Extension Factory Builder

Elikia M'bokolo : "Au 18e siècle en France, il y avait déjà cette idée que les Noirs étaient trop nombreux"

05/12/2011 à 15:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
E. M'Bokolo est directeur d'études à l'EHESS de Paris et co-auteur de la France noire. E. M'Bokolo est directeur d'études à l'EHESS de Paris et co-auteur de la France noire. © Vincent Fournier pour J.A.

En novembre est paru "La France noire, trois siècles de présences", ouvrage collectif de référence (sous la direction de Pascal Blanchard) sur la domination et l'émancipation des "présences noires" en France. Entretien avec Elikia M’bokolo, l’un des auteurs, qui s’est intéressé à la période allant de la fin de la révolution française à la 1e guerre mondiale.

Jeuneafrique.com : Quelle est la place des Subsahariens dans cette France noire* ?

Elikia M’bokolo** : Ils sont déjà visibles dans l’Hexagone dès le XVIIIe siècle. Parce qu’on leur donnait des noms tirés de l’histoire romaine ou grecque, cela brouillait les cartes. Certains ont cependant conservé des noms typiquement africains. À la cour, dans l’aristocratie et dans la grande bourgeoisie, la plupart des serviteurs viennent d’Afrique subsaharienne. Leur nombre augmente progressivement tout au long du XIXe, avec néanmoins un coup d’arrêt au milieu de cette même période.

La France considérait également que ces Noirs étaient contaminés par les idées révolutionnaires et risquaient de mettre en danger le système esclavagiste.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, ils redeviennent visibles par le fait militaire en s’illustrant comme combattants. Par exemple, à la fin du Second Empire, lors du conflit avec les Prussiens ou encore lors de la guerre 14-18. Mais, les études restent la voie royale pour s’installer en France. Beaucoup de ces Noirs d’Afrique, souvent issus de grandes familles, entreprennent d’exemplaires cursus. Parmi eux, des Dahoméens, comme Tovalou Houénou (1887-1936), brillant avocat au barreau de Paris, qui vivait comme n’importe quel grand avocat parisien, sans être confronté aux problèmes de racisme.

C’est une période qui vous fascine…

Examiner cette période laisse deviner une véritable continuité dans les discours de rejet, qui vont jusqu’à Jacques Chirac ou à Jean-Marie Le Pen, donc de la droite nationale à la droite populaire. Lorsqu’en 1986 Charles Pasqua et Robert Pandraud font voter les lois pour l’expulsion des Africains en situation irrégulière, la France est persuadée qu’il s’agit d’une première. Mais un retour au 18e siècle, juste avant la révolution, prouve que déjà, dans cette France-là, il y a avait l’idée que les Noirs étaient trop nombreux, que cela constituait une menace pour la pureté de la race, que les métis étant des Sang Mêlés. La France considérait également que ces Noirs étaient contaminés par les idées révolutionnaires et risquaient de mettre en danger le système esclavagiste outre-mer et tout l’empire.

On ne regarde pas de la même manière l'expulsion des 101 Maliens en 1986 quand on réalise que Napoléon, deux siècles plus tôt, avait fait la même chose.

Déjà à cette période, il y a eu des mesures de concentration des Noirs dans les grands ports français, mais aussi des mesures d’expulsion, une sorte de charters avant la lettre. On ne regarde pas de la même manière l'expulsion de 101 Maliens en 1986 quand on réalise que Napoléon, deux siècles plus tôt, avait fait la même chose. Dans certaines municipalités, des mesures visant à interdire les mariages entre hommes noirs et femmes blanches étaient adoptées, alors qu’à l’inverse, on fermait les yeux sur le concubinage entre femmes noires et hommes blancs. Comme celui qu’entretenait Thomas Jefferson, alors ambassadeur des États-Unis, avec la sœur de l’un de ses domestiques noirs, dont il eût plusieurs enfants.

La France noire a aussi pour ambition de déconstruire certains mythes…

Comme celui des tirailleurs sénégalais utilisés comme chair à canon. L’histoire n’a pas trouvé sa place, alors les gens ont fabriqué des mythes auxquels ils se sont raccrochés pour arriver à réécrire un pan de leur histoire. Tous les tirailleurs sénégalais n’ont pas eu le même destin. Ils étaient généralement six mois au front ; l’hiver, ils étaient à l’arrière.

On oublie même que certains régiments sont restés cantonnés en Afrique et n’ont pas fait le déplacement en Europe. Certains régiments ont été dans les Dardanelles, où les taux de mortalité étaient importants pour tous. Selon les statistiques, certains régiments français ont connu davantage de morts. C’est le cas des régiments bretons. Il n’y a donc pas une histoire globale de la chair à canon. En revanche, on peut se demander ce qu’ils allaient faire au front, ces soldats, dans une guerre qui n’étaient pas la leur. Cette question pose également celle de la trahison de la République française.

Contrairement aux Français, ils n’ont pas été payés en retour pour le sacrifice consenti. Les soldats français ont eu droit à une image positive, à quelques avantages matériels et financiers. Encouragés à rentrer chez eux, les Africains ont rarement eu la citoyenneté qui leur avait été promise. Une fois en Afrique, même ceux qui avaient la nationalité française ont finalement été traités comme des « indigènes ». C’est donc la distorsion entre ce qu’ils ont fait pendant la guerre et le traitement qui a été le leur qui fait problème.

* La France Noire, trois siècles de présences. Éditions La Découverte.

** E. M'Bokolo, spécialiste du continent, est directeur d'études à l'EHESS de Paris.

___

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam

 

 
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Gaza : cessez-le-feu de 12 heures entre Israël et le Hamas

Gaza : cessez-le-feu de 12 heures entre Israël et le Hamas

Un cessez-le-feu de 12 heures entre Israël et le Hamas palestinien est entré en vigueur samedi à Gaza après d'intenses efforts d'acteurs internationaux, qui se retrouvent à Paris pour tenter d'ob[...]

Deux footballeurs s'affrontent sur Twitter à propos de l'intervention israélienne à Gaza

Les polémiques autour du conflit israélo-palestinien n'épargnent pas le monde du football. Les deux anciens coéquipiers en Angleterre, Joey Barton et Yossi Benayoun, se sont répondus par tweets[...]

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa,[...]

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Espagne : Pedro Sánchez, ou comment faire oublier Zapatero...

Le nouveau patron de l'opposition est jeune, beau et intelligent. Mais avant "d'y penser en se rasant", Pedro Sánchez va devoir rafraîchir l'image du Parti socialiste. Bon courage ![...]

Irak : Fouad Massoum remplace Jalal Talabani à la présidence

Le Parlement irakien a élu jeudi le politicien kurde Fouad Massoum à la tête de l'État fédéral. Un premier pas qui laisse augurer la formation d'un nouveau gouvernement dans le pays[...]

Gaza : Israël accusé de possibles crimes de guerre par l'ONU

Alors que débute la troisième semaine de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, la haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a demandé une enquête sur les possibles[...]

France : un nouveau projet de loi sur l'immigration

Attirer plus de diplômés et d'entrepreneurs étrangers. Tel est le but du projet de loi que le gouvernement s'apprête à dévoiler. Parmi les nouveautés, un titre de[...]

Indonésie : l'avenir, c'est Jokowi

Il y a le réformateur populaire, Joko Widodo, et le militaire conservateur, Prabowo Subianto. Tous deux clament leur victoire à l'élection présidentielle du 9 juillet. Deux visages, deux[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers