Extension Factory Builder

Mo Ibrahim : "Je vais investir en Tunisie"

14/11/2011 à 18:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mo Ibrahim et le Premier ministre tunisien Caïed Essebsi, le 12 novembre à Tunis. Mo Ibrahim et le Premier ministre tunisien Caïed Essebsi, le 12 novembre à Tunis. © Ons Abid pour la Fondation Mo Ibrahim

Durant trois jours, du 12 au 14 novembre, la Fondation Mo Ibrahim a créé l’événement à Tunis. Méga concert en hommage à la jeunesse africaine, remise du Prix Ibrahim 2011 à l’ancien président capverdien Pedro Pires et débat sur l’agriculture en Afrique… Entretien avec un milliardaire peu ordinaire.

Jeuneafrique.com : Depuis votre dernière visite en juin, la Tunisie a-t-elle changé ?

Mo Ibrahim : Le pays est sûrement plus stable ; on sent que les tensions ont baissé. La tenue des élections y est sans doute pour beaucoup mais c’est aussi le déroulement logique des étapes qui portent une révolution vers la normalité. Le bon déroulement des festivités autour de la remise du prix de la fondation à l’ancien président Pedro Pires (voir photo ci-dessous, © Ons Abid pour la Fondation Mo Ibrahim)est la preuve du climat plus serein du pays. J’espère que la retransmission télévisée dans 25 pays de cet événement contribuera à montrer une nouvelle image de la Tunisie et servira à attirer l’attention du monde sur un pays que les touristes n’ont aucune raison de bouder.

Comptez-vous investir en Tunisie ?

Certainement. Nous disposons d’un fonds d’investissement qui le permet. Nous attendons d’examiner les programmes de développement qui vont être élaborés pour choisir les projets. Le retour de la sécurité dans le pays, les règles de bonne gouvernance et de transparence qui vont y être appliquées ne peuvent qu’encourager les investissements.

Selon vous, le Printemps arabe peut-il se propager au reste du continent ?

La Tunisie est un pays africain, mais aussi un pays arabe ; et ce sont les pays arabes qui sont les plus touchés par cette contagion. Je ne pense pas que ce mouvement se propage au sud du Sahara car de nombreux pays se sont orientés vers une révolution par les réformes et ont mis en place des approches de la démocratie. Les systèmes dictatoriaux ont peu de chance de survie dans un monde en constante évolution ; l’information circule à tout moment. Je me répète sans doute, mais l’essentiel est dans les réformes. Elles sont garantes de stabilité et permettent de prévenir les points de non retour.

__________

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers