Extension Factory Builder

Sans de bonnes exploitations agricoles, l’Afrique est condamnée à la faim

02/12/2011 à 12:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Un sage a dit un jour qu’un homme affamé est un homme en colère. Cela vaut aussi pour un agriculteur qui ne peut se nourrir.

Si les pays africains ne veulent pas voir cet adage devenir une réalité, ils doivent honorer leurs engagements et investir plus dans le futur de l’agriculture, pour rendre les exploitations agricoles plus productives et viables, et pour les protéger des risques liés au changement climatique et aux épisodes météorologiques extrêmes.

L’agriculture est le sang de la vie de plus d’un demi-milliard d’Africains, et le changement climatique l’affectera de manière significative sur tout le continent. La hausse des températures et l’augmentation des sécheresses et inondations pourraient dramatiquement altérer le cycle végétatif et ravager les récoltes. Selon une étude menée par le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), le taux de mauvaises récoltes – déjà de 25 % dans l’essentiel de l’Afrique de l’Est – augmentera dans toutes les régions à l’exception de l’Afrique centrale. A cause du changement climatique, les cultures non irriguées pourraient chaque année s’avérer mauvaises dans la majeure partie de l’Afrique australe.

Dans le passé, les agriculteurs africains ont fait preuve d’une remarquable capacité à s’adapter aux évolutions du climat. Mais la hausse des températures de quatre degrés ou plus annoncée par le Groupe intergouvernemental d'experts sur l’évolution du climat (GIEC) pourraient pousser des millions d’agriculteurs au-delà de leurs capacités d’adaptation, et il est peu probable que le débat sur le climat de la planète qui s’est ouvert à Durban le 28 novembre aboutisse à un accord de limitation du réchauffement à deux degrés ou moins.

Ainsi, nous les Africains, nous devons réaliser que nous ne pouvons attendre que le monde trouve à notre place une solution au problème du climat. Nous devons suivre notre propre voie vers la sécurité climatique. Et cela commence par assurer nous-mêmes notre sécurité alimentaire.

Plusieurs options s’offrent à nous pour aider les agriculteurs à s’adapter au réchauffement climatique, mais elles nécessitent la mise en place de nos propres institutions et d’une infrastructure capable d’améliorer nos récoltes et de protéger nos agriculteurs.

Sans de bonnes exploitations agricoles, l’Afrique est condamnée à la faim….

Dans des pays tels que le Rwanda, le Nigéria, la Tanzanie et le Malawi, les programmes de transformation agricole stimulant une production autrefois parmi les plus faibles du monde constituent pour les agriculteurs africains leur premier rempart contre le changement climatique.

Alors qu’une crise alimentaire causée par la sécheresse affecte des millions de personnes dans la Corne de l’Afrique, quelques lueurs d’espoir brillent néanmoins dans la région. Des programmes innovants d’assurance des cultures et du bétail ont commencé à indemniser les agriculteurs qui avaient contracté des micro-assurances pour protéger de la sécheresse leurs cheptels et leurs récoltes. Ces programmes utilisent des stations météorologiques solaires et des données satellites pour surveiller les conditions météorologiques et verser automatiquement les indemnités quand les récoltes et les pâturages sont touchés au-delà d’un certain point. Ces systèmes d’assurance contre les risques climatiques sont un exemple d’innovations basées sur le marché, qui pourrait se répandre plus largement en Afrique.

En Afrique australe, des centaines de milliers de fermiers pratiquent une agriculture de conservation qui les aidera à s’adapter au changement climatique. Cette approche impliquant un travail du sol réduit ou nul, les agriculteurs sont capables de maintenir dans les terres un contenu plus humide, fertile et biologique. Cette approche intelligente du climat réduit aussi les émissions de gaz à effet de serre en diminuant le recours aux machines et aux engrais chimiques, et en stockant plus de carbone dans les sols.

Au Sahel, les scientifiques sont de plus en plus à même de prévoir des conditions telles que des températures supérieures à la normale ou des sécheresses prolongées pendant la période de végétation. Mais les États africains doivent améliorer leurs services de vulgarisation agricole pour que les prévisions et autres informations utiles soient communiquées aux agriculteurs à temps pour les aider à prendre les meilleures décisions sur le terrain. Au Zimbabwe par exemple, une étude a observé que le rendement des cultures augmentait de 19 % chez les agriculteurs utilisant les prévisions saisonnières pour éclairer leurs décisions.

Une récente enquête du Programme de recherche sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS) du CGIAR a révélé que la variabilité et l’imprévisibilité du climat – pluies précoces, baisse des précipitations, sécheresses et inondations plus fréquentes – a entraîné 80 % des ménages d’une région du Kenya à modifier leurs pratiques agricoles. Les agriculteurs sont avides de solutions, et ils sont à la fois désireux et capables de les mettre en application.

Les États africains, la communauté des bailleurs de fonds et les autres partenaires au développement doivent soutenir les agriculteurs dans leurs efforts pour renforcer leur résilience à la menace grandissante que représente le climat. Les investissements dans la productivité devraient être complétés par des approches réduisant les risques liés au climat, diminuant les émissions de carbone dues à l’agriculture et à la déforestation, et améliorant l’accès des agriculteurs à l’information sur le climat. Sans de bonnes exploitations agricoles, l’Afrique est condamnée à la faim… et ça c’est pour le moins une très sombre nouvelle !

___

Bruce Campbell est le directeur du Programme de recherche sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS) du CGIAR. Né en Afrique du Sud, il a travaillé pendant 20 ans au Zimbabwe, et est aujourd’hui basé à Copenhague.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

La justice sud-africaine enquête sur des cadeaux présumés de l'ANC aux électeurs

La justice sud-africaine enquête sur des cadeaux présumés de l'ANC aux électeurs

La médiatrice de la République sud-africaine a ouvert mardi des investigations préliminaires après différentes plaintes dénonçant des cadeaux de l'ANC, le parti au pouvoir, pour[...]

Zimbabwe : Mugabe assure avoir réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a réduit son salaire mensuel à 4 000 dollars (environ 2 800 euros) en raison de la crise économique qui touche son pays.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À l'or[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les lé[...]

Ould Mansour : "Une candidature unique de l'opposition peut redonner espoir aux Mauritaniens"

Jemil Ould Mansour, le président du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, islamiste), plus connu sous le nom de Tawassoul, explique la position de l'opposition mauritanienne &agra[...]

Nigeria : au moins 77 lycéennes toujours détenues par leurs ravisseurs

Une semaine après l'enlèvement d'une centaine de lycéennes par Boko Haram, l'armée et des milices pro-gouvernementales poursuivent la traque des islamistes. Si certaines des jeunes victimes ont pu s'enf[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Soudan du Sud : les rebelles commettent des massacres à caractère ethnique, selon l'ONU

Les rebelles sud-soudanais, partisans de l'ancien vice-président Riek Machar ont été accusés lundi par les Nations unies d'avoir massacré de "centaines de civils" sur des bases ethniq[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

La Guinée retire les permis de BSGR

Le gouvernement guinéen a résilié le permis minier octroyé au milliardaire Benny Steinmetz et à sa compagnie BSGR. Il portait sur le gisement de fer de Simandou. Cette décision fait suite [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces