Extension Factory Builder
25/05/2012 à 16:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tiébilé Dramé, président du Parti de la renaissance africaine (Parena). Tiébilé Dramé, président du Parti de la renaissance africaine (Parena). © DR

Tiébilé Dramé est président du Parti de la renaissance africaine (Parena).

Ce  pays qu’on appelle le Mali depuis 1960 a la réputation d’être une terre de vieilles civilisations où l’existence de l’État remonte à plusieurs siècles. Sur cette  terre  se sont formés, au fil du temps, empires et royaumes dont les plus célèbres ont été connus sous le nom de Ghana (le Wagadu), Mali et Songhoï.

Chacun de ces états avait une capitale, une armée, une administration et entretenait des relations commerciales et diplomatiques avec d’autres nations contemporaines. Des codes d’honneur régulaient les relations au sein de la société. En ces temps, comme aujourd’hui, tout était loin d’être parfait. Loin de moi donc, toute tentative d’idéaliser un passé qui a connu ses guerres fratricides, ses trahisons et ses zones d’ombre. Ces pays ont connu, en ces temps-là, des révolutions de palais, des coups d’État.

Le Mali contemporain est l’héritier de cette longue histoire qui, avec ses hauts et ses bas, fait la fierté de son peuple. Un peuple qui a développé un sens aigu de l’honneur et de la dignité.

Sur cette terre, s’est produit le 21 mai dernier, un événement sans précédent : des manifestants déchaînés, partis de la capitale avec cercueil et linceul ont pu pénétrer dans l’enceinte du palais présidentiel de Koulouba (sur les hauteurs de Bamako) avec une facilité inouïe. Sur place, munis de marteaux et de gourdins, les assaillants ont violemment frappé le président de la République dans ses bureaux, l’ont molesté et laissé pour mort.

Selon le journal gouvernemental, « l’Essor », dont un courageux reporter se trouvait sur les lieux, le Chef de l’État n’a eu la vive sauve que grâce au courage et à l’intelligence d’un de ses gardes de corps. Il aurait ôté son casque pour protéger la tête du Président.

Les agresseurs, leur forfait accompli, ont quitté tranquillement les bureaux présidentiels pour déambuler, en toute impunité, dans la cour du Palais avant de regagner Bamako, satisfaits de la mission accomplie.
L’agression contre le Président de la République est l’aboutissement de la campagne de haine et d’apologie du crime entretenue depuis des mois par ceux qui ont entrepris de mettre le feu au pays.

En s’attaquant au Chef de l’État, en cherchant à l’humilier, les agresseurs et leurs complices veulent saper (...) les fondements de l’État au Mali.

Une fois connue, la nouvelle du lynchage du  Professeur Dioncounda Traoré a suscité une immense émotion et une profonde indignation à travers tout le pays. Chacun a perçu la signification profonde de l’acte : l’objectif des agresseurs et de leurs commanditaires était d’humilier un homme et déconsidérer la fonction qu’il occupe.

Le président de la République incarne l’État et la Nation. Il est le garant de l’unité et de la cohésion du pays.
En s’attaquant au Chef de l’État, en cherchant à l’humilier, les agresseurs et leurs complices veulent saper, ne nous y trompons pas, les fondements de l’État au Mali.

Ils veulent déconsidérer l’État et la puissance publique. Leur projet, c’est ridiculiser le pouvoir, le désacraliser. Si le Pr Traoré est leur victime, c’est bien l’État  leur cible.

L’agression du 21 mai est une attaque contre le Mali. Elle participe du projet d’affaiblissement de ce pays.
Les agresseurs du Président sont dans la logique du chaos sans lequel ils ne pourront  assouvir leurs funestes desseins.

L’agression perpétrée  au Palais de Koulouba mérite une réponse appropriée, courageuse et ferme  sans laquelle l’État perdra inexorablement toute considération aux yeux du peuple.

Le vieux Senghor évoquait ainsi  sa conception du pouvoir : « Ma récade bicéphale : gueule du lion, sourire du sage ».

Quand l’État perd l’estime du peuple, quand il cesse d’inspirer le respect et la crainte, c’est le début de la décadence de la nation.

Les Maliens qui veulent sauver leur pays, nos frères de la sous-région ainsi que nos amis à travers le monde  qui sont accourus au chevet du pays devraient prendre toute la mesure de la gravité de l’attaque du 21 mai contre le président.

___

À Bamako, le 24 mai 2012

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
France : Hollande et les Arabes

Forum-Tribunes Article précédent :
Avec l'Afrique, main dans la main

Réagir à cet article

Mali

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait 3[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Un Oeil sur l'actualité

Toute l'actu en images
Voir tous les dossiers