Extension Factory Builder

Sénégal - Babacar Gaye : "Je me pose des questions sur l'enrichissement de Macky Sall"

26/06/2012 à 16:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Babacar Gueye ne nie pas d'éventuelles malversations au sein du PDS. Babacar Gueye ne nie pas d'éventuelles malversations au sein du PDS. © D.R.

Le 26 juin, cela fait cent jours que Macky Sall est à la tête du Sénégal. À l'approche des législatives du 1er juillet, Babacar Gaye, porte-parole du Parti démocratique sénégalais, (PDS, anciennement au pouvoir) fait le bilan des trois premiers mois au pouvoir de l'ancien Premier ministre d'Abdoulaye Wade.

Jeune Afrique : Comment jugez-vous l'action de Macky Sall depuis son arrivée à la tête de l'État sénégalais le 26 mars dernier ?

Babacar Gaye : S'il est confirmé qu'il a restitué aux chefs de villages les véhicules octroyés par Abdoulaye Wade, cela me semble être une bonne chose. Excepté cela, je ne retiens de ces cent premiers jours que des reniements. Son gouvernement promeut des personnalités peu fréquentables, parfois sous le coup d'inculpation ou inconnues au bataillon des hommes politiques, comme Abdoul Mbaye, son Premier ministre.

Il a promis aux Sénégalais une baisse des prix des produits de première nécessité mais ce ne sont que des annonces, il n'y a rien de concret.

Considérez-vous que la relance des audits par Macky Sall s'apparente à une chasse aux sorcières ?

Il faut encourager la responsabilisation de ceux qui gèrent les deniers publics, mais il faut le faire de manière plus objective. Le problème c'est que seules des personnalités appartenant au PDS sont ciblées, cela nous rappelle effectivement une chasse aux sorcières.

En 2000 - année de l'arrivée d'Abdoulaye Wade au pouvoir - Sall n'était pas riche du tout. Depuis il exhibe un patrimoine gênant.

Macky Sall devrait se sentir gêné car s'il est riche on ne peut que l'imputer à son passage aux affaires. [Macky Sall a successivement été ministre des Mines, ministre de l'Intérieur, Premier ministre, et porte-parole du gouvernement sous Abdoulaye Wade NDLR]. En 2000 - année de l'arrivée d'Abdoulaye Wade au pouvoir - il n'était pas riche du tout. Depuis il exhibe un patrimoine gênant. D'où vient cet argent ? Il n'est pas un héritier ni un homme d'affaires. Je me pose des questions sur l'enrichissement de Macky Sall.

Et que pensez-vous de l'audit sur Karim Wade, le fils de l'ex-président ?

S'il faut lancer des audits sur la gestion des finances de l'État par Karim Wade, le PDS ne peut que s'en féliciter. Mais il ne faut pas se focaliser sur lui simplement parce qu'il est le fils du président.

Mais il gérait un ministère de cinq portefeuilles…

Avoir un super-ministère ne constitue pas une raison suffisante pour s'acharner sur un homme.

Oui, il y a eu des comportements qui ont entâché la présidence d'Abdoulaye Wade et je ne peux pas absoudre les personnalités qui ont commis des malversations.

Savez-vous pourquoi Ousmane Ngom, ministre de l'Intérieur sous Abdoulaye Wade, a été arrêté le 20 juin ? Qu'en pensez-vous ?

Je ne sais pas pourquoi il a été arrêté. D'après les informations que j'ai pu glaner c'est parce-qu'il n'a pas voulu répondre à la convocation du procureur [il devait être entendu sur la gestion controversé de l'argent public sous la présidence d'Abdoulaye Wade, mais a quitté le palais de justive de Dakar après avoir, selon lui, trop attendu, NDLR].

Ousmane Ngom gêne parce qu'il a fait partie de l'équipe en charge de la campagne électorale du PDS.

Pour vous, donc, il n'y a pas eu aucune malversation lors de la présidence d'Abdoulaye Wade ?

L'ère Wade a coïncidé avec l'arrivée de flux importants de capitaux dans le pays. Quand on évoque les investissements, on pense forcément à des marchés publics et comme tous les Sénégalais ne sont pas irréprochables, on se pose des questions… Oui, il y a eu des comportements qui ont entâché la présidence d'Abdoulaye Wade et je ne peux pas absoudre les personnalités qui ont commis des malversations.

Le PDS a perdu les municipales et la présidentielle. Pensez-vous avoir une chance de remporter les législatives du 1er juillet ?

Avoir une majorité à l'Assemblée me semble difficile car nous n'avons pas eu le temps de réinventer un nouveau programme. Pour cette campagne nous allons donc poursuivre le programme pour lequel nous avons été élu en 2007.

Le PDS est-il trop désuni pour remporter les législatives ? Que va-t-il devenir ?

Il y a une profonde déchirure au sein du parti. Cette désunion est liée à une impréparation de la succession de Wade. Aujourd'hui, il est presque impossible de réunir le PDS mais nous allons vers le renouvellement de nos instances, ce qui est inédit.

Il est évident que si nous n'arrivons pas à trouver un consensus sur les modalités de réforme du parti, nous risquons de voir des chapelles érigées un peu partout. Et au sein du parti ce ne sont pas les fortes personnalités qui manquent.

___

Propos recueillis à Dakar par Aurélie Fontaine

Lire aussi dans Jeune afrique n° 2685, en kiosques du 24 au 30 juin, l'interview de Macky Sall : "Avec moi, tout va changer"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Plusieurs fois incarcéré sous Abdoulaye Wade, l'ancien militant socialiste Malick Noël Seck, au verbe radical et à la geste provocatrice, est l'initiateur d'un contre-sommet de la Francophonie à [...]

Sénégal - Massacre de Thiaroye : 1er décembre 1944, quand l'armée française décimait ses "indigènes"

Le 1er décembre 1944, des dizaines de tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leurs soldes étaient massacrés par l'armée française dans le camp de Thiaroye,[...]

Sénégal : programme chargé pour le sommet de l'OIF à Dakar

Au sommet de l'OIF à Dakar, les 29 et 30 novembre, on parlera gros sous et stratégie sur dix ans. Surtout, on élira le successeur d'Abdou Diouf. Suspense assuré.[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie - Sénégal : retour à la case Dakar

Un quart de siècle après avoir été l'hôte du 3e sommet de la Francophonie, la capitale sénégalaise s'apprête à accueillir sa quinzième édition.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Dans un courrier adressé à Macky Sall, dont "Jeune Afrique" révèle en exclusivité la teneur, Abdoulaye Wade décline l'invitation de son successeur au sommet de la Francophonie[...]

Sénégal : questions sur le débarquement d'Alioune Ndao

Figure emblématique de la lutte contre l'enrichissement illicite, le procureur spécial a été remplacé au pied levé le 11 novembre. Sans explication.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces