Extension Factory Builder

Amel Boubekeur : "Si les islamistes s'inscrivent dans la révolution, c'est par opportunisme"

02/12/2011 à 09:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amel Boubekeur : 'L’islamisme n’est pas un enfant naturel des révolutions.' Amel Boubekeur : "L’islamisme n’est pas un enfant naturel des révolutions." © D.R.

La Franco-Algérienne Amel Boubekeur est chercheur et spécialiste de l’islam politique. Elle publiera fin décembre, en collaboration avec Olivier Roy, "What have islamist become ?" aux éditions Columbia. Interview.

Jeuneafrique.com : Les islamistes doivent-ils leurs victoires, en Tunisie et au Maroc, aux révolutions arabes ?

Amel Boubekeur : L’islamisme n’est pas un enfant naturel des révolutions. Il ne faut pas oublier qu’ils n’étaient pas dans la rue au moment des soulèvements ! Ce n’est en tout cas pas l’islamisme idéologique qui a gagné. On peut dire par contre que les régimes ont aujourd’hui intérêt à organiser une transition en jouant, notamment, sur la carte de la justice sociale, que brandissent en priorité les islamistes. De leur côté, les islamistes ont intérêt à accéder au pouvoir sans bouleverser pour autant les institutions. Et enfin, les votants avaient intérêt à voter pour une idéologie qui sorte du lot et qui soit claire. Ces victoires sont le produit d’un contexte particulier, mais si les islamistes s’inscrivent dans la révolution, c’est avant tout par opportunisme.

Au Maroc, qui a voté pour le Parti de la Justice et du développement (PJD) ?

Le vote a été finalement assez disparate. Il y a des gens qui étaient convaincus de longue date. D’autres qui ont voté contre le G8 et on peut parler dans ce sens d’un vote antisystème. Finalement le PJD avait l’offre la plus lisible, la communication la plus simple et il a fait les promesses les plus consensuelles, capables de contenter une large frange de la société. En se désidéologisant, ils ont pu mobiliser une clientèle très large. Les gens veulent de bons gestionnaires et sur le plan local, le PJD a fait ses preuves.

Le PJD reste-t-il un parti islamiste ?

Avec l’exercice du pouvoir, les islamistes vont devoir faire des alliances et ils ne pourront donc pas faire ce qu’ils veulent. Ce qu’ils veulent ce n’est pas avoir LE pouvoir, mais avoir du pouvoir. Eux veulent gérer les questions quotidiennes et les tensions sociales. Leur virginité vis-à-vis du pouvoir va en prendre un coup. Ils vont devoir pratiquer un islamisme mou, une sorte de populisme à moindre coût. De toute façon, leur capacité de changement, dans ce système verrouillée, est limitée.

Le PJD a-t-il aujourd’hui les moyens de rétribuer ses votants et ses militants ?

C’est un point essentiel. On en parle beaucoup moins que pour les autres partis, mais au sein du PJD aussi il y a une grosse bataille générationnelle. Il va falloir contenter à la fois les anciens, les fondateurs et les plus jeunes.

________

Propos recueillis par Leïla Slimani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

GES 2014 : Marrakech se fait capitale mondiale de l'entrepreneuriat

 Chefs d'Etats, grands patrons, ministres, jeunes entrepreneurs... Ils sont tous venus à Marrakech pour participer à la cinquième édition du Sommet Global de entrepreneuriat, la première du[...]

Le marocain Saham s'implante au Nigeria

Saham a acquis 40% de la société nigériane d'assurance non-vie Unitrust Insurance. Pénétrant sur le troisième marché du continent et l'un des plus prometteurs.[...]

Un ressortissant français et sa fille retrouvés mort dans le centre du Maroc

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce double homicide remonte à une semaine et aurait été motivé par le vol. Trois suspects ont été arrêtés,[...]

Exclusif : le fonds souverain de la Norvège se tourne vers Casablanca

 Le fonds souverain norvégien, le plus grand du monde avec un total d'actif de 878 milliards de dollars, vient de placer le Maroc sur ses radars.[...]

CAN 2015 : comment le Maroc s'est mis hors jeu

La Coupe d'Afrique des nations ne se jouera pas au Maroc, qui avait demandé un report en invoquant le "péril Ebola". Récit de ces folles semaines qui ont mis Rabat et la CAF au bord de la[...]

CAN 2015 : comment la Guinée équatoriale s'est imposée

Plusieurs pays du continent auraient pu accueillir la CAN 2015. Certains ont décliné, d'autres se sont proposés. Le Qatar a même montré le bout de son nez. Mais la Guinée[...]

Maroc : la BERD prête 100 millions d'euros à Banque centrale populaire

 La BERD a accordé une ligne de financement de 100 millions d'euros à Banque centrale populaire pour renforcer les prêts accordés des micro-entreprises et des PME marocaines.[...]

Vidéo - Maroc : le prince Moulay Rachid se marie, un événement haut en couleurs

Le Maroc célèbre sur trois jours le mariage du prince Moulay Rachid, frère du roi Mohammed VI et deuxième dans l'ordre de la succession monarchique. Un événement dans la vie de la[...]

Afrique francophone : et les meilleures business schools en 2014 sont...

Engagées dans une course à la reconnaissance, les écoles de commerce s'internationalisent et se diversifient. Jeune Afrique a passé au crible les établissements d'Afrique francophone,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers