Extension Factory Builder

Législatives françaises : Malek Boutih, une histoire de famille

07/06/2012 à 11:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Malek Boutih, candidat aux législatives dans la dixième circonscription de l'Essonne. Malek Boutih, candidat aux législatives dans la dixième circonscription de l'Essonne. © AFP

Pour Malek Boutih, candidat de la diversité qui s'assume comme tel, la bataille électorale s'annonce aussi serrée que celle qui a débouché sur son investiture par le Parti socialiste pour les législatives des 10 et 17 juin.

Il est le candidat de la diversité et il l’assume. Pour Malek Boutih, remporter les élections législatives dans la dixième circonscription de l’Essonne, ce serait en quelque sorte concrétiser un rêve. Celui de la « République métissée », qu’il prône avec force depuis tant d’années, lui le socialiste originaire de Levallois-Perret, fils d’immigrés algériens kabyles.

Dans son programme, outre les projets d’infrastructures et les créations d’emploi qu’il entend encourager - qui ne le souhaite pas -, Malek Boutih met l’accent sur la lutte contre la délinquance et la réforme de l’éducation nationale. Pour que la France ait « une élite à l’image de la société », indique sur son site le militant de longue date.

Ancien secrétaire national du Parti socialiste (PS) chargé des questions de société, décoré de l’ordre national du mérite en 2001, Malek Boutih est entré en politique par la voie associative. Après avoir participé en 1983 à la marche pour l’égalité et contre le racisme, première manifestation du genre en France, Boutih intègre SOS Racisme l'année suivante. Il deviendra le vice-président de l’organisation, avant d’y occuper le poste de président de 1999 à 2003. Son mandat à la tête de l’association est marqué par les premières condamnations dans des procès pour discriminations raciales à l’embauche, au logement et à l’entrée des boîtes de nuit.

Guerres intestines

Mais aujourd’hui c’est une autre facette de Boutih que l’on découvre. Car après une première tentative de parachutage ratée en Charente en 2007, il semble bien déterminé à remporter les élections. Et ce (presque) à n’importe quel prix.

Sa candidature lui aura ainsi valu les foudres de Julien Dray, son ex-grand ami et parrain, député de la dixième circonscription de l’Essonne depuis 1988. En 2007, le fondateur de SOS Racisme avait donné l’impression de ne plus vouloir se présenter aux législatives en affirmant que ce sera « vraisemblablement » son dernier mandat. Il le répète à plusieurs reprises. Puis, par la suite, il se ravise. Mais Boutih objecte et ne se laisse pas faire.

« Il avait construit pas mal de chose, mais il était installé depuis très longtemps, il était devenu, comme d’autres, un notable du Parti socialiste », indiquait Malek Boutih le 4 juin, lors d’une interview sur France Inter, essayant ainsi de justifier la guerre farouche qui l'a opposé à son ancien frère de lutte.

En décembre 2011, Malek Boutih n’hésite pas à exiger la suspension de Dray, l’accusant d’avoir trafiqué le fichier électoral des militants qui doivent élire leur candidat. Et un mois plus tard, lorsque le bureau national du Parti décide de réserver la dixième circonscription à un candidat « de la diversité », Julien Dray demande à sa suppléante, Fatima Ogbi, de se présenter contre son rival.

À deux voix près

Boutih finira certes par remporter le scrutin interne au parti. Mais par 156 voix contre 154 seulement, au terme d’élections entachées par des accusations d’irrégularités et de fraudes. « Il y a eu une bataille politique, et pour une fois ce n’est pas moi qui l’ai perdue », expliquait Malek Boutih sur France Inter.

Le fondateur de la maison « des Potes de Grigny » ne devrait pas aller trop vite en besogne. Il doit encore affronter François Delapierre, candidat du Front de gauche et ex-directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Une tâche difficile, puisque l’Essonne est un département traditionnellement « très à gauche » : c’est dans cette même circonscription que Mélenchon a réalisé son meilleur score du département (15,6%) lors du premier tour de l’élection présidentielle. Tout comme c’est l’Essonne qui a vu naître « la gauche socialiste » de Julien Dray et de Jean-Luc Mélanchon, le courant le plus à gauche du PS, en 1988. Autant d’éléments qui pourraient empêcher le candidat de la diversité d'être élu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers