Extension Factory Builder

Tunisie - Wided Bouchamaoui : "Nous avons besoin des investisseurs arabes"

15/05/2012 à 12:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wided Bouchamaoui, présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat. Wided Bouchamaoui, présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat. © AFP

À la demande du patronat tunisien, le 15e congrès des hommes d'affaires et des investisseurs arabes se déroule les 14 et 15 mai à Tunis. Face à une situation économique dégradée, la présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA) milite pour le développement des relations commerciales avec les pays arabes. Un travail de longue haleine dont les résultats ne seront sans doute pas visibles avant plusieurs années.

Jeune Afrique : Seize mois après la révolution, organiser le 15ème congrès des hommes d'affaires et des investisseurs arabes à Tunis revêt-il une importance particulière ?

Wided Bouchamaoui : Certainement, nous avons vraiment besoin d'avoir plus d'investissements arabes en Tunisie. Avec la révolution, nous aspirons à plus de transparence et donc à plus de visibilité pour le pays. Pour l'essentiel, nous exportons vers les pays européens. Il est temps de nous ouvrir aux marchés arabes.

Comment faire pour attirer les investisseurs arabes ?

Nous bénéficions d'une position géographique extraordinaire, de très bonnes compétences et nous entretenons d'excellentes relations avec les pays maghrébins et africains. Mais cela ne suffit pas. Il faut simplifier les procédures commerciales. Je suis pour un marché commun arabe avec une liberté de circulation des personnes et des marchandises. Il faut supprimer l'obstacle des visas entre les pays arabes parce qu'ils dérangent énormément les hommes d'affaires.

Je suis pour un marché commun arabe avec une liberté de circulation des personnes et des marchandises

Que doit-faire le gouvernement tunisien ?

C'est pas uniquement le travail de notre gouvernement, mais celui de l'ensemble des pays arabes. Nous avons beaucoup de conventions bilatérales ou multilatérales mais malheureusement aucune n'est véritablement fonctionnelle. Il serait souhaitable que tous les pays arabes adoptent une même convention. C'est une réflexion partagée par la ligue arabe qui préconise l'adoption d'un marché commun pour 2020. Nous espérons que cela se fera beaucoup plus vite. La volonté économique existe, il faut maintenant la volonté politique.

Est-ce que la victoire d’Ennahdha a impulsé un retour des investisseurs arabes en Tunisie ?

La communauté des affaires travaille indépendamment de la couleur politique du pays. Il n'y a pas d'effet direct. L'essentiel pour les entreprises est de bénéficier d'un environnement stable et d'avoir de la visibilité. Rester tributaire des seuls marchés européens n'est pas souhaitable. La Tunisie a 800 000 chômeurs et un taux de croissance très faible, nous avons besoin des investisseurs arabes.

Rester tributaire des seuls marchés européens n'est pas souhaitable

Par le passé, la plus grande part des investissements arabes s'est concentrée sur le secteur immobilier, dont la valeur ajoutée est limitée.

Je note une certaine évolution dans leur perception. Les investisseurs arabes ne se concentrent plus seulement sur l'immobilier, mais aussi sur le secteur de l'agro-alimentaire. Là aussi grâce à son climat la Tunisie a une carte à jouer. Le secteur pétrolier et celui des services peuvent aussi les intéresser. Le gouvernement souhaite aussi faire la promotion de projets d'infrastructures, notamment dans les régions intérieures du pays.

Fin juin, l'UTICA renouvellera ses instances. À moins d'un mois de l'échéance, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Très sereine. Je n'ai pas encore pris la décision de me représenter. Mais au moment où le patronat marocain va élire une femme à sa tête, je suis très fière d'avoir montré la voie.
___

Propos recueillis à Tunis par Julien Clémençot
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a enquêté.[...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers