Extension Factory Builder

L'identité qatarie, une idéologie de l'origine

13/02/2012 à 11:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Anie Montigny est anthropologue au Muséum national d’histoire naturelle - Musée de l’Homme à Paris.

Peut-on distinguer une identité culturelle qatarie ? Par rapport aux autres pays arabes du Golfe, comment pourrait-on la définir ? Nous savons que l’identité est une notion floue, qui peut inclure divers critères tels que la langue, l’origine, les groupes sociaux, la citoyenneté… Critères qui, eux-mêmes, sont susceptibles de changer dans le temps selon l’importance attribuée à un déterminant plutôt qu’à un autre. Au plan culturel, elle est une manière de se distinguer de l’Autre. Au plan politique, l’identité nationale est affirmée par l’État. Dans ce cas, elle se constitue par étapes, selon une logique en construction. Aujourd’hui plus qu’hier, l’identité est fondée sur le sentiment d’appartenance nationale. Bien que minoritaires en nombre dans leur pays, les Qataris représentent une minorité dominante par rapport aux trois quarts d’étrangers immigrés.

Pour cela, le père de l’émir actuel a imposé l’idée de citoyenneté en réduisant de plus en plus les prérogatives et les droits acquis par les groupes d’origine bédouine, qui étaient susceptibles d’être en compétition avec l’aristocratie au pouvoir. Car traditionnellement, la concurrence entre groupes tribaux, éleveurs de grand bétail, s’exerçait à la fois sur la capacité guerrière et sur la revendication de l’ascendance généalogique dans la longue durée. Depuis lors, ces tribus doivent loyauté à l’État, quand bien même leurs membres entretiennent des liens de parenté principalement au Bahreïn, en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes unis.

L’identité nationale s’est constituée sur l’idéologie de l’origine, en classant les groupes et les familles selon la qualité et la profondeur généalogiques. C’est encore cette idéologie qui fonde la structure sociale et politique du pays. Et elle s’impose comme moyen d’identification et de différenciation des familles entre lesquelles les pratiques matrimoniales sont maintenues. Un autre effet de ce classement à partir de la qualité de la filiation généalogique est la répartition entre deux grandes catégories, selon l’origine arabe ou iranienne. Ainsi les familles d’affiliation tribale sont-elles considérées comme authentiques ; alors que les autres, sunnites ou chiites – qui n’admettent pas toutes une origine iranienne –, se voient attribuer le statut de Qataris par naturalisation, à moins de pouvoir prouver leur résidence au Qatar avant 1920. Il en est de même pour les descendants d’esclaves, leur nom patronymique d’adoption venant témoigner de leur lien ancestral au Qatar.

C’est ce qui fournit la base des données pour l’attribution de la nationalité. Mais cela demeure une question sensible, surtout depuis l’invasion du Koweït par l’armée de Saddam Hussein. Depuis lors, les gouvernements du Golfe sont devenus très soupçonneux, au point de retirer la nationalité à certains et d’en faire des apatrides (les Bidouns). D’autres sont au contraire les bienvenus : sportifs de haut niveau, groupes tribaux… Telle est la stratégie que semble privilégier l’émir actuel. Mais dans ce pays où tous les nationaux se connaissent, qu’une personne vienne à déroger aux règles de la bienséance et l’on fera des commentaires sur son origine qatarie : vrai ou fausse !

La patrimonialisation commanditée par l’État et construite à partir de la notion de turâth (l’héritage culturel) contribue à l’exacerbation du sentiment national. Dès les années 1970, des fouilles archéologiques ont fourni une assise au pays ; et la réhabilitation d’un passé idéalisé à travers les manifestations populaires (patrimoine bédouin, traditions maritimes) confère aux membres de la société une individualité façonnée par une identité unitaire.

___

À lire en ligne, deux articles d'Anie Montigny :

- « L’Afrique oubliée des noirs du Qatar », dans le Journal des Africanistes, 72 (2), p. 213-225, 2002.

- « Le  turâth comme construction de l'identité nationale au Qatar», dans le Monde arabe contemporain, Cahiers de recherche 1998, Patrimoine, Identité, Enjeux Politique. N°6, 1998

 


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Le Gabon et l'illusion pétrolière

Forum-Tribunes Article précédent :
Côte d'Ivoire : SOS investissements

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers