Extension Factory Builder

Tunisie - Wided Bouchamaoui : "Nous avons besoin des investisseurs arabes"

15/05/2012 à 12:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wided Bouchamaoui, présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat. Wided Bouchamaoui, présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat. © AFP

À la demande du patronat tunisien, le 15e congrès des hommes d'affaires et des investisseurs arabes se déroule les 14 et 15 mai à Tunis. Face à une situation économique dégradée, la présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA) milite pour le développement des relations commerciales avec les pays arabes. Un travail de longue haleine dont les résultats ne seront sans doute pas visibles avant plusieurs années.

Jeune Afrique : Seize mois après la révolution, organiser le 15ème congrès des hommes d'affaires et des investisseurs arabes à Tunis revêt-il une importance particulière ?

Wided Bouchamaoui : Certainement, nous avons vraiment besoin d'avoir plus d'investissements arabes en Tunisie. Avec la révolution, nous aspirons à plus de transparence et donc à plus de visibilité pour le pays. Pour l'essentiel, nous exportons vers les pays européens. Il est temps de nous ouvrir aux marchés arabes.

Comment faire pour attirer les investisseurs arabes ?

Nous bénéficions d'une position géographique extraordinaire, de très bonnes compétences et nous entretenons d'excellentes relations avec les pays maghrébins et africains. Mais cela ne suffit pas. Il faut simplifier les procédures commerciales. Je suis pour un marché commun arabe avec une liberté de circulation des personnes et des marchandises. Il faut supprimer l'obstacle des visas entre les pays arabes parce qu'ils dérangent énormément les hommes d'affaires.

Je suis pour un marché commun arabe avec une liberté de circulation des personnes et des marchandises

Que doit-faire le gouvernement tunisien ?

C'est pas uniquement le travail de notre gouvernement, mais celui de l'ensemble des pays arabes. Nous avons beaucoup de conventions bilatérales ou multilatérales mais malheureusement aucune n'est véritablement fonctionnelle. Il serait souhaitable que tous les pays arabes adoptent une même convention. C'est une réflexion partagée par la ligue arabe qui préconise l'adoption d'un marché commun pour 2020. Nous espérons que cela se fera beaucoup plus vite. La volonté économique existe, il faut maintenant la volonté politique.

Est-ce que la victoire d’Ennahdha a impulsé un retour des investisseurs arabes en Tunisie ?

La communauté des affaires travaille indépendamment de la couleur politique du pays. Il n'y a pas d'effet direct. L'essentiel pour les entreprises est de bénéficier d'un environnement stable et d'avoir de la visibilité. Rester tributaire des seuls marchés européens n'est pas souhaitable. La Tunisie a 800 000 chômeurs et un taux de croissance très faible, nous avons besoin des investisseurs arabes.

Rester tributaire des seuls marchés européens n'est pas souhaitable

Par le passé, la plus grande part des investissements arabes s'est concentrée sur le secteur immobilier, dont la valeur ajoutée est limitée.

Je note une certaine évolution dans leur perception. Les investisseurs arabes ne se concentrent plus seulement sur l'immobilier, mais aussi sur le secteur de l'agro-alimentaire. Là aussi grâce à son climat la Tunisie a une carte à jouer. Le secteur pétrolier et celui des services peuvent aussi les intéresser. Le gouvernement souhaite aussi faire la promotion de projets d'infrastructures, notamment dans les régions intérieures du pays.

Fin juin, l'UTICA renouvellera ses instances. À moins d'un mois de l'échéance, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Très sereine. Je n'ai pas encore pris la décision de me représenter. Mais au moment où le patronat marocain va élire une femme à sa tête, je suis très fière d'avoir montré la voie.
___

Propos recueillis à Tunis par Julien Clémençot
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex