Extension Factory Builder

Mo Ibrahim : "Je vais investir en Tunisie"

14/11/2011 à 18:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mo Ibrahim et le Premier ministre tunisien Caïed Essebsi, le 12 novembre à Tunis. Mo Ibrahim et le Premier ministre tunisien Caïed Essebsi, le 12 novembre à Tunis. © Ons Abid pour la Fondation Mo Ibrahim

Durant trois jours, du 12 au 14 novembre, la Fondation Mo Ibrahim a créé l’événement à Tunis. Méga concert en hommage à la jeunesse africaine, remise du Prix Ibrahim 2011 à l’ancien président capverdien Pedro Pires et débat sur l’agriculture en Afrique… Entretien avec un milliardaire peu ordinaire.

Jeuneafrique.com : Depuis votre dernière visite en juin, la Tunisie a-t-elle changé ?

Mo Ibrahim : Le pays est sûrement plus stable ; on sent que les tensions ont baissé. La tenue des élections y est sans doute pour beaucoup mais c’est aussi le déroulement logique des étapes qui portent une révolution vers la normalité. Le bon déroulement des festivités autour de la remise du prix de la fondation à l’ancien président Pedro Pires (voir photo ci-dessous, © Ons Abid pour la Fondation Mo Ibrahim)est la preuve du climat plus serein du pays. J’espère que la retransmission télévisée dans 25 pays de cet événement contribuera à montrer une nouvelle image de la Tunisie et servira à attirer l’attention du monde sur un pays que les touristes n’ont aucune raison de bouder.

Comptez-vous investir en Tunisie ?

Certainement. Nous disposons d’un fonds d’investissement qui le permet. Nous attendons d’examiner les programmes de développement qui vont être élaborés pour choisir les projets. Le retour de la sécurité dans le pays, les règles de bonne gouvernance et de transparence qui vont y être appliquées ne peuvent qu’encourager les investissements.

Selon vous, le Printemps arabe peut-il se propager au reste du continent ?

La Tunisie est un pays africain, mais aussi un pays arabe ; et ce sont les pays arabes qui sont les plus touchés par cette contagion. Je ne pense pas que ce mouvement se propage au sud du Sahara car de nombreux pays se sont orientés vers une révolution par les réformes et ont mis en place des approches de la démocratie. Les systèmes dictatoriaux ont peu de chance de survie dans un monde en constante évolution ; l’information circule à tout moment. Je me répète sans doute, mais l’essentiel est dans les réformes. Elles sont garantes de stabilité et permettent de prévenir les points de non retour.

__________

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Tunisie : grande marche "contre le terrorisme" à Tunis

Une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers a défilé dimanche à Tunis "contre le terrorisme" en réaction à l'attentat sanglant du musée du Bardo, juste[...]

François Hollande : nous allons "marcher pour les valeurs que la Tunisie représente"

Après avoir voté pour le second tour des départementales, le président français s'est envolé dimanche matin pour Tunis, où il participera à la marche contre le terrorisme.[...]

Tunisie : neuf hommes du principal groupe jihadiste tunisien tués

Neuf hommes armés appartenant au principal groupe jihadiste tunisien, la brigade Okba Ibn Nafaa accusée par les autorités de l'attentat du musée du Bardo, ont été tués par les[...]

Tunisie : marche contre le terrorisme avec des responsables étrangers

La Tunisie organise dimanche une marche contre le terrorisme à laquelle des dizaines de milliers de personnes et des personnalités étrangères, dont le président français François[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces