Extension Factory Builder

Législatives françaises : Razzy Hammadi, la jeune pousse qui veut prendre racine

30/05/2012 à 16:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Razzy Hamadi a été un temps pressenti comme ministre de la Ville dans le gouvernement Ayrault. Razzy Hamadi a été un temps pressenti comme ministre de la Ville dans le gouvernement Ayrault. © AFP

C’est l'une des figures socialistes de la "diversité". Né d’un père algérien et d’une mère tunisienne, un temps pressenti au ministère la Ville, Razzy Hammadi pourrait gagner le siège de député de la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis lors des législatives des 10 et 17 juin. Ce serait un premier succès électoral pour ce proche de Martine Aubry, spécialiste des quartiers populaires, après plusieurs tentatives ratées. Portrait.

Razzy Hammadi est un pur produit du Parti socialiste (PS). Militant depuis 1998, président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) de décembre 2003 à novembre 2007, secrétaire national du parti dédié au service public depuis novembre 2008, il s'est forgé la réputation d'un excellent débatteur. Il est aujourd’hui investi candidat dans la 7e circonscription de Seine-Saint Denis, ancrée à gauche et l’une des rares « gagnables » par un candidat issu de la diversité. Enfin un ancrage territorial pour ce jeune homme de 33 ans qui n'a encore jamais reçu l'onction du suffrage universel ?

Marqué par l’extrême-droite

Le parcours politique de Razzy Hamadi débute à Toulon, sa ville natale, un soir de 1995, quand la mairie bascule dans le giron du Front national. Il n'a alors que seize ans, mais est depuis peu chef de famille, après le décès de son père, un immigré algérien. Une situation difficile qui oblige sa mère, elle même tunisienne, à prendre un poste de femme de ménage tandis que lui travaille le soir, après les cours, au MacDonald. Ou tôt le matin, sur les marchés. Pas vraiment le contexte rêvé pour faire ses études, mais il réussit à valider un troisième cycle universitaire et un mémoire d’économie sur la protection sociale en Europe.

Le MJS sera le théâtre de ses premiers succès politiques. Entré en 2001 au Bureau national, il devient, le 1er décembre 2005, président du mouvement. Il fait ses preuves en menant la contestation contre le Contrat Première Embauche (CPE) de Jacques Chirac, et en mettant en difficulté le gouvernement de ce dernier, dirigé par Dominique de Villepin. Une performance qui lui permet de gravir rapidement les échelons. François Hollande, qui dirige alors le parti, le nomme en 2008 secrétaire national du PS au service public, poste qu’il occupe encore aujourd'hui.

Jeune loup parachuté

Mais la jeune pousse peine à s'enraciner. L’image du jeune loup parachuté par la direction du PS va rapidement lui coller à la peau. Candidat aux municipales à Orly en 2008, sa liste est d’abord invalidée par la commission administrative électorale pour manque manifeste d'attachement à la commune. Finalement rentré dans la course, Razzy Hammadi ne parvient qu’à prendre la quatrième place, avec 13% des voix, et choisit de se retirer du second tour. Un premier échec.

Un an plus tard, c’est dans le Var qu’il tente un retour aux urnes. Pressenti pour prendre la place du maire de la Seyne-sur-Mer, Marc Vuillemot - un poids lourd socialiste local -, il sera finalement rejeté après avoir provoqué l’ire de la section varoise du PS. Il se retrouve alors parachuté dans le Calvados. Avec la même réussite puisqu’il finit par se retirer, une nouvelle fois sous la pression des barons locaux.

Guerre fratricide

Les législatives 2012 risquent également de ne pas être une partie de plaisir pour ce protégé de Martine Aubry et de Benoît Hamon, encore imposé par le parti, cette fois au détriment d’un autre candidat de la diversité, Belkacem Mahdi, militant local et responsable CGT. Avec une possible guerre « fratricide » à gauche en perspective, puisque l’adversaire numéro un de Razzy Hammadi, le sortant Jean-Pierre Brard, est membre du Front de Gauche. Député depuis 1988, ce dernier espère conserver son siège en s’appuyant sur le bon score de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription lors de la dernière présidentielle (24%).

Même si Hammadi a reçu le soutien de Dominique Voynet, maire écologiste de Montreuil et adversaire historique de Jean-Pierre Brard, à qui elle a ravi sa mairie en 2008, la partie s’annonce serrée entre Hammadi et Brard. Ce qui, en cas de désaccord persistant et de triangulaire au second tour, pourrait bien profiter à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), le parti de Nicolas Sarkozy.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage en Afrique de l'Ouest, avec un bilan de [...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en[...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

Le foot n'est pas la guerre, vous êtes sûr ?

Il n'y a pas qu'en Afrique que les questions politiques font irruption sur les terrains de football.[...]

RDC : le docteur Mukwege, lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers