Extension Factory Builder

RDC - Julien Paluku : "Le M23 rançonne les opérateurs économiques"

24/10/2012 à 13:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julien Paluku est gouverneur de la province du Nord-Kivu (est de la RDC) depuis 2007. Julien Paluku est gouverneur de la province du Nord-Kivu (est de la RDC) depuis 2007. © provincenordkivu.org

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu (est de la RDC), Julien Paluku, revient sur ses récentes décisions prises pour lutter contre la criminalité à Goma et sur les menaces que les rebelles de l'Armée révolutionnaire du Congo (ARC), ex-M23 (Mouvement du 23 mars) font planer sur la ville.

Jeune Afrique : Pourquoi avoir ordonné, le 22 octobre, la fermeture de la frontière entre la RDC et le Rwanda, entre 18 heures et 6 heures ?

Juilen Kahongya Paluku : C’est une mesure que le gouvernement congolais a mise en place pour lutter contre la hausse de la criminalité. Les informations en notre possession ont montré que beaucoup de personnes qui déstabilisent la ville traversent la frontière la nuit. Nous avons également établi des liens entre les responsables de meurtres à Goma et des criminels de Rubavu [anciennement Gisenyi]. Il appartenait donc au gouvernement de prendre des mesures pour limiter les horaires de passages à la frontière.

La proximité avec le Rwanda est-elle le seul responsable de la hausse de la criminalité à Goma ? Les FARDC sont-elles exemptes de tout reproche ?

Non, il y a effectivement des pratiques qui relèvent de l’indiscipline au sein de nos forces armées et de police. Mais la difficulté, c'est que les rebelles du M23 [rebaptisés ARC] sont d’anciens éléments des FARDC et qu’ils ont encore des partisans au sein de nos forces. C’est ce qui rend la maitrise de l’insécurité difficile. Beaucoup de gens disent être du côté du gouvernement alors qu’ils soutiennent le M23 et servent ses intérêts. Mais nous sommes en train de les identifier et contrôlons l’infiltration venant des zones tenues par la rébellion. Il y a déjà des éléments des forces armées qui ont été déférés devant l’auditeur général pour complicité avec l'ennemi.

Vous avez également interdit l’utilisation des motos-taxis le soir. Certains habitants de Goma ont exprimé leur mécontentement…

Nous ferons l’évaluation dans deux ou trois mois, et si les réseaux criminels ont été démantelés, on pourra alors rétablir les choses.

Nous comprenons les inquiétudes. Mais il y avait des choix à faire. Il y a deux semaines, on a enregistré plus de dix morts. Le moindre mal était de limiter la circulation. Nous ferons l’évaluation dans deux ou trois mois, et si les réseaux criminels ont été démantelés, on pourra alors rétablir les choses. Nous voulons également ouvrir un fichier pour régulariser la situation des motos-taxis à Goma. Nous allons faire en sorte que ne puissent être conducteur que des personnes enregistrées et pas des gens dont l’identité n’est pas bien connue.

Ne craignez-vous pas que ces décisions nuisent à l’activité économique de la ville ?

La fermeture de la frontière durant la nuit n’aura pas de conséquence économique. Elle n’était ouverte 24 heures sur 24 depuis un an. Il s'agissait d'une phase expérimentale, conséquence du rétablissement des bonnes relations diplomatiques avec le Rwanda [à la suite à d’une recommandation de la Communauté économique des pays des Grands lacs (la CEPGL), dans le cadre de la relance des activités entre le Burundi, le Rwanda et la RDC, NDLR]. Nous revenons seulement à la situation antérieure.

En revanche, la guerre a des conséquences économiques et provoque un ralentissement des activités. La zone que contrôle la rébellion est un point de passage fréquenté de la province du Nord-Kivu. Il y a un ralentissement économique parce que les hommes du M23 ont installé des barrages et rançonnent les opérateurs économiques. Nous estimons que le M23 récupère entre 10 et 20 000 euros par jour. C’est argent leur permet de survire et d’entretenir des réseaux mafieux. C’est pour cela que nous militons pour la mise en place d’une force neutre.

Le M23 profite également du contrôle qu’il a sur les postes frontaliers avec l’Ouganda…

Le gouvernement ougandais continue de laisser des véhicules de marchandises circuler vers les zones contrôlées par le M23.

Nous avons fermé le poste frontalier de Bunagana. Mais ce qui est étrange, c’est que, malgré cette fermeture, le gouvernement ougandais continue de laisser des véhicules de marchandises circuler vers les zones contrôlées par le M23, qui perçoit des taxes. C’est ce qui amène l’opinion à douter de la sincérité de l’Ouganda.

Faut-il s’inquiéter de la situation humanitaire et sanitaire dans la ville de Goma ?

La guerre a des conséquences humanitaires. On nous a signalé à un certain moment des cas de choléra que nous avons rapidement maîtrisés. C’est au niveau des camps de déplacés que nous sommes confrontés à énormément de problèmes de santé et de prise en charge.  Il y a entre 200 et 300 000 déplacés à une dizaine de kilomètres de la ville. Cette promiscuité amène un certain nombre de maladie. Il est donc important que les gens rentrent chez eux.

_______

Propos recueillis par Vincent Duhem
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : tout savoir sur le nouveau dialogue entre Kabila et l'opposition

RDC : tout savoir sur le nouveau dialogue entre Kabila et l'opposition

Moins de deux ans après les "concertations nationales", le président congolais, Joseph Kabila, se dit ouvert à un nouveau dialogue avec l'opposition. Testez notre application pour faire le point sur [...]

RDC : le Pr. Muyembe récompensé en France pour ses travaux sur le virus Ebola

La Fondation Christophe et Rodolphe Mérieux a attribué mardi un prix au virologue congolais Jean-Jacques Muyembe. Une distinction pour récompenser ses recherches sur le virus Ebola qui ont permis la mise au[...]

RDC - Félix Tshisekedi : "Je n'irai pas à la mangeoire"

À Kinshasa, il a créé la surprise. Félix Tshisekedi a accepté le principe d'un dialogue avec le président Joseph Kabila. Il s'en explique pour "Jeune Afrique".[...]

RDC 

RDC - Ève Bazaiba (MLC) : "Je ne trahirai pas Bemba"

Elle militait aux côtés d'Étienne Tshisekedi. Puis, en 2006, elle a rejoint le leader du MLC, dont elle est désormais le bras droit et à qui elle vient de rendre visite dans sa prison de[...]

RDC - Tueries à Beni : évêques et élus de l'Est montent au créneau

Face à la persistance des tueries à Beni, des évêques officiant dans l'est de la RDC ont accusé ce weekend Kinshasa de "laisser pourrir la situation". Ils ont été rejoints[...]

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers