Extension Factory Builder

Carlos Cardoso : "Aucun prétexte ne peut justifier le putsch des militaires bissau-guinéens"

23/04/2012 à 17:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Carlos Cardoso administrateur du programme de recherche au CODESRIA. Carlos Cardoso administrateur du programme de recherche au CODESRIA. © DR

Carlos Cardoso est docteur en philosophie et administrateur du programme de recherches au Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), à Dakar. Pour Jeune Afrique, il revient sur la situation de son pays, la Guinée Bissau, sous contrôle militaire depuis le coup d’État du 12 avril dernier.

Jeune Afrique : Comment expliquez-vous ce coup d’État militaire qui intervient en pleine élection présidentielle en Guinée-Bissau ?

Les motivations immédiates de ce coup d’État sont liées à la présence en Guinée-Bissau d’une mission de stabilisation composée par des troupes angolaises, la fameuse Missang (Mission technico-militaire de l’Angola), dont le déploiement avait pour but de stabiliser et pacifier le pays, mais aussi de réformer les secteurs de la défense et de la sécurité. Lorsque les putschistes ont appris que cette présence découlait de la signature d’un accord secret entre le Premier ministre, Carlos Gomes Junior, et le gouvernement de l’Angola - sans aucune consultation auprès du gouvernement et de l’Assemblée nationale, comme prévu par la loi - les rapports entre l’exécutif et l’élite militaire se sont alors considérablement dégradés.

Mais il y a des raisons beaucoup plus profondes qui peuvent aussi expliquer ce coup d’État, comme la mauvaise gestion de toute la transition entre la lutte de libération nationale et la construction d’un État moderne. Un État moderne qui a subi une usure sans précédent sous le magistère de Kumba Yala. Et puis il y a l’armée bissau-guinéenne qui est très ethnicisée et proche de l’idéologie du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir jusqu’au putsch).

Y-a-t-il un lien entre cette crise et le rejet des résultats des élections par certains opposants ?

Le PAIGC a accusé les candidats de l’opposition, qui ont contesté le déroulement et les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, d’être derrière ce coup d’État. Mais à mon avis, c’est une coïncidence « malheureuse ».

Antonio Indjai est-il l’homme qui tire les ficelles, même s’il a été arrêté par son adjoint ?

C’est quand même étonnant qu’on ne parle plus de lui depuis le coup d’État, d’autant plus étonnant que le courant ne passait pas avec le Premier ministre Gomes. Même si les deux hommes ont fait comme si tout allait bien entre eux, nous savions que l’écartement de la scène politique, de l’un par l’autre, n’était qu’une question de temps. Antonio Indjai a-t-il eu un rôle dans cette affaire ? C’est à mon avis encore un peu prématuré pour l’accuser de quoi que ce soit.

Quelles solutions entrevoyez-vous à la crise ?

Une sortie de crise passe par un retour à l’ordre constitutionnel. Et cela signifie avant tout la libération du président par intérim, Raimundo Pereira, et celle du Premier ministre, Carlos Gomes Junior. Par ailleurs, il faudrait aussi que nous puissions poursuivre le second tour de l’élection présidentielle. Les militaires doivent retourner dans les casernes. Aucun prétexte ne peut justifier le putsch qu’ils ont perpétré.

La fermeté de la Cedeao, comme dans la crise au Mali, est-elle une bonne chose ?

Oui, elle est indispensable. Ce coup d’État doit être une opportunité pour faire en sorte que la Guinée-Bissau renoue de manière durable avec la paix civile et sociale.

___

Propos recueillis par Nicolas LY



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée Bissau

Ebola : la Guinée-Bissau ferme ses frontières avec la Guinée

Ebola : la Guinée-Bissau ferme ses frontières avec la Guinée

Les fermetures de frontière s'enchaînent en Afrique de l'Ouest. Mardi, c'est la Guinée-Bissau qui annonce fermer jusqu'à nouvel ses frontières Sud et Est avec la Guinée.[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Guinée-Bissau : formation du premier gouvernement du régime de José Mario Vaz

La Guinée-Bissau s'est dotée vendredi d'un gouvernement sous la direction du Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, une équipe dominée par le parti du président José Mario Vaz investi[...]

Sommet États-Unis-Afrique : qui en sera ?

Quels chefs d'État du continent se rendront à Washington pour le sommet États-Unis-Afrique des 5 et 6 août prochain et quel en sera le programme ? Éléménts de réponse.[...]

L'Égypte et la Guinée-Bissau réintègrent l'Union africaine, la Centrafrique reste suspendue

L'Égypte et la Guinée-Bissau sont à nouveau admises dans l'Union africaine. Mercredi, l'UA a annoncé mettre fin à la suspension touchant les deux pays.[...]

Allen Yéro Embalo, enfant-soldat devenu journaliste en lutte contre la corruption

Sur son passé d'enfant-soldat, Allen Yéro Embalo a tiré un trait. Devenu journaliste, il veut porter la plume dans la plaie. Pas facile dans un pays où les trafics gangrènent jusqu'au[...]

Guinée-Bissau : José Mario Vaz sous l'oeil de l'armée

On craignait que la victoire de José Mario Vaz à la présidentielle bissau-guinéenne ne provoque des remous. Or un gouvernement d'union avec l'opposition est en vue, et l'état-major[...]

José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

José Mario Vaz, candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), a été élu mardi président de Guinée-Bissau. Il a remporté 61,90%[...]

Sénégal : Macky Sall préoccupé par l'issue du scrutin bissau-guinéen

Le président sénégalais, Macky Sall, observe avec attention et "inquiétude" les résultats du scrutin présidentielle en Guinée Bissau. Explications.[...]

Présidentielle en Guinée-Bissau : l'ONU appelle au respect de "la volonté démocratique"

Au lendemain du second tour de la présidentielle bissau-guinéenne, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé lundi les candidats et leurs partisans à "respecter la volonté[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex