Extension Factory Builder

Législatives françaises : Malek Boutih, une histoire de famille

07/06/2012 à 11:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Malek Boutih, candidat aux législatives dans la dixième circonscription de l'Essonne. Malek Boutih, candidat aux législatives dans la dixième circonscription de l'Essonne. © AFP

Pour Malek Boutih, candidat de la diversité qui s'assume comme tel, la bataille électorale s'annonce aussi serrée que celle qui a débouché sur son investiture par le Parti socialiste pour les législatives des 10 et 17 juin.

Il est le candidat de la diversité et il l’assume. Pour Malek Boutih, remporter les élections législatives dans la dixième circonscription de l’Essonne, ce serait en quelque sorte concrétiser un rêve. Celui de la « République métissée », qu’il prône avec force depuis tant d’années, lui le socialiste originaire de Levallois-Perret, fils d’immigrés algériens kabyles.

Dans son programme, outre les projets d’infrastructures et les créations d’emploi qu’il entend encourager - qui ne le souhaite pas -, Malek Boutih met l’accent sur la lutte contre la délinquance et la réforme de l’éducation nationale. Pour que la France ait « une élite à l’image de la société », indique sur son site le militant de longue date.

Ancien secrétaire national du Parti socialiste (PS) chargé des questions de société, décoré de l’ordre national du mérite en 2001, Malek Boutih est entré en politique par la voie associative. Après avoir participé en 1983 à la marche pour l’égalité et contre le racisme, première manifestation du genre en France, Boutih intègre SOS Racisme l'année suivante. Il deviendra le vice-président de l’organisation, avant d’y occuper le poste de président de 1999 à 2003. Son mandat à la tête de l’association est marqué par les premières condamnations dans des procès pour discriminations raciales à l’embauche, au logement et à l’entrée des boîtes de nuit.

Guerres intestines

Mais aujourd’hui c’est une autre facette de Boutih que l’on découvre. Car après une première tentative de parachutage ratée en Charente en 2007, il semble bien déterminé à remporter les élections. Et ce (presque) à n’importe quel prix.

Sa candidature lui aura ainsi valu les foudres de Julien Dray, son ex-grand ami et parrain, député de la dixième circonscription de l’Essonne depuis 1988. En 2007, le fondateur de SOS Racisme avait donné l’impression de ne plus vouloir se présenter aux législatives en affirmant que ce sera « vraisemblablement » son dernier mandat. Il le répète à plusieurs reprises. Puis, par la suite, il se ravise. Mais Boutih objecte et ne se laisse pas faire.

« Il avait construit pas mal de chose, mais il était installé depuis très longtemps, il était devenu, comme d’autres, un notable du Parti socialiste », indiquait Malek Boutih le 4 juin, lors d’une interview sur France Inter, essayant ainsi de justifier la guerre farouche qui l'a opposé à son ancien frère de lutte.

En décembre 2011, Malek Boutih n’hésite pas à exiger la suspension de Dray, l’accusant d’avoir trafiqué le fichier électoral des militants qui doivent élire leur candidat. Et un mois plus tard, lorsque le bureau national du Parti décide de réserver la dixième circonscription à un candidat « de la diversité », Julien Dray demande à sa suppléante, Fatima Ogbi, de se présenter contre son rival.

À deux voix près

Boutih finira certes par remporter le scrutin interne au parti. Mais par 156 voix contre 154 seulement, au terme d’élections entachées par des accusations d’irrégularités et de fraudes. « Il y a eu une bataille politique, et pour une fois ce n’est pas moi qui l’ai perdue », expliquait Malek Boutih sur France Inter.

Le fondateur de la maison « des Potes de Grigny » ne devrait pas aller trop vite en besogne. Il doit encore affronter François Delapierre, candidat du Front de gauche et ex-directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Une tâche difficile, puisque l’Essonne est un département traditionnellement « très à gauche » : c’est dans cette même circonscription que Mélenchon a réalisé son meilleur score du département (15,6%) lors du premier tour de l’élection présidentielle. Tout comme c’est l’Essonne qui a vu naître « la gauche socialiste » de Julien Dray et de Jean-Luc Mélanchon, le courant le plus à gauche du PS, en 1988. Autant d’éléments qui pourraient empêcher le candidat de la diversité d'être élu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers