Extension Factory Builder

Football : Garzitto, pour un dernier tour de piste

26/06/2013 à 17:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur Diego Garzitto. L'entraîneur Diego Garzitto. © AFP

Champion du Soudan en 2012 avec Al-Hilal Omdurman, Diego Garzitto a été viré fin mai. Son ancien club, qui aimerait le faire revenir, lui doit de l’argent, et le Français l’a assigné devant la Fifa, tout en se préparant à un nouvel exil, de préférence en Afrique, un continent qu’il a écumé.

Diego Garzitto ne s’attendait pas à revenir si vite en France dans son village jurassien, près de Lons-le-Saunier. Mohammed Ahmed Albreer, le président d’Al-Hilal, l’a remercié, à peine six mois après lui avoir fait signer un nouveau contrat d’un an. « Il m’a mis dehors, alors que nous étions en tête du championnat. Il a prétexté l’élimination en Ligue des Champions devant les Ivoiriens du Séwé San Pedro (1-4, 3-1), mais le vrai motif, c’est qu’il n’avait plus d’argent pour me payer », explique Garzitto. «  Depuis janvier, je n’ai pas touché de salaire, mon staff technique non plus, et certains joueurs étrangers ne sont pas payés régulièrement. J’ai saisi la Fifa pour obtenir ce qu’on me doit. Mais le plus drôle, c’est qu’Albreer me demande de revenir, mais en divisant mon salaire par trois ! Je veux bien faire un effort, mais quand même…»

Champion avec le TP Mazembe

À Khartoum, Garzitto s’était construit une vraie notoriété grâce au doublé Coupe-championnat réalisé avec Al-Hilal Omdurman (2012), un des grands clubs du pays avec son voisin d’Al-Merreikh, réputé plus riche. Cela avait convaincu ses employeurs de lui offrir une nouvelle année de contrat, assortie d’une substantielle revalorisation salariale. « Ce fût une expérience intéressante, parfois compliquée en raison de la pression populaire et médiatique. Cette année, il y avait deux objectifs : conserver notre titre, et disputer la Ligue des champions.»

La Ligue des champions, une compétition que Garzitto connaît bien, pour l’avoir gagnée en 2009 avec le TP Mazembe de Moïse Katumbi. « J’avais déjà entraîné les Corbeaux en 2003-2004. À l’époque, il vivait en exil en Belgique, et il n’avait pas les moyens d’aujourd’hui. Je suis revenu en 2009, mais l’aventure s’est terminée en septembre 2010, car certains dirigeants voulaient ma tête », explique-t-il.

"Le Togo, c’était mal organisé"

Depuis trente ans, Garzitto a fréquenté plusieurs bancs de touche africains, avec des ressentis variables. « La première fois, c’était pour une pige de trois mois en 1998 à la JC Abidjan, que présidait alors Jacques Anouma. C’est là que j’ai pris goût à l’Afrique. En 2001, je suis allé en Éthiopie, pour diriger la sélection des moins de 20 ans. On s’est qualifiés pour la Coupe du monde de la catégorie. Ma première mission dans ce merveilleux pays  fût un régal. » Mais pas la seconde écourtée au bout de trois mois en mars 2007. Ni celle, éphémère, vécue au Togo en 2002. « C’était mal organisé, et difficile de se faire payer. Je crois que rien n’a changé là-bas », ironise Garzitto, qui a aussi zappé de sa mémoire son bref passage au WAC Casablanca au cœur de l’hiver 2010-2011. « Trop instable, avec des personnes qui veulent déstabiliser le club », résume-t-il.

La fin prématurée de son séjour soudanais pourrait l’inciter à repousser de quelques mois l’âge de la retraite. Plusieurs clubs algériens (JSM Bejaïa, CS Constantine), éthiopien (Saint-Georges FC) et saoudien sont venus prendre quelques renseignements, et son nom circule même au Mali, qui se cherche un nouveau sélectionneur. Madame Garzitto, à qui son mari avait promis que l’épisode soudanais serait le dernier de la série, devra sans doute patienter un peu plus longtemps que prévu…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Qui est responsable de la mort d'une dizaine de civils dans le nord du Darfour ?

Soupçonnés d'avoir massacré 13 civils samedi près civils près d'El-Facher, la capitale du Darfour-nord, les groupes rebelles soudanais ont démenti lundi toute implication de leurs forces,[...]

Soudan : trois humanitaires soudanais libérés après un mois de captivité

Trois travailleurs humanitaires soudanais ont été libérés samedi dans la région du Darfour, dans l'ouest du Soudan, après 32 jours de captivité, a annoncé la mission[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Insolite : l'Américain qui voulut faire de sa fille une princesse africaine

Un père de famille américain a promis à sa fille de 6 ans de faire d'elle une princesse. Après quelques recherches, il a enfin trouvé : un territoire de 2 000 kilomètres carrés en[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Soudan : la non-fête d'Omar el-Béchir pour ses 25 ans au pouvoir

Poursuivi par la CPI, impopulaire chez lui, fragilisé par la partition du pays... Omar el-Béchir s'est bien gardé de célébrer les 25 ans de son accession au pouvoir. On le comprend.[...]

Darfour : au moins 18 morts dans des affrontements tribaux

Au moins 18 personnes sont mortes dans des combats entre tribus au Darfour, région du Soudan où les violences inter-communautaires se sont intensifiées ces dernières années, a rapporté un[...]

Soudan : Meriem Yahia Ibrahim Ishag, nouvelle icône des évangélistes américains ?

Meriem Yahia Ibrahim Ishag, la jeune Soudanaise condamnée à mort pour apostasie, puis libérée, est devenue l'objet de toutes les attentions des religieux radicaux américains.[...]

Soudan : au moins 150 morts dans des combats près d'un champ pétrolier

Au moins 150 personnes sont mortes dans des affrontements entre clans rivaux près d'un site pétrolier de la région soudanaise du Kordofan-Ouest. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers