Extension Factory Builder

Sénégal - Babacar Gaye : "Je me pose des questions sur l'enrichissement de Macky Sall"

26/06/2012 à 16:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Babacar Gueye ne nie pas d'éventuelles malversations au sein du PDS. Babacar Gueye ne nie pas d'éventuelles malversations au sein du PDS. © D.R.

Le 26 juin, cela fait cent jours que Macky Sall est à la tête du Sénégal. À l'approche des législatives du 1er juillet, Babacar Gaye, porte-parole du Parti démocratique sénégalais, (PDS, anciennement au pouvoir) fait le bilan des trois premiers mois au pouvoir de l'ancien Premier ministre d'Abdoulaye Wade.

Jeune Afrique : Comment jugez-vous l'action de Macky Sall depuis son arrivée à la tête de l'État sénégalais le 26 mars dernier ?

Babacar Gaye : S'il est confirmé qu'il a restitué aux chefs de villages les véhicules octroyés par Abdoulaye Wade, cela me semble être une bonne chose. Excepté cela, je ne retiens de ces cent premiers jours que des reniements. Son gouvernement promeut des personnalités peu fréquentables, parfois sous le coup d'inculpation ou inconnues au bataillon des hommes politiques, comme Abdoul Mbaye, son Premier ministre.

Il a promis aux Sénégalais une baisse des prix des produits de première nécessité mais ce ne sont que des annonces, il n'y a rien de concret.

Considérez-vous que la relance des audits par Macky Sall s'apparente à une chasse aux sorcières ?

Il faut encourager la responsabilisation de ceux qui gèrent les deniers publics, mais il faut le faire de manière plus objective. Le problème c'est que seules des personnalités appartenant au PDS sont ciblées, cela nous rappelle effectivement une chasse aux sorcières.

En 2000 - année de l'arrivée d'Abdoulaye Wade au pouvoir - Sall n'était pas riche du tout. Depuis il exhibe un patrimoine gênant.

Macky Sall devrait se sentir gêné car s'il est riche on ne peut que l'imputer à son passage aux affaires. [Macky Sall a successivement été ministre des Mines, ministre de l'Intérieur, Premier ministre, et porte-parole du gouvernement sous Abdoulaye Wade NDLR]. En 2000 - année de l'arrivée d'Abdoulaye Wade au pouvoir - il n'était pas riche du tout. Depuis il exhibe un patrimoine gênant. D'où vient cet argent ? Il n'est pas un héritier ni un homme d'affaires. Je me pose des questions sur l'enrichissement de Macky Sall.

Et que pensez-vous de l'audit sur Karim Wade, le fils de l'ex-président ?

S'il faut lancer des audits sur la gestion des finances de l'État par Karim Wade, le PDS ne peut que s'en féliciter. Mais il ne faut pas se focaliser sur lui simplement parce qu'il est le fils du président.

Mais il gérait un ministère de cinq portefeuilles…

Avoir un super-ministère ne constitue pas une raison suffisante pour s'acharner sur un homme.

Oui, il y a eu des comportements qui ont entâché la présidence d'Abdoulaye Wade et je ne peux pas absoudre les personnalités qui ont commis des malversations.

Savez-vous pourquoi Ousmane Ngom, ministre de l'Intérieur sous Abdoulaye Wade, a été arrêté le 20 juin ? Qu'en pensez-vous ?

Je ne sais pas pourquoi il a été arrêté. D'après les informations que j'ai pu glaner c'est parce-qu'il n'a pas voulu répondre à la convocation du procureur [il devait être entendu sur la gestion controversé de l'argent public sous la présidence d'Abdoulaye Wade, mais a quitté le palais de justive de Dakar après avoir, selon lui, trop attendu, NDLR].

Ousmane Ngom gêne parce qu'il a fait partie de l'équipe en charge de la campagne électorale du PDS.

Pour vous, donc, il n'y a pas eu aucune malversation lors de la présidence d'Abdoulaye Wade ?

L'ère Wade a coïncidé avec l'arrivée de flux importants de capitaux dans le pays. Quand on évoque les investissements, on pense forcément à des marchés publics et comme tous les Sénégalais ne sont pas irréprochables, on se pose des questions… Oui, il y a eu des comportements qui ont entâché la présidence d'Abdoulaye Wade et je ne peux pas absoudre les personnalités qui ont commis des malversations.

Le PDS a perdu les municipales et la présidentielle. Pensez-vous avoir une chance de remporter les législatives du 1er juillet ?

Avoir une majorité à l'Assemblée me semble difficile car nous n'avons pas eu le temps de réinventer un nouveau programme. Pour cette campagne nous allons donc poursuivre le programme pour lequel nous avons été élu en 2007.

Le PDS est-il trop désuni pour remporter les législatives ? Que va-t-il devenir ?

Il y a une profonde déchirure au sein du parti. Cette désunion est liée à une impréparation de la succession de Wade. Aujourd'hui, il est presque impossible de réunir le PDS mais nous allons vers le renouvellement de nos instances, ce qui est inédit.

Il est évident que si nous n'arrivons pas à trouver un consensus sur les modalités de réforme du parti, nous risquons de voir des chapelles érigées un peu partout. Et au sein du parti ce ne sont pas les fortes personnalités qui manquent.

___

Propos recueillis à Dakar par Aurélie Fontaine

Lire aussi dans Jeune afrique n° 2685, en kiosques du 24 au 30 juin, l'interview de Macky Sall : "Avec moi, tout va changer"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Abdoulaye Wade de retour mercredi au Sénégal après vingt-deux mois d'absence

L'ex-président Abdoulaye Wade est attendu mercredi 23 avril au Sénégal. Il avait quitté son pays après sa défaite électorale en 2012.[...]

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour "enrichissement illicite"

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin,[...]

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sénégal : la déclaration choc de Karim Wade face à la Crei

En détention depuis près d'un an, Karim Wade, ex-ministre et fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, passe à l'offensive. Dans une déclaration, mercredi, il a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces