Extension Factory Builder

Haïdara Aïchata Cissé : "Être une femme candidate à la présidentielle malienne, c'est un atout"

25/06/2013 à 13:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Haïdara Aïchata Cissé, le 15 juin, au Palais de la culture Amadou Hampâté Bâ de Bamako. Haïdara Aïchata Cissé, le 15 juin, au Palais de la culture Amadou Hampâté Bâ de Bamako. © DR

Députée de Bourem, à 80 km au nord de Gao, Haïdara Aïchata Cissé, dite "Chato", est pour l’instant la seule femme candidate déclarée à la présidentielle malienne prévue le 28 juillet. Une position qu’elle considère comme un "atout", même si beaucoup pensent le contraire.

Elle a été élue, en 2007, députée nationale à Bourem, dans la région de Gao. Une « localité 100 % musulmane », précise-t-elle. Son succès électoral semble lui avoir donné des ailes. Aujourd’hui, Haïdara Aïchata Cissé, 54 ans, a décidé de se présenter au scrutin présidentiel prévu le 28 juillet au Mali.

Dans le Palais de la culture Amadou Hampâté Bâ de Bamako, rempli de ses partisans, issus pour la plupart du monde associatif, celle que les Maliens appellent affectueusement « Chato » - un diminutif de Aïchata -, a été « officiellement » investie candidate, le 15 juin. Joint au téléphone par Jeune Afrique, elle affirme que c’est par « conviction » qu’elle brigue la magistrature suprême de son pays. « Il reste encore beaucoup de choses à faire pour mon pays. C’est pourquoi je me suis engagée pour essayer d’aider le Mali à sortir de la crise dans laquelle il se trouve plongé depuis quelques temps », explique-t-elle.

Syndicaliste emblématique dans le domaine de transport aérien – elle a été secrétaire générale du syndicat des travailleurs d’Air Afrique au Mali, entre 1983 et 1997, notamment -, Haïdara Aïchata Cissé se bat depuis le début des années 2000 contre la disparition d’Air Afrique.

"Chato" la rebelle

En 2010, Haïdara Aïchata Cissé rejoint le Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES), formation politique regroupant les proches du président déchu Amadou Toumani Touré. Tout se passe bien jusqu'au moment de choisir le candidat du parti pour la présidentielle du 28 juillet. Quatre candidats se bousculent au portillon dont Haïdara Aïchata Cissé. Au final, le choix est porté mi-mai sur Ahmed Diané Séméga, le président de la formation.

Mais « Chato » refuse d’abdiquer. Elle décide de se présenter en « indépendante » comme aux législatives de 2007. « Ce sont les jeunes et les associations féminines qui ont appelé à ma candidature », tente-t-elle de justifier, soulignant qu’elle a toujours le soutien de son parti au niveau de « la base ».

Les Maliens ont envie de voir d’autres têtes, d’autres engagements.

Face aux  grands noms de l’échiquier politique malien, comme Ibrahim Boubacar Keïta du Rassemblement pour le Mali (RPM), Soumaïla Cissé de l’Union pour la République et la démocratie (URD) et Modibo Sidibé soutenu par les Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare), Haïdara Aïchata Cissé a bien peu de chances de l'emporter. Mais « Chato » pense qu'elle peut créer la « surprise ». Car, affirme-t-elle, « les Maliens ont envie de voir d’autres têtes, d’autres engagements. »

Est-elle, comme certains la dénigrent, candidate seulement parce qu'elle est femme ? Une originalité en effet très utile pour faire entendre sa voix au-delà des frontières du pays... Non, estime-t-elle. C'est certes "un atout considérable", mais elle rappelle qu'elle a, comme ses opposants, un programme ambitieux pour le Mali.

___________________________

Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Trois Casques bleus ont été blessés au Mali, jeudi, dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans lequel avait pris place le commandant en chef de la Minusma, le général danois Micha[...]

Terrorisme : quand Hollande joue les cow-boys au Mali

Au Mali, le président français n'hésite plus à ordonner des assassinats ciblés contre les chefs jihadistes. Une "neutralisation" sans autre forme de procès.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers