Extension Factory Builder

Le conflit au Soudan, grand oublié de l'UA

08/02/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Zachary Vertin est analyste en charge du Soudan et du Sud Soudan pour l’International Crisis Group (ICG). 

Lors du dernier sommet annuel de l’Union africaine (UA), à Addis Abeba, les chefs d’États africains y ont passé en revue les problèmes du continent, à l’exception toutefois d’une crise majeure. La guerre persiste dans les régions des monts Nuba et du Nil Bleu au Soudan, et selon les experts, l’insécurité alimentaire y atteindra le niveau de famine dans moins d’un mois. Alors que Khartoum empêche l’accès aux territoires les plus affectés par la crise et que les États-Unis cherchent des moyens alternatifs à cet échec humanitaire, les États africains auraient pu négocier une solution et assumer le rôle qui est le leur.  

Depuis juin, Khartoum s’est engagé dans une guerre impitoyable avec les forces d’opposition, d’abord dans le Kordofan du Sud, puis dans le Nil Bleu – deux États alignés avec d’autres régions marginalisées lors de la guerre civile. Leurs populations protestent contre un problème structurel : la centralisation de la richesse et du pouvoir à Khartoum au détriment des périphéries. À la suite de la guerre civile, la difficulté à trouver de nouveaux arrangements politiques et sécuritaires dans ces régions a provoqué le regain des violences, de la souffrance et des déplacements de population.  

Outre l’interruption du commerce dans les aires de conflit, le gouvernement a délibérément bloqué l’accès des organisations humanitaires aux civils les plus touchés par la crise.  

En novembre, Barack Obama a dépêché des hauts responsables de sécurité à Khartoum, exhortant la capitale à ouvrir un couloir humanitaire « suffisant et durable » et plaidant pour qu’un dialogue soit établi en vue de la résolution du conflit. Méfiant, le Parti du congrès national (PCN), actuellement au pouvoir, a rejeté ces sollicitations. Réticent à cesser sa campagne militaire et sceptique quant à la consistance des propositions de Washington, il n’a même pas daigné y répondre.  

Ainsi, malgré les tentatives des Nations unies pour trouver les termes d’un accord, la collaboration de Khartoum reste minimale. Face à ce refus de coopérer, Washington a étudié la possibilité d'un plan B, à savoir une assistance interfrontalière qui verrait le jour sans le consentement de Khartoum. 

Les États-Unis ont analysé cette ultime option en profondeur, y compris ses risques. Toute forme d’accès non-consensuel pourrait provoquer une réponse hostile de Khartoum et entraîner la détérioration des relations soudano-américaines. De même, les États africains déjà circonspects face à l’intervention internationale en Libye seraient consternés. Mais dans la mesure où Khartoum ne donne aucun signe favorable de coopération, les États-Unis sont pressés d’agir avant que le monde n’assiste, impuissant, au déploiement d’une nouvelle catastrophe humanitaire. Ceci dit, l’alternative négociée avec Khartoum l’emporte largement sur le plan B, étant donné les conséquences néfastes que ce dernier engendrerait.  Avec le sommet des 29 et 30 janvier, l’Union africaine disposait d’une belle opportunité. Elle aurait pu atténuer une crise et de la sorte assurer la stabilité régionale à moyen terme. Il en allait de sa réputation ainsi que de son rôle d’acteur dans les affaires mondiales.

Certes, l’UA s’est engagée à plusieurs reprises. Afin de faciliter la résolution des conflits soudanais en suspens, elle a désigné une équipe de médiation dirigée par l’ancien président de l’Afrique du Sud, Thabo Mbeki. Il s’agissait là d’une entreprise d’envergure qui incluait des réformes de gouvernance, l’accès humanitaire et la sécurisation des deux zones. En décembre, son président a envoyé une lettre à Khartoum proposant de gérer le déploiement humanitaire. Et, plus récemment, l’UA s’est jointe à d’autres acteurs pour contrôler la distribution de l’aide internationale et rassurer les donateurs quant à la bonne répartition des provisions.   

Mais l’Union africaine doit s’engager davantage. L’Afrique a l’occasion d’agir sur deux fronts. Afin de mettre un terme aux perceptions d’inertie qui l’accablent, l’UA doit reprendre vigueur et forger une solution régionale qui comprenne les efforts multilatéraux déjà entamés. Certains États africains d’avis que les États-Unis empiètent sur leur souveraineté se trouveraient ainsi apaisés.  Par ailleurs, les dirigeants de l’UA qui disposent de contacts à Khartoum doivent convaincre le PCN qu’un accès négocié est à la fois nécessaire et dans l’intérêt du parti. Une intervention externe serait politiquement dommageable pour le régime soudanais. À une époque où il a besoin d’assistance pour sortir de ses difficultés économiques, il apparaîtrait faible et belligérant aux yeux de la communauté internationale. 

Il est plus que temps que l’Union africaine assume un rôle de premier plan. Suite au sommet, l’UA aurait dû étayer un plan de médiation entre le gouvernement soudanais et les travailleurs humanitaires internationaux. De même, elle aurait dû inciter Khartoum à respecter les impératifs politiques et négocier avec l’opposition. Les populations civiles ont droit à de l’assistance et la sécurité du personnel humanitaire doit être assurée.  

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Afrique : pour une approche maîtrisée des partenariats public-privé

Forum-Tribunes Article précédent :
Le Gabon et l'illusion pétrolière

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

Tchad : quand la ruée vers l'or provoque des tensions intercommunautaires

Tchad : quand la ruée vers l'or provoque des tensions intercommunautaires

Un affrontement entre orpailleurs de retour du Niger a provoqué de fortes tensions entre Zagawas et Toubous dans le Tibesti, à l’extrême nord du Tchad. Retour sur cette ruée vers l’or.[...]

Le 14 août 1994, le terroriste "Carlos" est arrêté au Soudan

C’était il y a vingt ans, jour pour jour. Le 14 août 1994, le terroriste international le plus célèbre de l’époque était arrêté au Soudan après des[...]

Soudan : l'opposante Mariam al-Mahdi arrêtée à Khartoum

L'opposante soudanaise Mariam al-Mahdi a été interpellée mardi à Khartoum à son retour d'un déplacement en France. Elle y avait signé un accord avec le président du Front[...]

Soudan : les élections présidentielle, législatives et locales se tiendront en avril 2015

Les élections générales se tiendront le 2 avril 2015 au Soudan. Malgré les réserves de l'opposition, la commission chargée de l'organisation du scrutin a confirmé la date[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Qui est responsable de la mort d'une dizaine de civils dans le nord du Darfour ?

Soupçonnés d'avoir massacré 13 civils samedi près civils près d'El-Facher, la capitale du Darfour-nord, les groupes rebelles soudanais ont démenti lundi toute implication de leurs forces,[...]

Soudan : trois humanitaires soudanais libérés après un mois de captivité

Trois travailleurs humanitaires soudanais ont été libérés samedi dans la région du Darfour, dans l'ouest du Soudan, après 32 jours de captivité, a annoncé la mission[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Insolite : l'Américain qui voulut faire de sa fille une princesse africaine

Un père de famille américain a promis à sa fille de 6 ans de faire d'elle une princesse. Après quelques recherches, il a enfin trouvé : un territoire de 2 000 kilomètres carrés en[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex