Extension Factory Builder

Mo Ibrahim : "Je vais investir en Tunisie"

14/11/2011 à 18:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mo Ibrahim et le Premier ministre tunisien Caïed Essebsi, le 12 novembre à Tunis. Mo Ibrahim et le Premier ministre tunisien Caïed Essebsi, le 12 novembre à Tunis. © Ons Abid pour la Fondation Mo Ibrahim

Durant trois jours, du 12 au 14 novembre, la Fondation Mo Ibrahim a créé l’événement à Tunis. Méga concert en hommage à la jeunesse africaine, remise du Prix Ibrahim 2011 à l’ancien président capverdien Pedro Pires et débat sur l’agriculture en Afrique… Entretien avec un milliardaire peu ordinaire.

Jeuneafrique.com : Depuis votre dernière visite en juin, la Tunisie a-t-elle changé ?

Mo Ibrahim : Le pays est sûrement plus stable ; on sent que les tensions ont baissé. La tenue des élections y est sans doute pour beaucoup mais c’est aussi le déroulement logique des étapes qui portent une révolution vers la normalité. Le bon déroulement des festivités autour de la remise du prix de la fondation à l’ancien président Pedro Pires (voir photo ci-dessous, © Ons Abid pour la Fondation Mo Ibrahim)est la preuve du climat plus serein du pays. J’espère que la retransmission télévisée dans 25 pays de cet événement contribuera à montrer une nouvelle image de la Tunisie et servira à attirer l’attention du monde sur un pays que les touristes n’ont aucune raison de bouder.

Comptez-vous investir en Tunisie ?

Certainement. Nous disposons d’un fonds d’investissement qui le permet. Nous attendons d’examiner les programmes de développement qui vont être élaborés pour choisir les projets. Le retour de la sécurité dans le pays, les règles de bonne gouvernance et de transparence qui vont y être appliquées ne peuvent qu’encourager les investissements.

Selon vous, le Printemps arabe peut-il se propager au reste du continent ?

La Tunisie est un pays africain, mais aussi un pays arabe ; et ce sont les pays arabes qui sont les plus touchés par cette contagion. Je ne pense pas que ce mouvement se propage au sud du Sahara car de nombreux pays se sont orientés vers une révolution par les réformes et ont mis en place des approches de la démocratie. Les systèmes dictatoriaux ont peu de chance de survie dans un monde en constante évolution ; l’information circule à tout moment. Je me répète sans doute, mais l’essentiel est dans les réformes. Elles sont garantes de stabilité et permettent de prévenir les points de non retour.

__________

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers