Extension Factory Builder

MNLA : lettre ouverte au monde libre

12/07/2012 à 17:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nina Wallet Intalou est membre de la direction du MNLA. Nina Wallet Intalou est membre de la direction du MNLA. © DR

Nina Wallet Intalou est membre de la direction du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Le 17 janvier 2012, nous avons entrepris de mener un combat pour notre liberté et notre dignité parce que le peuple de l'Azawad n'a que trop souffert dans l'ignorance du monde entier. Notre Nation, niée encore aujourd'hui a pourtant existé bien avant les invasions coloniales et les découpages territoriaux dont nous avons été, nous les Kel Tamasheq, les principales victimes. Nous ne comprenons pas que le monde ignore notre lutte légitime après tant d'années de massacres, de souffrances et de sacrifices.

Nous avons libéré seuls notre territoire et voilà que les islamistes venus de partout parasitent notre combat libérateur, martyrisent notre peuple, détruisent notre patrimoine et menacent gravement notre culture millénaire qui a fait de la femme touarègue un modèle en terme de droit et de liberté.

Nous assistons à la destruction de notre patrimoine mis à sac par des hordes de terroristes sans culture et sans Histoire. Ils ont entrepris de réduire à néant toute trace de notre civilisation car il n'y a pas que les mausolées de Tombouctou qui font partie du patrimoine de l'humanité. La culture touarègue, de tradition matrilinéaire, est aussi un patrimoine de l'humanité qui ne concerne pas seulement les touaregs mais l'humanité toute entière.

Les islamistes détruisent tout sur leur passage, ils endoctrinent de jeunes enfants et arrivent à corrompre des jeunes désœuvrés. Les femmes touarègues ont subi, pour la première fois de leur longue Histoire, une humiliation qu'elles n'avaient jamais connue auparavant, jusqu'au sombre jour où les hommes de Ansar Dine ont frappé les manifestantes de Kidal.

Dans tout l'Azawad, les leaders féminines du MNLA sont victimes d'intimidations et de menaces par les islamistes d’Ansar Dine, du Mujao et de l'Aqmi sans que cela ne soulève l'indignation générale

Dans tout l'Azawad, les leaders féminines du MNLA sont victimes d'intimidations et de menaces par les islamistes d’Ansar Dine, du Mujao et de l'Aqmi sans que cela ne soulève l'indignation générale à laquelle nous nous attendions de la part du monde libre. Malgré leur isolement, elles continuent de se battre seules et résistent du mieux qu'elles peuvent.

Mais combien de temps pourront-elles résister contre cette internationale islamiste soutenue pas des puissances occultes disposant de moyens gigantesque avec lesquels il nous est impossible de rivaliser si nous ne sommes pas aidés et soutenus. L'absence de soutien international au MNLA a profité aux divers groupes intégristes insidieusement installés sur notre territoire depuis plus de 15 ans.

Le "bons sens" aurait voulu que le MNLA, qui est le seul mouvement à affronter les islamistes dans l'Azawad, soit soutenu et aidé par l'ensemble des États qui luttent contre le terrorisme. Au lieu de cela, à notre grande surprise, les résolutions de l'ONU ne font aucune injonction aux divers groupes terroristes qui occupent notre territoire.
Mieux encore, malgré l'historique macabre des années de massacres des populations touarègues par le Mali, les Nations Unies exhortent le MNLA à renoncer à l'indépendance de l'Azawad et occultent le droits des peuples à disposer d'eux-mêmes, alors-même que nous réunissons toutes les conditions requises à son application.

La sombre histoire que nous fait vivre le Mali depuis 1963 n'a donc aucune importance ? Les 100 000 victimes de ce qu'il convient d'appeler « épuration ethnique » n'a donc aucun poids ? Nous sommes indignés de toute cette indifférence face à notre drame mais nous continuerons à lutter, quoi qu'il nous en coûte pour notre dignité et notre liberté.

Le MNLA ne pliera pas et poursuivra sa lutte légitime pour la liberté de l'Azawad. Nous interpellons les nations libres et démocratiques et nous les appelons à venir en aide au peuple de l'Azawad dont le seul représentant légitime est le MNLA.

Il est tout à fait inadmissible que Ansar Eddine et le Mujao, soient considérés comme des partenaires fréquentables alors que le MNLA, seul mouvement légitime du peuple de l'Azawad est ignoré.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
"Les féticheurs-coachs"

Forum-Tribunes Article précédent :
Aux arts, citoyens !

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers