Extension Factory Builder

Donner la priorité aux femmes et aux filles, aujourd'hui et toute l'année

07/03/2013 à 07:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jill Sheffield (à g.) et Fred Sai. Jill Sheffield (à g.) et Fred Sai. © DR

Jill Sheffield est présidente et fondatrice de l’organisation mondiale de défense des droits de la femme Women Deliver. Fred Sai est un ex-conseiller du gouvernement ghanéen en matière de santé génésique et de VIH/sida.

En cette Journée internationale de la femme, nous avons de quoi nous réjouir. Rien que l’an passé, nous avons constaté d’énormes avancées dans les domaines de la santé féminine et de l’égalité : les Nations unies ont adopté une résolution historique pour mettre fin aux mutilations génitales féminines ; les dirigeants du monde se sont retrouvés au Sommet de Londres sur la planification familiale pour faire de nouvelles promesses de fonds à hauteur de 2,6 milliards de dollars et s’engager à mettre en œuvre une série sans précédent de mesures de planification familiale ; et ensemble, nous avons célébré la toute première Journée internationale de la fille.

L’Afrique a, elle aussi, fait des progrès remarquables dans le domaine des droits et de la santé des femmes. Des chefs d’État et des ministres de la Santé de tout le continent ont assisté au Sommet de Londres, où ils se sont engagés à donner un ordre de priorité élevé à la santé génésique et à l’accès au planning familial. Et beaucoup de pays ont introduit la Campagne pour une réduction accélérée de la mortalité maternelle en Afrique (Cramma), non seulement au niveau national mais aussi dans les États et les districts. De tels efforts, et bien d’autres encore, démontrent une volonté nouvelle de sauver et améliorer la vie des femmes.

Nous devons nous faire entendre pour que la santé et les droits des femmes et des filles restent une priorité.

La Journée internationale de la femme est une excellente occasion de se féliciter de ces résultats, sans oublier pour autant les défis qui demeurent. La mortalité maternelle a diminué de près de 50 pour cent dans le monde depuis 1990, mais 287 000 futures mères continuent de mourir chaque année - soit  800 femmes par jour ! Plus de 200 millions de femmes souhaitent recevoir les outils dont elles ont besoin pour planifier leur famille mais n’y ont pas accès. Un nombre incalculable de filles reste à la maison au lieu d’aller à l’école. La violence à l’égard des femmes n’est que trop répandue. Et les femmes et les filles continuent de se heurter à des barrières à pratiquement tous les échelons économiques, sociaux ou politiques.

L’an 2015, date butoir des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) approchant à grands pas, et alors que des discussions ont lieu aux plus hauts niveaux au sujet du cadre de développement au-delà de 2015, il est temps d’agir. Une volonté politique plus forte et des engagements financiers soutenus sont nécessaires et urgents aux niveaux national, régional et mondial. Et nous devons nous faire entendre pour que la santé et les droits des femmes et des filles restent une priorité.

Du 28 au 30 mai, l’organisation mondiale de défense des droits de la femme, Women Deliver, organise une conférence historique à Kuala Lumpur, en Malaisie. Elle rassemblera plus de 5 000 personnes qui feront entendre leur voix. Ce rassemblement (Women Deliver 2013) devrait engendrer suffisamment de volonté politique, d’engagements financiers et d’actions citoyennes pour apporter de réels changements dans la vie des femmes et des filles du monde entier.

Plusieurs dirigeants africains participeront à la conférence et mèneront la charge, notamment la PDG du Fonds de développement pour la femme africaine, Theo Sowa, le directeur général du FNUAP, Babatunde Osotimehin, la présidente et PDG du Fonds mondial pour les femmes, Musimbi Kanyoro, et les ministres de la Santé et des Finances de dix pays africains.

Lorsque les femmes s’en sortent bien, les familles se portent mieux, les communautés s’épanouissent et les nations connaissent la croissance.

Les questions qui seront abordées lors de ce rassemblement international ne sont pas des « problèmes de femmes ». Ce sont des problèmes qui concernent tout le monde. Nous savons avec certitude que donner la priorité aux femmes et aux filles n’est pas seulement une bonne idée sur le plan éthique, c’est aussi intelligent. Lorsque les femmes s’en sortent bien, les familles se portent mieux, les communautés s’épanouissent et les nations connaissent la croissance. Le calcul est simple : les investissements consacrés aux femmes paient des dividendes.

Pour cette Journée internationale de la femme, nous devrions célébrer les succès remarquables remportés l’an dernier, sans oublier pour autant que notre travail est loin d’être terminé. Il nous revient à tous de veiller à ce que les dirigeants du monde, de Washington à Dakar, tiennent les promesses faites aux femmes et aux filles.

Nous ne pouvons arrêter là notre lutte. Nous devons continuer notre travail jusqu’à ce que chaque femme et chaque fille, où qu’elle vive, ait accès à l’éducation qu’elle mérite, aux contraceptifs qu’elle souhaite, aux soins de santé maternelle dont elle a besoin et en fin de compte à la possibilité de réaliser ses rêves.

Nos appels à l’action résonnent et nos voix se font entendre. Nous pouvons travailler tous ensemble, et nous le ferons, pour accélérer les progrès en faveur des femmes et des filles de toute l’Afrique et du monde entier.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces