Extension Factory Builder

Edem Awumey : "Il n'est pas surprenant que l'islamisme radical ait séduit des Africains"

19/04/2012 à 18:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Edem Awumey, écrivain togolais, auteur de Edem Awumey, écrivain togolais, auteur de © DR

À travers le parcours de deux jeunes gens, Sambo Zikpi, un Africain qui part enterrer les restes de sa tante Rose en Louisiane, et Louise Hébert, une Québécoise paumée, l'écrivain d'origine togolaise évoque les maux qui rongent l'Afrique : des appétits occidentaux insatiables, le réchauffement climatique, une nature hostile, le péril islamiste... L'univers d'Edem Awumey est sombre. L'écriture inventive et rythmée laisse peu de place à l'espoir. L'avenir est ailleurs. Les personnages de son troisième roman, Rose déluge, fuient un "quotidien si souvent terne" et misent sur l'exil – thème de son livre précédent, Les Pieds sales – pour s'accomplir. Interview.

Jeune Afrique : Quels sont vos modèles d'écriture ?

Edem Awumey : Je n'en ai pas à proprement parler. Sûrement pour éviter un enfermement dans une forme et une vision de l'écriture qui ne serait pas en phase avec ma personnalité. Disons que certains auteurs m'ont marqué : Albert camus, Juan Rulfo, Garcia-Marquez, Tierno Monenembo, et j'en oublie...

Dans Rose déluge*, vous évoquez l'érosion des côtes africaines et vous faites allusion à l'affaire du Probo Koala avec le déversement de déchets toxiques en Côte d'Ivoire. Pensez-vous que les États africains aient suffisamment conscience des dangers qui menacent l'environnement et des risques que cela représente pour les populations ?

Je pense qu'aujourd'hui encore, d'autres priorités comme l'économie, la santé, etc. relèguent malheureusement au second plan la question de l'environnement. De manière plus empirique, il devient très difficile pour certaines populations des quartiers insalubres des grandes villes africaines de supporter la proximité de dépotoirs. C'est une question de survie. Les États sont informés des enjeux liés à cette question. Très peu est fait. Mais la rue parviendra à faire entendre sa voix.

Dans votre premier roman Port-Mélo, l'Afrique était en proie à des milices armées. Dans Rose déluge, elle doit faire face aux comportements prédateurs des Occidentaux (déchets toxiques, pédophilie, pêche excessive qui épuise les ressources maritimes...). L'Afrique est-elle maudite ?

Non. L'Afrique n'est pas maudite. Elle est confrontée à l'intensité de problèmes difficiles à résoudre.

Rose déluge évoque l'expansion des islamistes sur le continent. Comment expliquer un tel développement ?

L'Afrique est au cœur de l'histoire du monde. Elle l'a toujours été. N'en déplaise à ceux qui pensent qu'elle n'est pas encore rentrée dans cette histoire. Et puis, sa géographie la lie directement à l'Orient et l`Occident. Il n'est donc pas étonnant que l'islamisme radical y ait séduit des gens.

Que vous inspire la situation malienne ?

De la colère. Et aussi le retour brutal de cette lucidité qui me fait dire que la construction de la démocratie en Afrique, comme ailleurs, se fera avec des avancées et des reculs. Mais un jour viendra le temps d'un réel équilibre.

Et la situation somalienne ?

Le sentiment que ce pays a été abandonné de tous.

Dans Rose déluge, les candidats à l'émigration sont nombreux. L'Amérique continue à faire rêver. Qu'est-ce qui entretient ce rêve américain ?

L'inconnu, la force du mythe... Cela n'a rien d'étonnant. C'est dans la nature humaine de se projeter vers un ailleurs quand cela va mal chez soi.

Que représente la Louisiane pour vous ?

Un exemple de courage, des gens qui doivent lutter en permanence contre les éléments dans ce Golfe du Mexique tumultueux. Une terre de tous les hommes aussi : Américains, Cajuns (Acadiens de Louisiane), Créoles, etc.

___

Propos recueillis par Séverine Kodjo-Grandvaux

* Rose déluge, d'Edem Awumey, Seuil, 216 pages, 17,50 euros

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

L'Afrique, nouveau terrain de jeu des drones ?

L'Afrique, nouveau terrain de jeu des drones ?

Livraison de colis, aide humanitaire, antennes relais... Les drones semblent bons à tout faire et l'Afrique pourrait bien devenir le terrain de jeu idéal pour expérimenter de nouvelles applications.[...]

"Je vais vous tuer" : quand un policier pointe son fusil d'assaut sur des manifestants à Ferguson

Après le meurtre de Michael Brown le 9 août dernier, la ville de Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis, s'est transformée en poudrière. Des manifestants en colère. Une police à cran,[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par[...]

Ferguson : la vidéo accablante du meurtre d'un jeune noir de 25 ans par la police

La police de Saint-Louis a rendu publique une vidéo du meurtre d'un jeune noir par deux policiers, mardi dernier. Armé d'un couteau, celui-ci a été abattu d'une dizaine de balles. Un drame qui pose une[...]

Ebola : le Sénégal ferme sa frontière avec la Guinée, 13 décès suspects en RDC

Alors que commence la tournée du coordinateur de l'ONU contre le virus Ebola dans les pays les plus touchés par l'épidémie, le Sénégal a décidé jeudi de fermer ses[...]

Meurtre de Michael Brown : le policier soutenu par le Ku Klux Klan ?

Le policier ayant tué Michael Brown va-t-il recevoir l'appui du Ku Klux Klan ? Selon le quotidien américain "USA Today", l'organisation raciste a en tout cas organisé une levée de fonds pour[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Ebolaphobie : l'Afrique mise au ban du monde ?

La psychose suscitée par le virus Ebola atteint parfois des records d'absurdité. Les raccourcis, les incompréhensions et les confusions alimentent l'inquiétude à l'étranger... qui peut[...]

"L'humanité est fière de James" : hommage à James Foley, assassiné par l'État islamique

Alors que les parents de James Foley se sont exprimés, parlant de fierté, sur l'assassinat de leur fils par des jihadistes de l'État islamique (EI), les réactions se sont multipliées à[...]

Gaza : le Hamas et Israël à nouveau dans l'engrenage de la violence

Après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza, lundi soir, et une tentative d'élimination ciblée du chef militaire du Hamas par Israël, le conflit s'est à nouveau emballé : au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers