Extension Factory Builder

Elhadji Baba Haïdara : "Il faut craindre qu'Aqmi transforme le Nord-Mali en un nouvel Afghanistan"

06/04/2012 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Proche d'Aqmi, l'islamiste Iyad Ag Ghali du groupe Ansar dine veut instaurer la charia au Mali. Proche d'Aqmi, l'islamiste Iyad Ag Ghali du groupe Ansar dine veut instaurer la charia au Mali. © AFP/Capture Youtube

Le député de Tombouctou, Elhadji Baba Haïdara, réagit à la déclaration d'indépendance de l'Azawad prononcée vendredi par les rebelles touaregs du MNLA, dirigé par Mohamed Ag Najim. Mais qui contrôle réellement le Nord-Mali ? Pour Haïdara, qui est aussi président de la cellule de crise sur le Nord au sein de l’Assemblée nationale, la "Ville au 333 saints" est désormais dirigée par les islamistes du groupe Ansar dine d'Iyad Ag Ghali, qui s'apprêterait à dévoiler une constitution basée sur la charia dans les prochains jours. Interview.

Jeune Afrique : Que pensez-vous de l'indépendance de l’Azawad [proclamée ce vendredi 6 avril par le MNLA, NDLR] ?

Elhadji Baba Haïdara (en photo ci-dessous) : On ne nous colonisera pas. Pourquoi l’indépendance ? J’étais mandaté par l’Assemblée nationale du Mali avec 15 autres députés tous originaires du Nord pour aller discuter depuis le mois de novembre 2011 à Zakake avec les membres du MNLA. Je leur ai dit ceci : vous demandez l’indépendance de l’Azawad, au nom de qui ? Quelles sont les limites de l’Azawad ? Comment pouvez-vous demander l’indépendance d’une zone sans être mandatés par sa population ? S’il y a quelqu’un qui doit demander quelque chose au nom de cette population, ce sont les personnes élues par la population à l’Assemblée nationale. Les Touaregs ne constituent pas 10% de la population du Nord-Mali. C’est l’ethnie la plus minoritaire. On ne peut pas proclamer d'indépendance dans ces conditions.

J'ai dit ceci aux membres du MNLA : vous demandez l’indépendance de l’Azawad, au nom de qui ? Comment pouvez-vous demander l’indépendance d’une zone sans être mandaté par sa population ?

La ville de Tombouctou est entre les mains des rebelles touaregs depuis le 1er avril. Comment ressentez-vous cette situation ?

Aujourd’hui Tombouctou est entre les mains du groupe Ansar dine d’Iyad Ag Ghali, et c’est regrettable. Nous ne voulons pas ça. Au 16e siècle, un érudit de la ville du nom de Ahmed Baba a dit au roi du Maroc, venu envahir Tombouctou, que le Prophète avait interdit d’aller conquérir un pays déjà islamisé.

Pourquoi veulent-ils [les combattants d’Ansar dine, NDLR] nous islamiser ? Même le Coran interdit ça. J’ai l’impression d'être dans un cauchemar, Tombouctou est une ville aux 333 saints, une ville islamique depuis le 12e siècle... Et maintenant, les islamistes veulent nous apprendre à prier ! En fait, Tombouctou est victime de son nom et de sa célébrité : pour les rebelles, c’est un symbole qu’il faut prendre pour être vu. Je ne suis pas d’accord avec la charia à Tombouctou. Pour nous c’est de l’extrémisme.

Tombouctou est une ville islamique depuis le 12e siècle... Et maintenant les islamistes veulent nous apprendre à prier ! Je ne suis pas d’accord avec la charia à Tombouctou. Pour nous c’est de l’extrémisme.

Quelles sont les consignes des nouvelles autorités ?

Les éléments d’Ansar dine sont dans une phase de séduction. Ils distribuent des céréales à la population, ils disent aux gens qu’ils veulent leur bien et ils maintiennent l’ordre dans la ville. Ils commencent à ramener le matériel pillé…  Et disent qu’ils dévoileront leur constitution basée sur la charia dans les prochains jours.

Est-ce que des dirigeants d’Aqmi sont venus à Tombouctou, aux côtés d’Iyad Ag Ghali ?

Le seul leader d’un groupe islamiste dont je suis informé de la présence à Tombouctou, c’est Iyad Ag Ghali. Le reste, c’est de la rumeur diffusée par les médias. Mais il faut craindre la transformation du Nord-Mali par Aqmi en un nouvel Afghanistan, avec des groupes comme Ansar dine, Boko Haram... À Tombouctou, il y a des combattants tchadiens, somaliens, libyens... On les a reconnus à leurs langages.

Les chrétiens de Tombouctou ont quitté la ville. Ont-ils été menacés ?

Je pense, oui. Ils ont senti une menace pour leur sécurité et ils ont quitté la ville. Ils ont intérêt à fuir, car les islamistes disent même aux musulmans qu’ils ne savent pas comment prier. Ne parlons pas de ce qu'ils diraient aux chrétiens.

Y a-t-il eu des pillages et des viols à Tombouctou ?

Ce qui est sûr, c’est qu'il y a eu des pillages comme à Gao. Conséquence : il n’y a plus d’administration, plus d’école, plus d’échanges, plus de banques. L’hôpital et la pharmacie populaire de la ville ont été pillés. Mais il n’y a pas de preuves de viols.

Pouvez-vous nous dire s'il y a des tensions entre Ansar dine et le MNLA ?

Pour moi, ce sont tous des étrangers à Tombouctou, et pour nous, ils sont pareils. Qu’il y ait des tensions entre eux ou pas, ce n'est pas notre problème.

Est-ce que Ansar dine empêche les populations de quitter Tombouctou ?

Non, les combattants fouillent  les gens avant de les laisser sortir de la ville. Ils ont indiqué aux imams que c’était pour empêcher les armes de sortir.

________

Propos recueillis à Bamako par Baba Ahmed

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers