Extension Factory Builder

Sénégal - Babacar Gueye : "Wade n'a pas respecté la Constitution"

25/01/2012 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Babacar Gueye dénonce l'instabilité gouvernementale des années Wade. Babacar Gueye dénonce l'instabilité gouvernementale des années Wade. © AFP

Le juriste sénégalais Babacar Gueye, professeur de droit constitutionnel à l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, dresse le bilan des douze années au pouvoir du président sénégalais Abdoulaye Wade.

Jeune Afrique : Quel regard portez-vous sur le bilan de Wade en matière de démocratie ?

Babacar Gueye : Ce qui reste avant tout, c'est l'instabilité gouvernementale. Wade a eu six Premiers ministres, Abdou Diouf, en vingt ans, n'en avait eu que trois. Sans compter les incessants remaniements ministériels. Un ministre a été démis deux jours après avoir été nommé ! En outre, les gouvernements pléthoriques ont provoqué de nombreux chevauchements de missions et un certain flou quant au rôle de chacun. Enfin, je constate que Wade a fait du ministère de l'Intérieur, chargé des élections, un ministère très politique, alors qu'il était habituellement dirigé par un homme neutre.

Et les nombreuses modifications de la Constitution sénégalaise, étaient-elles justifiées ?

Il y en a eu 17 en huit ans. En moyenne, une tous les six mois ! Ce n'est pas une nouveauté : Diouf et Senghor l'avaient modifiée chacun une vingtaine de fois. Mais c'est trop. Certaines de ces modifications ne répondaient pas à une nécessité pour la République, mais à un besoin partisan. L'exemple le plus flagrant concerne le mandat du président de l'Assemblée nationale, passé de cinq à un an pour se débarrasser de Macky Sall [en 2008, NDLR]. Et comment expliquer qu'en 2001 on ait réduit le mandat présidentiel de sept à cinq ans, avant d'y revenir en 2008 ? Comment expliquer la création, en 2008, d'un poste de vice-président, qui n'a jamais été pourvu depuis ?Le président n'a pas respecté la Constitution et, avec Wade, on a assisté à une banalisation des institutions.

La presse et l'opinion sont libres, mais la justice n'est pas encore totalement indépendante.

Le président Wade n'a-t-il pas également modifié le rapport de la République avec les confréries religieuses ?

Oui, et c'est très grave. Après avoir été élu en 2000, il s'est rendu à Touba [le coeur du pouvoir mouride], où il a été filmé à genoux devant le khalife général assis dans son fauteuil. Cela a donné l'image très négative - et nouvelle - d'une République s'abaissant devant la religion. Puis il a proclamé son appartenance à cette confrérie et a lancé des menaces contre les chrétiens. Tout cela a créé la zizanie au sein des confessions, les dressant les unes contre les autres.

Mais en matière de libertés publiques, Wade a été très libéral : la presse, par exemple, en a largement profité...

C'est exact. La presse et l'opinion sont libres, mais la justice n'est pas encore totalement indépendante.

_________

Propos recueillis à Dakar par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Le procès Habré, un tournant dans la justice africaine et la lutte contre l'impunité

Avocate au barreau du Tchad, présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’Homme (ATPDH) et récipiendaire du Right Livelihood Award en 2011, Jacqueline[...]

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

À l'occasion de la visite du roi du Maroc au Sénégal, les gouvernements sénégalais et marocain ont signé jeudi, à Dakar, treize accords dans divers domaines, dont les douanes,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Le Sénégalais Macky Sall élu nouveau président en exercice de la Cedeao

Macky Sall, le chef de l'État sénégalais, a été élu mardi nouveau président en exercice de la Cedeao pour un an, à l'issue du 47e sommet de l'organisation ouest-africaine[...]

Le roi du Maroc entame ce mercredi au Sénégal une nouvelle tournée africaine

Mohammed VI se rend ce mercredi au Sénégal. Son périple l'emmènera ensuite en Côte d'Ivoire, au Gabon et en Guinée-Bissau. Il s'agit de la troisième tournée africaine du roi[...]

Le procès d'Hissène Habré s'ouvrira le 20 juillet à Dakar

L'ex-président tchadien a été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar, puis inculpé le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial. [...]

Cairn Energy prévoit un milliard de barils de pétrole au Sénégal

Cairn Energy a dévoilé son programme d'exploration au Sénégal pour les trois années à venir. Selon ses estimations, les réserves de pétrole contenues dans ses blocs au large[...]

Sénégal : Khalifa, l'autre Sall qui entretient le mystère

"Dieu seul le sait..." C'est la réponse que le maire de Dakar, Khalifa Sall, a l'habitude d'adresser à ceux qui l'interpellent sur ses intentions concernant la prochaine présidentielle.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers