Extension Factory Builder

Joseph-Antoine Bell : "La CAF fonctionne comme un parti unique"

06/03/2013 à 16:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bell : 'Pourquoi ne demande-t-on pas combien rapporte la CAN, et où va l’argent ?' Bell : "Pourquoi ne demande-t-on pas combien rapporte la CAN, et où va l’argent ?" © Reuters

L’ancien gardien de but des Lions indomptables (58 ans), champion d’Afrique en 1984 et 1988, Joseph-Antoine Bell, critique le mode de gouvernance de la CAF, qu’il n’hésite pas à comparer à une dictature. L’élection à la présidence de cette institution du football africain doit avoir lieu dimanche 10 mars à Marrakech, avec un seul candidat en lice : le Camerounais Issa Hayatou, sûr de l’emporter…

Jeune Afrique : Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a annoncé mardi 5 mars que l’Ivoirien Jacques Anouma ne pourrait pas être candidat. Est-ce une décision que vous regrettez ?

Joseph-Antoine Bell : Bien sûr. Le TAS a appliqué le droit, mais où est la morale ? Au-delà de la personne – je n’ai pas à dire si Jacques Anouma aurait fait ou non un bon candidat et éventuellement un bon président, la question n’est pas là – cela signifie qu’un homme qui a dirigé une fédération africaine (celle de Côte d’Ivoire, NDLR), qui est membre du Comité exécutif de la Fifa et qui a donc représenté son pays, ne peut pas se présenter à la présidence de la CAF avec un projet pour le football du continent. C’est tout de même très contestable, et même scandaleux. Les gens qui ont modifié les textes en septembre dernier aux Seychelles ont validé leur attachement à la dictature. Ils ont aussi admis qu’ils n’avaient les compétences pour diriger la CAF.

Êtes-vous surpris que les choses se déroulent ainsi ?

Pas du tout. À la CAF, il n’y a qu’un cerveau. On ne décide pas à 55 [le nombre de fédérations affiliées à la CAF, NDLR], mais on tripatouille ensemble les règles pour éviter qu’un autre candidat se présente. J’entends dire sans arrêt que le bilan d’Hayatou est bon, qu’il a beaucoup fait pour le football africain, etc… Mais alors, pourquoi tant craindre d’éventuels candidats ? Je ne comprends pas. Hayatou devrait les accepter, puisque son bilan est si bon… Je crois surtout que la modification des statuts de la CAF est un message très clair.

Lequel ?

Ceux qui sont au pouvoir ont peur d’être jugés ! La CAF fonctionne comme un parti unique. Il faut souligner que les votes se font à main levée. Une méthode qui permet de savoir qui s’oppose au pouvoir en place. Et qui peut bien sûr favoriser les méthodes de rétorsion. Mais faut-il s’en étonner ? Après tout, ceux qui siègent au Comité exécutif de la CAF et qui votent des modifications de statuts contestables sont souvent originaires de pays où le régime est autoritaire. Pour eux, les méthodes de la CAF sont normales.

Issa Hayatou est-il, selon vous, sous l’influence de certains membres qui ne veulent pas se mettre en avant ?

J’en doute très fortement. Il impose sa volonté. Un président peut tout faire. Il aurait pu dire qu’il n’avait pas besoin de cette modification des statuts pour être réélu. La CAF fonctionne sur le modèle de nombreux pays africains, où il y a un chef, à qui on ne demande quasiment jamais de rendre des comptes.

Les défenseurs d’Issa Hayatou mettent en avant certains points positifs, comme la présence de cinq sélections en phase finale de la Coupe du Monde, ou la meilleure exposition du football africain, y compris à l’étranger…

Qu’un président revendique qu’il y ait cinq sélections en Coupe du Monde, c’est scandaleux ! Que fait-on de ceux qui étaient sur le terrain, qui ont obtenu des résultats ? Le Cameroun, l’Algérie, le Maroc, le Nigeria y sont tout de même pour quelque chose, non ? Et dire que le football africain est mieux vendu… J’aimerais savoir où est passé l’argent. Qui en profite ? Quelles sont les vraies retombées ? Quels pays africains profitent vraiment de ce supposé essor ?

Vous réclamez plus de transparence ?

Oui, mais je n’ai pas beaucoup d’illusions. Pourquoi ne demande-t-on pas combien coûte et combien rapporte une phase finale de CAN, et où va l’argent ? Partout ailleurs, on le demande, mais pas en Afrique. Il y a une surprenante indulgence vis-à-vis de l’Afrique. Comme une forme de culpabilité, qui vient sans doute du passé. Il faut pourtant traiter l’Afrique comme les autres continents. Mais de la part de la CAF, je n’attends rien. Un système est en place, et il faudra sans doute attendre longtemps avant de voir les choses bouger.

_________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

CAN 2015 : L'égalité parfaite entre le Cameroun, la Guinée et les autres

Après le match nul entre le Cameroun et la Guinée dimanche 24 janvier à Malabo (1-1), toutes les équipes du groupe D sont à égalité parfaite. Il n'y a plus de favori avant la[...]

Cameroun : Reportage sur la route de la mort

Les caméras de Réussite, émission économique mensuelle diffusée sur Canal+ Ouest et Centre, vous font découvrir la route Douala-Yaoundé, essentielle pour l'économie du pays[...]

Terrorisme au Cameroun : Paris peut faire plus, Yaoundé en est persuadé

Le Cameroun se sent bien seul dans la guerre contre les jihadistes et attend de la France qu'elle s'implique davantage.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers