Extension Factory Builder

Djibril Ouattara : "Moov Togo a investi 50 millions de dollars en deux ans"

06/04/2012 à 12:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Djibril Ouattara, directeur général de Moov Togo. Djibril Ouattara, directeur général de Moov Togo. © Moov Togo

Arrivé en 2009, le directeur général de Moov Togo, Djibril Ouattara, est l’artisan du renouveau de la filiale du groupe Etisalat, deux ans après une fermeture de cinq mois infligée par l’État. Il détaille à Jeune Afrique les grands axes de sa stratégie.

Jeune Afrique : Moov Togo vient d’obtenir la certification ISO 9001 version 2008, quel impact pour vos abonnés ?

Djibril Ouattara : La certification est la première étape d’une démarche qualité entamée en 2010 qui place le client au cœur de nos préoccupations. Concrètement, cela se traduit par un traitement plus rapide des demandes faites par les abonnés dans nos points de contacts [agences, NDLR]. Une charte reprenant nos engagements, édictés pour l’essentiel dans notre cahier des charges, sera bientôt diffusée.

Parmi nos « promesses » : traiter les abonnements dans les 24 heures, éviter toute coupure de réseau dans les plus grandes agglomérations du pays ou encore limiter la durée de ces incidents à une heure dans les grosses villes de l’intérieur. En outre, la démarche qualité va nous permettre d’identifier des domaines dans lesquels nous pouvons encore améliorer notre efficacité et, in fine, ce sont nos clients qui bénéficieront de nos économies.

Justement, le régulateur togolais appelle de ses vœux une baisse des tarifs des appels car il les juge exorbitants…

Le régulateur a montré, sur la base d’une étude sous-régionale, que les tarifs des appels entre les opérateurs restent effectivement élevés [150 francs CFA la minute contre entre 100 francs CFA au Bénin, NDLR]. Ce niveau de prix est induit par des dispositions réglementaires comme les coûts d’interconnexion ou des coûts de transit obligatoires. Nous sommes en train de travailler avec le ministère des Télécommunications pour les faire baisser. D’ici quelques mois, le client va sentir la différence.

Une nouvelle occasion de mettre à mal la domination de l’opérateur public Togocel ?

On ne peut plus dire que le marché est dominé par Togocel. Nous avons beaucoup progressé ces deux dernières années. Nous détenons désormais 47% du marché [contre 53 % pour Togocel, NDLR], soit environ 1,3 million d’abonnés. Dans notre estimation la plus pessimiste, notre concurrent aurait à peine 180 000 abonnés de plus que nous.

Comment expliquez-vous cette percée ?

Nous sommes en discussion avec les autorités togolaises pour obtenir une licence 3G dans les meilleurs délais, idéalement avant la fin du premier semestre.

Nous avons réalisé de gros investissements dans l’intérieur du pays - 50 millions de dollars depuis 2010 - pour améliorer notre réseau dont la taille a été multipliée par 2,7. Nous avons aussi augmenté notre nombre d’agences commerciales en passant de 5 à 16 sur l’ensemble du pays et amélioré notre distribution. Et sur plus de 100 localités dans l’intérieur du pays récemment couvertes, nous proposons des tarifs qui peuvent baisser jusqu’à sept francs CFA à la minute en heure creuse.

Mais Togocel a repris la main en offrant depuis la fin 2011 la 3G (haut débit mobile) à ses clients…

Cela n’a aucune conséquence immédiate pour nous, car lorsqu’on regarde la base d’abonnés de nos opérations en Afrique, on se rend compte qu’à peine 2% des utilisateurs ont des téléphones compatibles avec Edge [Enhanced Data Rates for GSM Evolution, norme moins performante que la 3G, NDLR] et la 3G. Aujourd’hui, la demande d’Internet dans nos pays est telle qu’un bon réseau Edge suffit. À cela s’ajoute le fait que le débit offert sera toujours limité par l’utilisation du satellite pour la connexion Internet. Reste que nous appartenons à un groupe qui a fait du haut débit une de ses priorités. Nous sommes donc en discussion avec les autorités pour obtenir une licence 3G dans les meilleurs délais, idéalement avant la fin du premier semestre.

Selon les dernières informations, l'arrivée du câble sous-marin en fibre optique de l'Afrique de l'Ouest serait prévue pour le mois d’août.

Au moment où le pays sera raccordé au câble sous-marin en fibre optique Wacs (West Africa Cable System) ?

Tout à fait, nous essayons d’anticiper cette échéance qui selon les dernières informations serait prévue pour le mois d’août. La 3G sera un atout important pour développer les services aux entreprises.

Que pensez-vous de la décision de favoriser l’arrivée d’opérateurs virtuels (hébergés sur un réseau existant) sur un marché loin d’être saturé, puisque le taux de pénétration du mobile reste inférieur à 50% au Togo ?

Cette solution est transitoire. Elle a été envisagée en attendant des réformes du secteur [restructuration des entreprises publiques, mode de gestion du point d’atterrissement du câble Wacs…, NDLR] qui permettront l’ouverture du marché dans de bonnes conditions. Moov n’a pour sa part pas de projet d’opérateur virtuel.

Donc selon vous, l’ouverture à un troisième opérateur est toujours envisagée ?

Je pense qu’il y a toujours une place pour un troisième opérateur. C’est avant tout une volonté politique. En ce qui nous concerne, notre groupe est habitué à évoluer dans des environnements compétitifs, donc cela ne nous effraie pas. Lors de certaines négociations avec les pouvoirs publics, avoir un autre opérateur privé à nos côtés aurait pu être un avantage pour donner plus de poids à nos demandes.

________

Propos recueillis par Julien Clémençot

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique [...]

Bolloré à Lomé, "l'ami des bons et des mauvais jours"

 L'inauguration du 3e quai du Port autonome de Lomé a eu lieu le 14 octobre, en présence de Vincent Bolloré. L'homme d'affaires français, dont le groupe détient la concession du terminal[...]

Togo : le chef de l'opposition candidat à la présidentielle de 2015

Le chef de l'opposition togolaise, Jean Pierre Fabre, a été investi samedi soir par les militants de son parti pour la présidentielle de 2015, à l'issue d'un congrès à Lomé, a[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Nedbank acquiert 20 % d'Ecobank

 Le géant sud-africain Nedbank - 5e groupe bancaire africain - a acquis 20 % du capital d'Ecobank. Il y a moins d'un moins Qatar National Bank avait pris une participation de 23,5 % dans le capital du groupe bancaire[...]

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus[...]

Criminalité au Togo : série noire de braquages meurtriers à Lomé

En moins de deux mois, plusieurs braquages sanglants ont secoués Lomé. Ce qui relance la question de l’insécurité grandissante dans la capitale togolaise.[...]

SOS Racisme : Dominique Sopo, la sentinelle

À la tête de SOS racisme, cet engagé aux origines togolaises ne mâche pas ses mots quand il évoque le président Hollande... et ses homologues du continent.[...]

Ebola : le virus s'arrête-il vraiment aux frontières ?

Pour éviter la pénétration du virus Ebola sur leur territoire, les pays encore épargnés renforcent la surveillance au niveau de leurs frontières. Est-ce suffisant pour empêcher la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers