Extension Factory Builder

Maurice Kamto : "Proposer au peuple camerounais des idées nouvelles"

16/08/2012 à 18:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Maurice Kamto entend préparer l'après-Biya, en toute modestie. Maurice Kamto entend préparer l'après-Biya, en toute modestie. © AFP

L’ancien ministre délégué à la Justice, Maurice Kamto, a lancé le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le 13 août à Yaoundé. Ce nouveau parti d'opposition, qui en agrège plusieurs, a pour objectif de réanimer le débat politique dans le pays. Seul problème : avant sa première convention, prévue en septembre, sa ligne est plutôt difficile à cerner.

Ils avaient obtenu le feu vert du sous-préfet de Yaoundé III pour la conférence de presse du 13 août annonçant la naissance officielle du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), un parti autorisé par le ministre de l’Administration territoriale. Mais c’est finalement dans l’obscurité, micros coupés, cernés par les forces de sécurité, avec le peu de personnes qui avaient pu pénétrer dans la salle de conférence de l’hôtel Hilton, louée à cet effet, que l’ancien ministre délégué à la Justice, Maurice Kamto, l’un des membres fondateurs du parti, et quelques-uns de ses nouveaux partenaires se sont exprimés. Retour sur cet événement et sur les projets du dernier-né des partis de l'opposition camerounaise.

Jeune Afrique : Peut-on considérer que le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) existe désormais officiellement ?

Maurice Kamto : Pour nous, membres de ce mouvement, il a officiellement été porté à la connaissance du public ce 13 août, certes dans des circonstances inattendues. Nous avons une correspondance du ministre de l’Administration territoriale, datée du 3 août, qui prend acte de la transformation d’un parti existant, le Mouvement républicain populaire (MRP), en une nouvelle formation regroupant plusieurs autres, ainsi que des organisations de la société civile et différentes personnalités de premier plan. Par conséquent, le MRP existe incontestablement, en droit comme en fait, et nous en préparons activement la convention, prévue en septembre.

Un nouveau parti : pourquoi maintenant et pour quoi faire ?

Le seul moment propice à la création d’un parti, c’est lorsqu’il est suffisamment mûr pour prendre son envol. Cela suppose beaucoup de travail en amont. En ce qui nous concerne, nous avons contribué pendant quelque huit mois à faire fusionner des partis politiques, parfois très jeunes, dont le Mouvement républicain populaire (MRP) d’Alain Fogué Tedom et le Mouvement républicain (Morep) de Fabien Assigana. Et cela n’a pas été sans mal.

Notre conviction est qu’un changement de régime ne s’opère pas nécessairement dans la violence.

Dès lors qu’une formation politique existe légalement, son intégration à une autre entité est souvent mal perçue par les militants, qui s’identifient à leur parti et sa dénomination. Il nous a donc fallu amener ces derniers à adhérer à cette perspective, et convaincre des personnalités de la société civile. Une fois ce travail de persuasion réalisé, il était indispensable que nous l’annoncions au public. Il y a par ailleurs un vrai débat idéologique à parachever, les options et orientations du parti à définir. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains partis politiques avec lesquels nous sommes en discussion ne peuvent pas encore être mentionnés.

Quant à son utilité, elle consiste à participer à la vie politique du Cameroun, notre conviction étant qu’un changement de régime ne s’opère pas nécessairement dans la violence. Le jeu politique devrait pouvoir survivre au pouvoir actuel. Il est donc indispensable que des forces s’organisent pour offrir des perspectives et des alternatives à la population. Des échéances électorales se profilent et il est normal de s’y préparer.

Une allusion à la présidentielle ?

Nous ne faisons pas de la présidentielle de 2018, bien lointaine, une obsession. Les législatives et les municipales devraient intervenir bien avant… Certes, on ne les voit pas arriver et nous ne sommes pas maîtres du calendrier, mais nous voulons être prêts à y aller à tout moment. À cet égard, le MRC entend porter sur la place publique, nationale et internationale, dans le sillage de ce que font déjà certains partis de l’opposition, la question lancinante de la réforme consensuelle du code électorale, lequel ne permet pas aujourd’hui d’espérer des élections sincères, honnêtes et transparentes au Cameroun.

Il ya eu Jean-Jacques Ekindi, Albert Nzongang, Mila Assoute, qui se sont éloignés du régime Biya pour des raisons, disent-ils, purement idéologiques, mais avec peu de succès. En quoi votre démarche se distingue-t-elle fondamentalement de la leur ? Sur le fond et sur la stratégie ?

Notre façon de faire et nos actions à venir seront la meilleure réponse à cette question.

Et votre projet de société ?

Dans un pays qui compte plus de deux cents partis, parvenir à en réduire le nombre plutôt que de le multiplier à l’infini témoigne de la pertinence de notre mouvement.

Il sera présenté lors de notre première convention. Dans l’immédiat, nous voulons surtout faire savoir aux Camerounais que nous sommes parvenus à réunir plusieurs formations politiques sous une même bannière. Dans un pays qui en compte plus de deux cents – ce qui n’est pas bien sérieux -, parvenir ainsi à en réduire le nombre plutôt que de le multiplier à l’infini témoigne de la pertinence de notre mouvement. Nous restons ouverts aux partis et aux personnalités qui veulent se joindre à nous.

Comment l’ancien ministre que vous êtes se positionne-t-il désormais? Êtes-vous clairement le chef de file d’une nouvelle opposition à Paul Biya ?

Je fais partie du MRC qui, chacun le sait, ne gouverne pas le pays à l’heure actuelle. En France, par exemple, on ne dit pas de l’UMP qu’elle est une opposition à François Hollande, mais au gouvernement socialiste en place. Je ne me focalise ni ne m’acharne sur des personnes. Nous sommes un parti respectueux des institutions et des lois de la République. Nous n’avons pas pour objectif de parler de manière irrévérencieuse de quelque dirigeant que ce soit. En revanche, nous nous devons de proposer au peuple camerounais, seul juge, des idées nouvelles permettant de faire progresser le pays.

C’est votre réponse à ceux qui vous qualifient de néo-activiste ?

Je suis respectueux des opinions des uns et des autres, bien que je ne me sente nullement concerné par ce qualificatif. J’en laisse la responsabilité à ceux qui l’utilisent. Pour le reste, il n’est pas interdit aux citoyens d’un pays de se mettre ensemble pour s’organiser, réfléchir et faire des propositions ; nous nous y nous employons. Sans prétention.

Après votre démission du gouvernement le 30 novembre 2011, vous avez gardé le silence pendant de longs mois, alors que des tribunes s’offraient à vous. Et quand vous avez décidé de vous exprimer, en février 2012, vous avez été privé de conférence de presse, comme ce 13 août…

L’objectif du gouvernement était peut-être de banaliser ma décision en l’occultant, ou de me priver de parole ; c’est de bonne guerre. J’aurais effectivement pu profiter de la tribune qui m’était offerte par les médias. Sauf que je ne fais pas les choses pour ma gloire personnelle. Quelle stratégie aurais-je dû adopter ? M’exprimer juste après ma démission pour laisser entendre que je suis le plus beau, le plus fort, le plus courageux ? Cela n’aurait eu aucun intérêt. Il m’a semblé plus constructif de prendre du recul et de plancher sur un projet de société pertinent à présenter aux Camerounais.

Depuis votre départ du gouvernement, avez-vous pu vous entretenir avec le président Paul Biya ?

Non, je n’en ai pas eu l’occasion.

Et vous le regrettez ?

Il ne m’avait rien promis.

________

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : 3 soldats tchadiens et 123 islamistes tués lors d'attaques de Boko Haram

Cameroun : 3 soldats tchadiens et 123 islamistes tués lors d'attaques de Boko Haram

Trois soldats tchadiens ont été tués lors d'attaques menées par le groupe islamiste nigérian Boko Haram dans le nord du Cameroun, selon un communiqué de l'armée tchadienne pr&eacu[...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

L'UA souhaite une force multinationale de 7500 hommes contre Boko Haram

Le conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine s'est fermement engagé jeudi soir en faveur de la création d'une force multinationale contre Boko Haram. Les dirigeants africains plaident aussi[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

CAN 2015 : L'égalité parfaite entre le Cameroun, la Guinée et les autres

Après le match nul entre le Cameroun et la Guinée dimanche 24 janvier à Malabo (1-1), toutes les équipes du groupe D sont à égalité parfaite. Il n'y a plus de favori avant la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers