Extension Factory Builder

Côte d'Ivoire - Miaka Ouretto : "Oui au dialogue... mais nous attendons un geste fort de Ouattara"

18/09/2012 à 13:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sylvain Miaka Ouretto, le président par intérim du Front populaire ivoirien (FPI). Sylvain Miaka Ouretto, le président par intérim du Front populaire ivoirien (FPI). © Reuters

Sylvain Miaka Ouretto, le président par intérim du Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo), confie à Jeune Afrique ses impressions et ses attentes quant à la reprise du dialogue politique en Côte d’Ivoire. Interview.

Jeune Afrique  : Vous avez appelé à la reprise du dialogue politique en Côte d’Ivoire. Quelles sont vos conditions ?

Sylvain Miaka Ouretto : Je ne sais pas si on peut parler de conditions. Mais beaucoup de nos cadres sont emprisonnés, d’autres sont en exil, nos militants sont régulièrement inquiétés et vivent dans l’insécurité permanente. C’est comme si on voulait détruire le FPI. Nous attendons un geste politique fort du président Ouattara. Le FPI veut participer à la recherche de la paix. L’idéal serait de mettre en place un cadre régulier de dialogue qui prenne en compte tous les problèmes du pays (sécurité des Ivoiriens, réconciliation, réforme de l’armée, questions foncières et migratoires, financement des partis, recomposition de la commission électorale…).

Le Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) demande toujours que vous reconnaissiez la victoire électorale d’Alassane Ouattara ?

Cette demande n’a plus à être posée. Le pouvoir de Laurent Gbagbo est tombé le 11 avril 2011. À compter de cette date, la Côte d’Ivoire a eu un nouveau chef de l’État. Et le FPI a envoyé une délégation officielle, à laquelle je participais, à son investiture à Yamoussoukro en mai 2011. N’était-ce pas une manière de reconnaitre que la crise était derrière nous et que l’on s’inscrivait dans une dynamique de paix. Pourtant, on ne cesse de remettre sur le tapis cette question de la reconnaissance.

Y voyez-vous une volonté de vous faire renier Laurent Gbagbo ?

C’est notre père à tous au FPI. C’est le fondateur du parti et un exemple que nous ne renierons jamais. Il fait actuellement l’objet d’une procédure devant la Cour pénale internationale. Et il se défend. Quant à nous, nous sommes ouverts au dialogue et à jouer notre partition dans le cadre d’un processus de réconciliation. Mais il faut que le dialogue soit franc et sincère.

Quel doit être, selon vous, le bon cadre de discussion ?

Il faut le trouver. À partir de 2007, la Côte d‘Ivoire a fait des avancées sur le chemin de la paix dans le cadre de l’Accord politique de Ouagadougou, sous la houlette du facilitateur, Blaise Compaoré. Dans le cadre des réunions du Conseil permanant de concertation (CPC), les différents acteurs se retrouvaient pour régler les problèmes liés à la pacification et à la conduite des élections.

Cette structure n’a pas fini son travail, notamment sur la sécurisation et la réforme de l’armée. Elle n’est plus opérationnelle aujourd’hui. Récemment, le Premier ministre [Jeannot Kouadio-Ahoussou, NDLR] a proposé de mettre en place un cadre permanent de dialogue à l’issue d’un séminaire avec les acteurs politiques nationaux à Bassam. Le président Ouattara a aussi créé la Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR), une institution dont on peut se servir pour mener à bien le dialogue politique et la réconciliation.
___

Propos recueillis par Pascal Airault


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président burkinab[...]

Côte d'Ivoire : PDCI et FPI unis dans la division à dix mois de la présidentielle

À dix mois de la présidentielle ivoirienne, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo n'ont jamais[...]

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

La Côte d'Ivoire refuse toujours de livrer Simone Gbagbo à la CPI

LA CPI a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président. Elle a aussi confirmé quatre charges de crimes contre l'humanité contre Charles[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers