Extension Factory Builder

Mali - Me Coulibaly : "Boukary Daou n'est pas en liberté provisoire, il est en liberté"

04/04/2013 à 08:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boukary Daou a été détenu 27 jours, dont 9 par la Sécurité d'État. Boukary Daou a été détenu 27 jours, dont 9 par la Sécurité d'État. © Boukary Daou/Facebook

"Coupable" d’avoir publié dans son journal une lettre ouverte mettant en cause les avantages accordés au capitaine putschiste Sanogo, le directeur de publication du "Républicain", Boukary Daou, a été arrêté par la Sécurité d’État et détenu pendant 27 jours. Une sérieuse violation de la liberté de la presse et de l’État de droit au Mali, sur laquelle revient son avocat, Me Lamissa Coulibaly.

Le journaliste et directeur de publication du quotidien malien "Le Républicain", Boukary Daou, est sorti de prison le 2 avril. En violation de la loi, Boukary Daou avait été enlevé le 6 mars dernier et séquestré par la Sécurité d’État (SE), les services de renseignement maliens. Qui lui reprochaient la publication d’une lettre ouverte adressée au président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, et signée d’un certain capitaine Touré, lequel dénonçait les avantages accordés au capitaine Amadou Haya Sanogo, l’auteur du putsch du 22 mars ayant renversé l’ex-président Amadou Toumani Touré. Me Lamissa Coulibaly, l’avocat de Boukary Daou, explique la situation de son client.

Jeune Afrique : Pourquoi Boubary Daou a-t-il été détenu pendant 27 jours, alors que la loi malienne dit qu’en cas d’infraction, un journaliste doit être libre jusqu’à son jugement ?

Me Lamissa Coulibaly (en photo, ci-contre) : Ce qui n'est pas normal, c’est qu’il a été détenu par la Sécurité d’État. Ce service n’est pas celui d’une enquête judiciaire. Au Mali, depuis la réforme du Code pénal en 2001, la liberté est la règle et la détention l’exception. Il aurait dû comparaître libre devant le juge. La détention ne pouvait s’expliquer que parce qu’on pensait qu’étant en liberté, il pouvait faire en sorte que les preuves de l’infraction disparaissent… Or cette liberté ne pouvait nuire à la manifestation de la vérité, d’autant que mon client demeure innocent jusqu’à preuve du contraire.

Pendant sa deuxième nuit de détention, il a été cagoulé pendant toute la nuit, puis interrogé. Il était menotté, enchainé, torse nu.

Boukary Daou a-t-il subi des violences physiques lors de sa détention dans les locaux de la SE, entre le 6 et le 14 mars ?

Pendant sa deuxième nuit de détention, il a été cagoulé pendant toute la nuit, puis interrogé. Il était menotté, enchainé, torse nu. Mais il n’y a pas eu de coup de matraque, de bottes, de crosse…

Qu’est-ce la justice malienne lui reproche ?

Elle lui reproche deux infractions tirées de la loi de la presse. La première est l’incitation au crime et au délit par le fait d’avoir publié un article qui pourrait conduire les militaires à ne plus respecter les consignes de leurs chefs hiérarchiques. La deuxième est celle de la diffusion de nouvelle fausse. On estime que l’article publié est basé sur des informations erronées et qu’il peut atteindre au moral des forces armées de sécurité.

Je ne crois pas à la consistance de ces infractions. Et je dois vous préciser que Boukary Daou n’est pas en liberté provisoire, il est en liberté, et celle-ci n’a été subordonnée à aucune condition, ni versement de caution, ni contrôle judiciaire. [Voir le document ci-dessous, NDLR]

Le jugement est fixé au 16 avril prochain. Quelle peine encourt-il ?

Jusqu’à 3 ans de prison, mais je suis optimiste sur le fait qu’il sera déclaré non coupable.

________

Propos recueillis par Baba Ahmed, à Bamako

Le compte-rendu de l'audience du 2 avril.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali.  [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Ces otages occidentaux que les forces spéciales étrangères n'ont pas réussi à libérer en Afrique

Avant ce week-end et la libération réussie de l'otage néerlandais Sjaak Rijke, détenu depuis plus de trois ans par Aqmi au Mali, plusieurs Occidentaux ont perdu la vie en Afrique lors[...]

Mali : ce qu'il faut savoir de la libération de l'otage néerlandais Sjaak Rijke

Le Néerlandais Sjaak Rijke, retenu en otage par le groupe islamiste Aqmi depuis novembre 2011, a été libéré lundi à l'aube lors d'une opération des forces spéciales[...]

Un otage néerlandais libéré par l'armée française au Mali

Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais détenu par le groupe islamiste Aqmi lors d'une opération lundi matin dans le nord du Mali, a annoncé le[...]

Mali : les enquêteurs évoquent un "projet d'attentat" à Bamako

 Un homme a péri vendredi dans l'explosion d'une maison à Bamako, selon le gouvernement malien qui parle d'un "événement malheureux", tandis que la gendarmerie évoque la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers