Extension Factory Builder

Tunisie - Kaïs Saïed : "Toutes les hypothèses sont permises avec l'Assemblée constituante"

26/10/2011 à 11:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kaïs Saïed : 'Les membres de la Constituante ont rendez-vous avec l'Histoire.' Kaïs Saïed : "Les membres de la Constituante ont rendez-vous avec l'Histoire." © D.R.

Professeur à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, Kaïs Saïed est l’un des constitutionnalistes les plus chevronnés de Tunisie. Il évoque ici les premiers pas et les prérogatives de l'Assemblée nationale constituante, élue le 23 octobre. Interview.

Jeuneafrique.com : Que va-t-il se passer, maintenant que l’Assemblée nationale constituante (ANC) est élue ?

Kaïs Saïed : À sa première réunion, elle va élaborer un règlement intérieur. C’est important parce que cela déterminera des points comme, par exemple, le type de majorité requise pour voter certains textes. L’ANC doit ensuite définir l’organisation des pouvoirs publics pour la période transitoire. Notamment le mode d’élection du président de la République et ses attributions, le choix du Premier ministre par le président ou par l’ANC, et les rapports entre le président et le Premier ministre.

Quels sont les pouvoirs de l’ANC ?

En dehors de la rédaction de la Constitution, elle pourra définir les domaines de compétence du gouvernement de transition et les siens propres (voter le budget, ratifier les accords internationaux…). Ce sont là des choix politiques dont les enjeux sont importants. En tout cas, tout dépendra de l’ANC, institution légitime parce que élue. Par ailleurs, elle pourra aussi se prononcer sur les moyens de contrôle du gouvernement, qui peuvent aller jusqu’à la motion de censure ou la destitution du chef de l'État en cours de route. Toutes les hypothèses sont permises.

La majorité des Tunisiens n’a rien à voir avec cette bipolarisation fictive entre islamistes-modernistes.

Des pôles sont apparus lors de la campagne électorale. Comment les définiriez-vous ?

Ce sont des divisions artificielles qui ne traduisent pas la réalité de la société tunisienne. La majorité des Tunisiens n’a rien à voir avec cette bipolarisation fictive [islamistes-modernistes, NDLR]. C’est une séparation dépassée. Il n’y a aucune raison de continuer à diviser l’élite politique.

Pensez vous que le délai d'un an va être tenu pour préparer une Constitution ?

C’est à l’ANC de fixer les délais en prenant en considération les attentes du peuple. La Constitution peut être prête dans quelques mois si les membres de l’ANC placent l’intérêt de la Tunisie au-dessus de leur propre intérêt, et gardent à l'esprit qu’ils ont un rendez-vous à ne pas manquer avec l’Histoire.

Certains partis font campagne pour modifier l’article 1 de l’ancienne Constitution, qui proclame : « La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain : sa religion est l'islam, sa langue l'arabe et son régime la république. »  Qu'en pensez-vous ?

Si on perd du temps à discuter cet article, les risques d’enlisement sont grands. Même s'il est un peu ambigu, chaque tendance devrait trouver son compte dans cette ambiguïté. Après tout, la Tunisie s'en est accommodé pendant plus d’un demi siècle. D’ailleurs, pour une grande partie de la population, les questions de l’identité et de la religion ne se posent même pas, en tout cas pas dans les termes utilisés par certains partis politiques.

_____________

Propos recueillis à Tunis par Abdelaziz Barrouhi

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président [...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Tunisie : 90 migrants clandestins interceptés au large de Zarzis

Quatre-vingt-dix migrants africains, partis des côtes libyennes pour rallier clandestinement l'île italienne de Lampedusa, ont été interceptés samedi en mer au large de Zarzis, une ville dans le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers