Extension Factory Builder

Salam Kawakibi : "Les Syriens ont compris qu'ils doivent trouver seuls leur salut"

02/01/2013 à 12:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Salam Kawakibi, politologue syrien. Salam Kawakibi, politologue syrien. © DR

Les bombardements, les combats et les violences n'ont pas connu de trêve en Syrie. La guerre civile se poursuit et les premiers jours de l'année 2013 ont débuté sous le signe des tueries. Le politologue syrien, proche de l'opposition, Salam Kawakibi, revient sur la situation. Interview.

Tandis que Lakhdar Brahimi, l’envoyé spécial des Nations unies, se démène de Moscou à New York pour chercher une introuvable issue négociée à la crise syrienne, les bains de sang succèdent aux massacres sur le terrain. Le 23 décembre, une soixantaine de personnes qui faisaient la queue devant une boulangerie dans la localité de Halfaya périssent dans un bombardement aérien. Six jours plus tard, plus de 150 civils sont massacrés dans le quartier de Deir Ba’alba à Homs. Tandis que le bilan du premier jour de l’année 2013 est accablant : 104 morts, dont 35 civils. Salam Kawakibi, politologue syrien et directeur adjoint du think tank Arab Reform Intiative, proche de l’opposition, revient sur ces tueries significatives des violences toujours plus intenses qui ravagent le pays.

Jeune Afrique : Que s’est-il passé à Deir Ba’alba ? L’attaque de la boulangerie de Halfaya était-elle ciblée ?

Salam Kawakibi : C'est l'un des quartiers encerclés depuis des mois dans la ville de Homs. Les rebellions qui défendaient le quartier se sont retiré après avoir épuisé toutes leurs munitions en essayant d'évacuer le maximum d'habitants. Après leur retrait, le quartier a été investi par les Chabiha [milices pro-régime, NDLR] et plus de 40 familles qui n’ont pas réussi à quitter les lieux ont été exécutées sommairement. Cette action souligne aussi le manque de coordination entre les différents groupes rebelles. En ce qui concerne la boulangerie, c’est manière d’effrayer les civils en s’attaquant de façon systématique aux lieux d’approvisionnement indispensable.

Même méthode selon vous à Aqraba, village alaouite [la communauté du président Assad], théâtre d’un massacre le 11 décembre ?

Aqraba, dans la région de Damas, a subi le même traitement que le reste du pays, en dehors de toute discrimination communautaire. Quand la sanction est ordonnée afin de donner des « leçons », le régime ne fait aucune distinction entre les Syriens. La plupart des atrocités similaires ont été l'œuvre des milices pro-gouvernementales afin d'attiser la division communautaire et fissurer le tissu social.

Selon vous, le communautarisme est-il en train de l’emporter sur les idéaux de la révolution ? Que sont devenus ceux-ci ?

Il me semble que les efforts du régime étaient consacrés depuis 20 mois à attiser la haine entre les communautés et concrétiser la prise en otage des minorités afin de leur faire croire que leur salut dépendait du régime. Les Syriens ont réussi à démontrer que leur cohésion restait encore solide. Il est remarquable que nous n’ayons pas « encore » vécu des actions de vengeance sur des bases communautaires. Les idéaux de la révolution sont toujours présents et ils se renforcent au fur et à mesure. Ils se manifestent sous plusieurs formes : la résistance civile, les manifestations, la solidarité et les actions humanitaires. La militarisation n’était pas le choix des révolutionnaires. Certains ont été obligés à prendre les armes et de rejoindre les troupes de l’armée syrienne qui ont fait défection afin de ne pas tuer les leurs.

Y a-t-il encore une place pour une solution politique?

Il faut toujours croire à une solution politique. Mais les personnes en charge actuellement n’ont pas démontré une capacité intellectuelle ni un niveau d’intégrité suffisant pour aboutir à une solution satisfaisante. La communauté internationale n’est pas très pressée de trouver une solution. Les Syriens ont bien compris qu'ils doivent trouver leur salut seuls et ils devront éviter que leur victoire soit volée par les acteurs régionaux et internationaux.

___

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Palestine, Tchétchénie, Nigeria... : quand les femmes se transforment en kamikazes

Palestine, Tchétchénie, Nigeria... : quand les femmes se transforment en kamikazes

Plusieurs femmes kamikazes ont commis des attentats suicides ces derniers jours dans le nord du Nigeria. Inédit dans ce pays et en Afrique, le phénomène n'est pas nouveau dans le reste du monde. De la Tch&eacu[...]

Gaza : que peut, que doit faire l'Afrique ?

La communauté internationale semble impuissante face à l’escalade de l’opération "Bordure protectrice" dans la bande de Gaza. Que dit l’Afrique ? Que doit dire l’Afrique ?[...]

Dr Zouhair Lana, à Gaza : "Ce sont principalement des civils qui nous arrivent à l'hôpital Al-Shifa"

Le docteur franco-marocain originaire de Casablanca Zouhair Lana se trouve à Gaza depuis le 13 juillet. Ce chirurgien-obstétricien exerce à l’hôpital Al-Shifa, le plus grand de la ville, et[...]

Gaza : une école de l'ONU abritant des réfugiés visée, au moins 16 morts

Le bombardement d'une école de l'ONU dans la bande de Gaza a fait au moins 16 morts mercredi matin.[...]

Gaza : trois mouvements palestiniens, dont le Hamas, favorables à une trêve de 24 heures

Les trois principaux mouvements palestiniens se sont dits favorables mardi à une trêve humanitaire de 24 heures.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

État islamique : Al-Baghdadi et le mythe du califat

Débarrassé de ses parts d'ombre, le califat rétabli par Baghdadi demeure une légende dans l'esprit de nombreux musulmans.[...]

Deux poids, deux mesures

Le conflit entre le Hamas et Israël a atteint un degré de violence inimaginable il y a seulement quelques semaines de cela. Un seul mot suffit à le définir : horreur. Or il n'est pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers