Extension Factory Builder
24/01/2012 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Radhi Meddeb est président-fondateur de l'association Action et Développement solidaire.

Depuis le 14 janvier 2011, le parcours, sans retour en arrière possible, des Tunisiens a été remarquable. Les changements survenus sont incommensurables : départ du dictateur et de sa mafia, libéralisation de la vie politique et associative, de la presse, de l'internet, organisation des premières élections libres et transparentes. Autant de réalisations que personne ne se serait jamais risqué à imaginer.

Avec une démarche exceptionnelle de maturité et de responsabilité, le peuple tunisien s'est révélé patriote, généreux et solidaire, aussi bien avec les plus démunis qu'avec ses frères libyens, malmenés par une guerre longue et meurtrière. Mais les résistances au changement sont multiples et puissantes ; les groupes de pression liés à l'ancien régime refusent de céder de leur pouvoir, les avantages matériels qu'ils en tirent étant substantiels. Un changement effectif et profond ne peut de toute façon s'opérer que dans la durée ; la rupture avec l'ordre passé, ses hommes et ses méthodes n'est pas totalement consommée. Et le peuple tunisien comprend d'ailleurs mal que la justice transitoire n'ait pas encore déterminé ce qui s'est réellement passé à tous les niveaux - politique, économique, juridique et sécuritaire - et fait en sorte que la nouvelle République se dote des institutions et des contre-pouvoirs qui la prémunissent contre de tels égarements. Mais une telle justice transitoire doit d'abord avoir une vocation pédagogique ; elle ne doit en aucun cas consacrer la terreur ou la rancune, et doit permettre à la collectivité de faire son deuil des turpitudes du passé et de construire l'avenir en toute sécurité.

La Justice transitoire ne doit pas consacrer la terreur et la rancune.

L'héritage est lourd en termes de mauvaise gouvernance et de mépris de la dignité humaine et des valeurs universelles, mais les facteurs qui ont déclenché le soulèvement et contraint le dictateur à la fuite ont pour noms chômage, déséquilibre régional, mauvaise redistribution des fruits de la croissance et inadéquation des produits de l'éducation et de la formation aux besoins de la société en capital humain. Ces raisons-là n'ont pas trouvé un début de réponse depuis un an. Le chômage a explosé, l'insécurité est récurrente et l'investissement est en panne. Nous découvrons, à l'occasion de statistiques enfin libérées de l'omerta, la profondeur du désarroi social, de la pauvreté et de l'exclusion.

Action et Développement solidaire, une association née au lendemain de la révolution et inspirée par ses objectifs, a cherché dès le départ à identifier les transformations politiques, économiques, sociales et sociétales que la grande majorité de la population réclame avec force. Le modèle de développement qu'elle déroule dans un ouvrage publié récemment - Ensemble, construisons la Tunisie de demain, modernité, solidarité et performance - se veut plus inclusif, plus solidaire et plus performant, en mesure de permettre l'épanouissement de tous les citoyens, sans exception, dans le respect de leurs diversités sociales et culturelles, de refuser toute discrimination et de faire que la Tunisie soit une nation indépendante et prospère qui compte à l'échelle régionale et internationale. Ce programme se décline systématiquement entre le court terme, en réponse aux exigences légitimes des populations, et le long terme, celui des réformes structurelles et multiples que l'ancien régime avait occultées.

Le modèle de développement qui permettra à la Tunisie de relever les multiples défis ne peut qu'être social et solidaire. Il devra libérer les énergies, rompre avec les situations de rente, favoriser l'inclusion et la participation de toutes les populations dans la proximité administrative, politique et économique, consacrer les libertés d'entreprise, d'expression, de communication, d'association, de conscience et de culte. La solidarité, dans ses multiples dimensions, sociale, régionale et intergénérationnelle, mais aussi la durabilité, l'ouverture culturelle et économique et la quête de modernité et d'efficacité seront ses moteurs permanents et les garants de sa réussite.

Nous sommes capables de mettre en oeuvre ce modèle. La Tunisie a un immense potentiel et des fondamentaux solides. Ses jeunes sont un véritable vivier d'énergies et de compétences. Et son peuple a redoublé de vigilance pour se prémunir contre les dérives de l'enfermement, de la régression, du libéralisme débridé ou de la remise en question de nos acquis sociétaux.

Le pessimisme est une humeur, l'optimisme une volonté.

___________

Ensemble, construisons la Tunisie de demain, modernité, solidarité et performance, par Radhi Meddeb, éditions Simpact, Tunis, octobre 2011.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Séisme : Haïti a échappé au pire

Forum-Tribunes Article précédent :
Afrique : pour une approche maîtrisée des partenariats public-privé

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Lors de sa visite en Tunisie, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, l'émir du Qatar ne s'est pas encombré du protocole.[...]

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Les familles des martyrs de la révolution se mobilisent ce mercredi dans la capitale tunisienne. Objectif : protester contre la sentence rendue en appel, le 11 avril, par le tribunal militaire de Tunis contre[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers