Extension Factory Builder

Abdelmajid Charfi : "Au Mali, Ansar Eddine est sous l'influence directe du wahhabisme"

03/07/2012 à 13:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelmajid Charfi, écrivain et philosophe tunisien. Abdelmajid Charfi, écrivain et philosophe tunisien. © Vincent Fournier pour J.A

À l'heure où les islamistes qui contrôlent le Nord-Mali détruisent les mausolées de saints et les mosquées historiques de Tombouctou, l'islamologue et universitaire tunisien Abdelmajid Charfi décrypte l'idéologie des djihadistes. Quels rapports entretiennent-ils avec le wahhabisme des pays du Golfe ? Qu'est-ce que la charia ? Quelle place cette dernière réserve-t-elle aux châtiments corporels ? Éléments de réponse.

Jeune Afrique : Pourquoi les islamistes d'Ansar Eddine s'attaquent-ils aux mausolées de saints à Tombouctou ?

Abdelmajid Charfi : Je pense que l’influence du wahhabisme est à l’œuvre chez Ansar Eddine [défenseur de l’islam, NDLR] au Mali. Depuis ses débuts, au XVIIIe siècle, le wahhabisme a toujours lutté contre la vénération des saints. C’est pour ça qu’en Arabie saoudite on a détruit tous les mausolées qui existaient, même ceux des compagnons du Prophète… Donc c’est vraiment l’islam bédouin, l’islam très rigoriste, qui explique cette attitude destructrice. Ce qui est sûr, c’est qu’Ansar Eddine est sous influence directe du wahhabisme, il n’y a pas d’autre secte en islam qui a la même attitude vis-à-vis de la vénération des saints et du maraboutisme.

Capture d'écran d'une vidéo de militants islamistes détruisant le 1er juillet 2012 des bâtiments religieux à Tombouctou.

© AFP

Comment définiriez-vous la charia que les islamistes veulent imposer ?

Il y a le sens originel du mot, qui indique « la voix », et il y a l’utilisation très récente du mot charia. Dans l’histoire islamique, ce terme n’était pas utilisé, n’était pas du tout courant. C’est surtout depuis l’apparition des Frères musulmans, dans la première moitié du XXe siècle, qu’on utilise le mot charia pour indiquer la jurisprudence islamique. Elle repose sur des interprétations humaines de versets coraniques, mais également sur toute une élaboration de règles strictes, qui concernent autant la vie privée que la vie publique du croyant. Enfin, la charia touche aussi bien les actes cultuels, c'est-à-dire les actes rituels du culte, que les actes de la vie courante.

Quelles sont ses origines ? La charia est-elle clairement mentionnée dans les textes fondateurs de l'islam ?

La charia repose sur les quatre fondements du « droit islamique » : le Coran, la Sunna (la tradition du prophète), le consensus et l’analogie. Pour les tenants de l’application de la charia, c’est le consensus qui prévaut, beaucoup plus que le Coran et la Sunna, parce que le Coran peut être sujet a beaucoup d’interprétations… Quant à la Sunna, n’en parlons pas, vous pouvez trouver des hadiths dans tous les sens qui affirment des choses et leur contraire ! Donc c’est vraiment le consensus au sein de la communauté qui est le véritable fondement de cette doctrine.

Quid des châtiments corporels (main coupée, coups de fouet, lapidation...) que les partisans de la charia entendent infliger ? Sont-ils mentionnés dans le Coran ?

Non, ils sont plus anciens que l’islam lui-même ! On les retrouve notamment dans des règles de droit chrétien datant du IVe siècle, avec les mêmes peines infligées aujourd’hui par les prétendus défenseurs de la charia. Donc ce ne sont pas des peines proprement musulmanes, ce sont des peines valables dans des sociétés tribales, traditionnelles, où couper la main du voleur est, par exemple, tout à fait « normal ».

Peut-on isoler certains principes de base de la charia ?

Ce ne sont pas des principes, plutôt des attitudes de conservatisme. Il existe une certaine nostalgie de l’âge d’or où les choses étaient simples, où les relations étaient « bien » tracées dans la communauté des musulmans : il y avait ceux qui connaissaient et ceux qui devaient se fier aux savants. Il y avait donc une hiérarchie bien organisée, les gens étaient heureux. C’est du moins comme ça qu’on perçoit l’histoire islamique. Mais en fait cette nostalgie est une forme de conservatisme. C’est la nostalgie d’un idéal tout à fait fictif, mais c’est surtout, à mon avis, une réaction à tous les bouleversements que connaissent les sociétés modernes. Il y a une réaction de repli : au lieu d’affronter les difficultés du présent, on préfère se rapporter au passé. C’est pour cela que je qualifie cette attitude de conservatrice.

La charia défendue par les islamistes d’Ansar Eddine, au Mali, a-t-elle des caractéristiques particulières ?

Ce sont des talibans, il n’y a pas de différences entre ces derniers et les islamistes maliens. Les talibans ont suivi le wahhabisme, Ansar Eddine fait pareil aujourd’hui. Vous verrez : s’ils sont au pouvoir pendant quelque temps, ils vont interdire aux gens d’aller à l’école, ils vont interdire le théâtre, la musique, etc… Je dirais qu’ils appliquent un islam primaire. Aujourd’hui, ce sont les coups de fouets, mais demain cela pourrait être couper la main du voleur ou lapider la femme adultère, comme les talibans ont pu le faire en Afghanistan.

Capture d'écran d'une vidéo AFP montrant un militant islamiste célébrant la destruction de mausolées au Mali le 1er juillet 2012.

© AFP

Conçue comme cela, la charia ne mènerait donc qu’aux châtiments corporels…

Comme je vous l’ai dit, la charia concerne aussi bien les actes cultuels que les actes de la vie courante. Mais lorsque ces ignares, parce qu’il faut bien les appeler comme ça, veulent appliquer la charia, ils ne retiennent que l’application des peines corporelles et un certain ordre moral traditionnel.

Y a-t-il tout de même des spécificités régionales dans l'application de la charia, notamment dans les pays africains ?

Avant, les différences d’interprétation étaient liées aux écoles juridiques de l’islam : malikisme, hanafisme, hanbalisme, et chaféisme. Mais aujourd’hui, ces différences s’estompent. C’est l’interprétation rigoriste wahhabite qui, avec les moyens dont dispose l’islam du pétrole, prend le dessus. La charia est présentée comme étant une, dans le sens rigoriste que les wahhabites comprennent. Maintenant, ce sont eux qui disent ce qui est dans la charia et ce qui ne l’est pas.

___

Propos recueillis par Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers