement de la culture, une culture du développement

Forum-Tribunes Article précédent :
Tunisie : yes, we can !

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers