Extension Factory Builder

Habib El Malki (USFP) : "Les revendications des jeunes Marocains sont les nôtres"

11/11/2011 à 16:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Habib El Malki : 'Nous sommes les seuls à avoir demandé une réforme constitutionnelle'. Habib El Malki : "Nous sommes les seuls à avoir demandé une réforme constitutionnelle". © D.R.

Ancien ministre de l’Éducation nationale et membre du bureau politique de l’USFP, Habib El Malki est également député du Cercle de Boujâad depuis 1992. Quelques jours avant les législatives marocaines du 25 novembre, il livre son sentiment sur un scrutin historique qui intervient juste après l'adoption d'une nouvelle Constitution limitant les pouvoirs du roi. Interview.

Jeuneafrique.com : À 15 jours des élections législatives, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Habib El Malki : Il faut avouer que j’ai pris l’habitude. Cela fait vingt ans que je me présente ! Reste que cette élection n’est pas tout à fait comme les autres, puisque nous venons d’adopter une nouvelle Constitution qui doit être mise en œuvre et appliquée le mieux possible. C’est pour cela qu’il faut mobiliser la population. La société civile, dont le rôle a d’ailleurs été consacré par la Constitution, doit s’impliquer pour que le taux de participation soit plus élevé qu’en 2007.

Il n’y a que 13 millions d’inscrits sur les listes. N’est-ce pas aussi la faute des partis politiques si les Marocains se sentent si peu concernés ?

Vous faites assumer trop de responsabilités aux partis marocains. Depuis dix ans, nous sommes dans un environnement qui a contribué à dévaloriser le politique et nous en récoltons aujourd’hui les fruits.

On prédit des résultats désastreux pour l’USFP. Êtes-vous inquiet ?

Sur quelles bases se reposent les médias pour formuler de tels pronostics ? Malheureusement nous n’avons pas de sondages sur lesquels nous appuyer et toute prédiction relève de Mme Soleil. Or, au Maroc, Mme Soleil s’est toujours trompée.

Depuis le Printemps arabe, les Marocains demandent eux aussi une rupture et notamment un renouvellement des candidats pour ces élections. Votre parti répond-t-il à cette exigence ?

Les grandes réformes ne sont jamais des cadeaux qui tombent du ciel.

Bien sûr. Notre bureau politique a été renouvelé de moitié et notre Conseil national à plus de 50%. Mais je crois qu’il ne faut pas se focaliser sur ce concept de conflit de génération.

La rupture n’est pas là mais dans la nouvelle Constitution, qui est l’aboutissement d’une dynamique entamée depuis l’alternance. Depuis notre Congrès de 2008, nous sommes les seuls à avoir demandé une réforme constitutionnelle. Les grandes réformes ne sont jamais des cadeaux qui tombent du ciel.

En même temps, pouvez-vous vous prévaloir de l’avancée inscrite dans la nouvelle Constitution ? C’est le contexte régional et le Mouvement du 20 février qui semblent avoir été les plus déterminants…

La victoire ne nous est pas confisquée et nous n’avons pas besoin de nous distinguer dans la course médiatique. Reste, je le reconnais, que nous avons un déficit réel en terme de communication.

Vous avez pourtant essayé d’intégrer certains membres du M20 et de vous faire le chantre de leurs idées ?

Mais les revendications des jeunes sont les nôtres. Nous ne faisons pas un travail politique de saison, nous sommes constants sur nos options fondamentales. À part la Koutla (coalition historique regroupant l’USFP, l’Istiqlal et le PPS, NDLR), aucun parti n’a été un acteur dans l’histoire des réformes constitutionnelles et politique du Maroc. C’est pour cela que nous sommes les mieux habilités à appliquer la nouvelle Constitution. Il faut faire attention à ceux qui se contenteraient d’ une mise en œuvre formelle du texte suprême, qui légitimerait le statu quo et ne s’accompagnerait pas de réformes profondes.

Quelle est la position de la Koutla à la veille du scrutin ?

La Koutla a renouvelé sa plateforme fondatrice et s’est entendu sur un « nouveau pacte pour l’avenir ». C’est un projet de société, qui va au-delà des contingences électorales, et qui met le citoyen marocain, responsable, autonome et libre de ses choix, au centre de tout.
__________

Propos recueillis par Leïla Slimani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex