Extension Factory Builder

Sénégal - Babacar Gueye : "Wade n'a pas respecté la Constitution"

25/01/2012 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Babacar Gueye dénonce l'instabilité gouvernementale des années Wade. Babacar Gueye dénonce l'instabilité gouvernementale des années Wade. © AFP

Le juriste sénégalais Babacar Gueye, professeur de droit constitutionnel à l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, dresse le bilan des douze années au pouvoir du président sénégalais Abdoulaye Wade.

Jeune Afrique : Quel regard portez-vous sur le bilan de Wade en matière de démocratie ?

Babacar Gueye : Ce qui reste avant tout, c'est l'instabilité gouvernementale. Wade a eu six Premiers ministres, Abdou Diouf, en vingt ans, n'en avait eu que trois. Sans compter les incessants remaniements ministériels. Un ministre a été démis deux jours après avoir été nommé ! En outre, les gouvernements pléthoriques ont provoqué de nombreux chevauchements de missions et un certain flou quant au rôle de chacun. Enfin, je constate que Wade a fait du ministère de l'Intérieur, chargé des élections, un ministère très politique, alors qu'il était habituellement dirigé par un homme neutre.

Et les nombreuses modifications de la Constitution sénégalaise, étaient-elles justifiées ?

Il y en a eu 17 en huit ans. En moyenne, une tous les six mois ! Ce n'est pas une nouveauté : Diouf et Senghor l'avaient modifiée chacun une vingtaine de fois. Mais c'est trop. Certaines de ces modifications ne répondaient pas à une nécessité pour la République, mais à un besoin partisan. L'exemple le plus flagrant concerne le mandat du président de l'Assemblée nationale, passé de cinq à un an pour se débarrasser de Macky Sall [en 2008, NDLR]. Et comment expliquer qu'en 2001 on ait réduit le mandat présidentiel de sept à cinq ans, avant d'y revenir en 2008 ? Comment expliquer la création, en 2008, d'un poste de vice-président, qui n'a jamais été pourvu depuis ?Le président n'a pas respecté la Constitution et, avec Wade, on a assisté à une banalisation des institutions.

La presse et l'opinion sont libres, mais la justice n'est pas encore totalement indépendante.

Le président Wade n'a-t-il pas également modifié le rapport de la République avec les confréries religieuses ?

Oui, et c'est très grave. Après avoir été élu en 2000, il s'est rendu à Touba [le coeur du pouvoir mouride], où il a été filmé à genoux devant le khalife général assis dans son fauteuil. Cela a donné l'image très négative - et nouvelle - d'une République s'abaissant devant la religion. Puis il a proclamé son appartenance à cette confrérie et a lancé des menaces contre les chrétiens. Tout cela a créé la zizanie au sein des confessions, les dressant les unes contre les autres.

Mais en matière de libertés publiques, Wade a été très libéral : la presse, par exemple, en a largement profité...

C'est exact. La presse et l'opinion sont libres, mais la justice n'est pas encore totalement indépendante.

_________

Propos recueillis à Dakar par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le 31 juillet[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal a levé 500 millions de dollars sur les marchés internationaux. L'eurobond, d'une maturité de dix ans, a été émis à un taux de 6,25 % et a attiré un[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers