Extension Factory Builder

Habib El Malki (USFP) : "Les revendications des jeunes Marocains sont les nôtres"

11/11/2011 à 16:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Habib El Malki : 'Nous sommes les seuls à avoir demandé une réforme constitutionnelle'. Habib El Malki : "Nous sommes les seuls à avoir demandé une réforme constitutionnelle". © D.R.

Ancien ministre de l’Éducation nationale et membre du bureau politique de l’USFP, Habib El Malki est également député du Cercle de Boujâad depuis 1992. Quelques jours avant les législatives marocaines du 25 novembre, il livre son sentiment sur un scrutin historique qui intervient juste après l'adoption d'une nouvelle Constitution limitant les pouvoirs du roi. Interview.

Jeuneafrique.com : À 15 jours des élections législatives, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Habib El Malki : Il faut avouer que j’ai pris l’habitude. Cela fait vingt ans que je me présente ! Reste que cette élection n’est pas tout à fait comme les autres, puisque nous venons d’adopter une nouvelle Constitution qui doit être mise en œuvre et appliquée le mieux possible. C’est pour cela qu’il faut mobiliser la population. La société civile, dont le rôle a d’ailleurs été consacré par la Constitution, doit s’impliquer pour que le taux de participation soit plus élevé qu’en 2007.

Il n’y a que 13 millions d’inscrits sur les listes. N’est-ce pas aussi la faute des partis politiques si les Marocains se sentent si peu concernés ?

Vous faites assumer trop de responsabilités aux partis marocains. Depuis dix ans, nous sommes dans un environnement qui a contribué à dévaloriser le politique et nous en récoltons aujourd’hui les fruits.

On prédit des résultats désastreux pour l’USFP. Êtes-vous inquiet ?

Sur quelles bases se reposent les médias pour formuler de tels pronostics ? Malheureusement nous n’avons pas de sondages sur lesquels nous appuyer et toute prédiction relève de Mme Soleil. Or, au Maroc, Mme Soleil s’est toujours trompée.

Depuis le Printemps arabe, les Marocains demandent eux aussi une rupture et notamment un renouvellement des candidats pour ces élections. Votre parti répond-t-il à cette exigence ?

Les grandes réformes ne sont jamais des cadeaux qui tombent du ciel.

Bien sûr. Notre bureau politique a été renouvelé de moitié et notre Conseil national à plus de 50%. Mais je crois qu’il ne faut pas se focaliser sur ce concept de conflit de génération.

La rupture n’est pas là mais dans la nouvelle Constitution, qui est l’aboutissement d’une dynamique entamée depuis l’alternance. Depuis notre Congrès de 2008, nous sommes les seuls à avoir demandé une réforme constitutionnelle. Les grandes réformes ne sont jamais des cadeaux qui tombent du ciel.

En même temps, pouvez-vous vous prévaloir de l’avancée inscrite dans la nouvelle Constitution ? C’est le contexte régional et le Mouvement du 20 février qui semblent avoir été les plus déterminants…

La victoire ne nous est pas confisquée et nous n’avons pas besoin de nous distinguer dans la course médiatique. Reste, je le reconnais, que nous avons un déficit réel en terme de communication.

Vous avez pourtant essayé d’intégrer certains membres du M20 et de vous faire le chantre de leurs idées ?

Mais les revendications des jeunes sont les nôtres. Nous ne faisons pas un travail politique de saison, nous sommes constants sur nos options fondamentales. À part la Koutla (coalition historique regroupant l’USFP, l’Istiqlal et le PPS, NDLR), aucun parti n’a été un acteur dans l’histoire des réformes constitutionnelles et politique du Maroc. C’est pour cela que nous sommes les mieux habilités à appliquer la nouvelle Constitution. Il faut faire attention à ceux qui se contenteraient d’ une mise en œuvre formelle du texte suprême, qui légitimerait le statu quo et ne s’accompagnerait pas de réformes profondes.

Quelle est la position de la Koutla à la veille du scrutin ?

La Koutla a renouvelé sa plateforme fondatrice et s’est entendu sur un « nouveau pacte pour l’avenir ». C’est un projet de société, qui va au-delà des contingences électorales, et qui met le citoyen marocain, responsable, autonome et libre de ses choix, au centre de tout.
__________

Propos recueillis par Leïla Slimani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers