Extension Factory Builder

Diouma Dieng Diakhaté : "La désunion du M23 profitera à Wade" pour la présidentielle

23/02/2012 à 18:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Diouma Dieng Diakhaté a fait fortune dans la couture avant de se lancer en politique. Diouma Dieng Diakhaté a fait fortune dans la couture avant de se lancer en politique. © Nicolas Ly pour J.A.

Inconnue du grand public, Diouma Dieng Diakhaté est un ovni de la politique sénégalaise. À la dernière minute, cette couturière de renom s'est portée candidate à la présidentielle. Suscitant les accusations de connivence avec le pouvoir, qu'elle réfute avec véhémence.

Couturière de renom, Diouma Dieng Diakhaté, 64 ans est totalement novice en politique. Sa décision de s’engager dans la course à la présidentielle, à soixante douze heures de la clôture du dépôt des candidatures, en a surpris plus d’un. Et suscité de nombreux commentaires peu amènes. « C’est un pion » du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir), jugent ses détracteurs. Faux ! rétorque la dame, de sa voix grave : « J’ai décidé de me présenter parce que les jeunes chômeurs me l’ont demandé, jure-t-elle. Ils savent que je fais beaucoup dans le social. »

Native de Rufisque, Diouma a d’abord exercé le métier de secrétariat de direction, à partir de 1969 à l’ambassade de la RDC à Dakar et à l’Asecna (entre 1970 et 1980). Puis, elle fait un bref passage à Air Afrique comme hôtesse avant de se consacrer définitivement, à partir de 1981, à sa passion : la haute couture, un domaine qui l’a rendue célèbre.

« Je suis autodidacte dans la couture. En 1981, j’ai pris une disponibilité pour me lancer dans ce métier. J’avais deux vieilles machines et mon garage me servait d’atelier », explique-t-elle. Puis les choses sont allées très vite, explique cette sexagénaire. « Deux ans après j’ai sollicité un prêt bancaire et acheté une logement plus grand que j’ai transformé en atelier. En tout, j’ai investi plus de 500 millions de francs CFA dans mon entreprise, Shalimar couture, sur le boulevard Général De Gaulle ». Et elle rêve désormais de conquérir la présidence du Sénégal... Interview.

________

Jeune Afrique : Comment jugez-vous les violences pendant la campagne ?

Diouma Dieng Diakhaté : Le Sénégal a toujours été cité comme exemple en matière de démocratie. Que Wade ne comprenne pas qu’il ne devrait pas briguer un troisième mandat, je trouve cela anormal. Et c’est à cause de lui que la situation est aujourd’hui tendue, avec des morts et blessés que nous déplorons. C’est triste pour notre pays.

Vos détracteurs disent que votre candidature est parrainée par le pouvoir pour fragiliser l'opposition…

Ce n’est pas vrai. Je n’ai pas vu Wade depuis 2002. Il ne m’a reçu qu’une seule fois, en 2002. Quelqu’un que vous ne voyez pas, comment peut-il vous proposer quelque chose ? Ce sont de fausses accusations.

Vous avez signé la déclaration du Mouvement du 23 juin (M23) pour une campagne commune contre Wade. Comment expliquez-vous la démarche en solo de certains de vos membres ?

Nous ne sommes pas solidaires entre candidats membres du M23. Il y en a qui veulent coûte que coûte que l’élection se tiennent à la date prévue. D’autres sont contre la tenue de l’élection avec Wade. Des candidats ne viennent même plus aux réunions et battent campagne à l’intérieur du pays comme si de rien n’était. Or c’est l’union qui fait la force. Et si on continue comme ça, notre désunion au sein du M23 profitera à Wade.

_____

Propos recueillis par Nicolas Ly, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers