Extension Factory Builder

Sofiane Ben Farhat : "Soit le gouvernement tunisien obéit à des ordres, soit il est autiste"

17/10/2012 à 18:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des journalistes de Dar Essabah en grève, le 11 septembre 2012. Des journalistes de Dar Essabah en grève, le 11 septembre 2012. © AFP

Presse écrite et numérique, radios, télévisions tunisiennes... toutes étaient en grève, mercredi 17 octobre, avec un mot d'ordre : "pas de démocratie sans médias indépendants". Entretien avec Sofiane Ben Farhat, journaliste vedette de la radio et de la télévision et membre du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), à l'initiative du mouvement.

Au cœur de nombreux débats, les médias tunisiens se sont mis en grève générale, mercredi 17 octobre, en raison de « l'attitude obstinée du gouvernement et de son refus de répondre favorablement aux revendications des journalistes et du personnel des entreprises de presse. » Les nominations partisanes de dirigeants des médias publics, imposés par le gouvernement, et l'entêtement de ce dernier à accuser les journalistes de parti-pris contre lui, sont que les éléments déclencheurs d'une crise profonde. En première ligne, le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) qui a lancé la grève générale « après avoir épuisé toutes les voies de dialogue. » Sofiane Ben Farhat, journaliste vedette de la radio et de la télévision et membre du SNJT, précise son point de vue.

Jeune Afrique : Le SNJT semble à bout d’arguments avec le gouvernement. Quelles sont les raisons de cette grève ?

Sofiène Ben Farhat : Il y a d’abord une forte contestation de la mainmise du gouvernement sur les médias publics. Il récupère des figures de l’ancien régime pour diriger ces médias et cela est intolérable. Il s’agit également d’inscrire dans le marbre de la Constitution la liberté d’expression dans son sens le plus large, ainsi que celle de la presse et de l’audiovisuel. Elles figuraient comme la référence aux droits de l’homme dans la Constitution de 1959, mais ont été ôtées du projet de la Constitution de 2012 alors qu’on attend d’une Loi fondamentale, après une révolution contre une dictature, qu’elle garantisse les libertés les plus larges. D’autres revendications concernent le statut du journaliste et les conditions de travail précaires de certains, dont les jeunes recrues.

Le gouvernement cède sur la liberté de la presse

Alors que les médias tunisiens étaient en grève générale, le gouvernement a annoncé, mercredi 17 octobre, en fin de journée, qu'il appliquerait deux décrets garantissant la liberté de la presse. Il cède ainsi à une revendication phare des journalistes qui dénonçaient les nombreuses atteintes à leur indépendance.

L'application des décrets 115 et 116, signés le 2 novembre 2011 par l'ex-président intérimaire Foued Mebazaa, était bloquée par le gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahdha depuis leur arrivée au pouvoir fin 2011. Le décret 115 résume notamment les droits des journalistes, interdisant les restrictions à la circulation de l'information et protégeant les sources des journalistes. Le décret 116 crée lui une Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle garantissant « la liberté de communication audiovisuelle ». Cet organe est appelé à délivrer les licences des radios et télévisions tunisiennes. Le gouvernement n'a toutefois pas annoncé mercredi de calendrier pour la mise en œuvre des décrets.

Zied El Heni, membre du bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) s'est dit satisfait de cette décision tout en regrettant « le temps perdu » par le gouvernement et « les conflits » que cela a engendré. (Avec AFP)

Que se passe-t-il avec le gouvernement ?

Clairement le gouvernement se refuse au dialogue. C’est une situation paradoxale et incompréhensible. Suite à la nomination de Lotfi Touati, homme du régime de Ben Ali, à la tête du groupe de presse Dar Essabah, Hamadi Jebali, chef de l’exécutif, s’était engagé lors d’une réunion extraordinaire, il y a un mois, à « enlever cet écueil incessamment », selon ses termes. C’est également ce qu’avait affirmé Samir Dilou, ministre des Droits de l’homme et Khalil Zaouia, ministre des Affaires sociales. Mais rien n’a été fait. Alors, soit le gouvernement n’a pas de réel pouvoir et obéit à des ordres, soit il est autiste. Dans un cas comme dans l’autre, le gouvernement montre son impuissance et aucun modus vivendi ne peut être trouvé. Pourtant les islamistes et Hamadi Jebali en premier, avaient bénéficié de l’appui de la presse libre et de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) lorsqu’ils étaient incarcérés.

Cette grève a-t-elle un effet ?

Bien plus que celui escompté. Le gouvernement comptait sur une démobilisation puisque ce débrayage était annoncé depuis longtemps mais toute la profession a observé les mots d’ordre en assurant un service minimum. Tous les slogans soulignent la nécessité de l’indépendance des médias et la profession passe son message à la société. Ce qui est formidable, c’est le soutien national et international. Des médias arabes et africains ont observé une grève de quelques heures pour soutenir les journalistes tunisiens et tous les messages que nous recevons démontrent que notre action n’est pas vaine mais bien fondamentale.

Avant les milices étaient armées de gourdins, aujourd’hui elles se déploient derrière leurs claviers et infiltrent les réseaux sociaux.

Est-ce que cette grève possède un rapport avec la date du 23 octobre, où le gouvernement provisoire rentre dans une sorte d’illégitimité politique ?

Cette semaine est cruciale, « fatale » dirait Balzac, pour le gouvernement, d’autant plus qu’il a choisi de jouer la surenchère au lieu d’aplanir les difficultés. Cependant, il est confronté à une société civile forte qui démontre la maturité des Tunisiens. L’initiative de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), initiée le 16 octobre, pour trouver un consensus avec les représentants des partis, des partenaires sociaux et de la société civile, a permis d’établir une feuille de route pour la prochaine étape de transition et la grève générale des médias aujourd’hui. Elle souligne aussi que la révolution puise un nouveau souffle autour du noyau syndical.

Quelles sont les menaces ?

C’est une question de pratique. Les islamistes d’Ennahdha ont mobilisé leurs jeunes autour d’un mouvement qui s'appelle « Ekbess » [Serre la vis, NDLR). Ces derniers deviennent une menace puisqu’ils appellent au boycott des médias et se proposent de publier les fiches signalétiques des journalistes qui n’obtempéreraient pas avec le gouvernement. Avant, les milices étaient armées de gourdins, aujourd’hui elles se déploient derrière leurs claviers et infiltrent les réseaux sociaux. Mais quelle que soit la menace, nous ne pouvons qu’être fiers de la mobilisation de la profession et de tous les soutiens qu’elle reçoit.

___

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Le musée du Bardo de Tunis réouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Électrochoc

Treize ans après l'attentat contre la synagogue de la Ghriba, à Djerba (19 morts, dont 14 touristes, lire pp. 10-14), la tragique attaque contre le Musée du Bardo, à Tunis, ce[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers