Extension Factory Builder

Éric Fassin : "Le droit de vote des étrangers sera un signal fort contre la xénophobie"

08/06/2012 à 16:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Éric Fassin, sociologue, professeur à l'ENS, Paris. Éric Fassin, sociologue, professeur à l'ENS, Paris. © SIPA

Eric Fassin est sociologue et professeur à l’École normale supérieure (ENS, Paris). Spécialiste des questions liées à la discrimination, il revient avec Jeune Afrique sur le terme "diversité", de plus en plus utilisé dans le domaine politique.

Jeune Afrique : On parle beaucoup de "diversité" à l'approche des élections législatives. Ne risque-t-on pas ainsi de stigmatiser ces populations ?

Éric Fassin : Sans doute, mais à ne rien faire, on risque aussi de s’habituer à leur marginalisation. Si on parle beaucoup de diversité, c’est justement qu'elle est très peu réprésentée. De même, on a commencé à parler de « minorités visibles » parce qu’elles restaient invisibles. Ce vocabulaire récent révèle qu'il y a un décalage entre une société multiraciale et des élites « blanches ».

>> Lire aussi le dossier Législatives françaises : 2012, l'année de la diversité ?

Que cache en réalité ce terme ?

Il est vrai que la diversité peut rester purement symbolique. Il ne suffit pas de nommer quelques personnalités « hautes en couleur » pour changer la société. C’est donc une question de proportion : s’agit-il d’exceptions qui confirment la règle, ou bien cette norme de « blanchité » ne nous paraît-elle plus normale ?

Pour les législatives, le Parti socialiste présente 25 candidats issus de la diversité. Doit-on en passer par cette discrimination positive ?

25 sur près de 600 circonscriptions, c’est environ 4%. La France serait-elle blanche à 96% ? Pour faire bouger les choses, il faut du volontarisme. C’est comme la parité, pour faire des places, il faut écarter des personnes déjà en place ou d’autres prétendants. Il ne suffit donc pas de compter sur la bonne volonté générale.

Le droit de vote des étrangers ne permettrait-il pas de mieux intégrer les populations immigrées ?

Oui, le vote des étrangers non-européens aux élections locales sera un signal fort contre la xénophobie au niveau étatique.  Mais la « diversité », ce ne sont pas tant des étrangers que des Français. Car ces Français ne sont pas forcément d’origine étrangère, les citoyens d’outre-mer par exemple subissent souvent une discrimination fondée sur la couleur de peau.

___

Propos recueillis par Marie Villacèque

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers