Extension Factory Builder

Lilia Labidi : "Les femmes tunisiennes ne doivent pas rater le coche"

19/10/2011 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour la Constituante, le 23 octobre, les femmes sont 292 têtes de listes pour 1428 listes. Pour la Constituante, le 23 octobre, les femmes sont 292 têtes de listes pour 1428 listes. © AFP

Psychologue et anthropologue, militante féministe connue pour ses travaux sur la femme arabe, Lilia Labidi, est l’une des cent femmes les plus influentes du monde arabe, selon la revue Arabian Business. Ministre des Affaires de la Femme depuis le 17 janvier 2011, elle concentre son action sur la participation de la femme dans la prise de décision et sur la valorisation de la femme rurale en Tunisie.

Jeuneafrique.com : En septembre dernier, lors des travaux en marge de la 66e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, vous avez écourté votre séjour en arguant que le coût d’une journée à New York permettrait à des femmes rurales de démarrer un microprojet.

Lilia Labidi : L’attention du monde doit se traduire par plus d’engagement concret. Les succès d’estime ne suffisent pas. Il fallait faire passer un message lors de ces travaux aux Nations Unies ;  celui de la nécessité de soutenir la femme tunisienne, notamment rurale, et d’étendre ce soutien à la femme arabe, à travers des projets concrets et des budgets conséquents.

Depuis le 14 janvier, la question de la femme est récurrente dans le débat politique. Y a-t-il un progrès ?

Depuis Bourguiba, tous les changements sociaux concernant les femmes ont été voulus par des hommes. Durant les 20 dernières années, les femmes ont été marginalisées au niveau politique, et certaines, comme les femmes démocrates, ont été réprimées. Aujourd’hui, on parle beaucoup de la femme sans pour autant qu’il y ait de vrai discours sur la condition féminine. Les partis politiques tentent de parler du problème sans esquisser pour autant de réels projets, et bien peu présentent des femmes en tête de listes électorales [pour l’élection de la Constituante, le 23 octobre, elles sont 292 pour 1428 listes, NDLR].

Vous vous préoccupez beaucoup des femmes rurales, pourquoi ?

S’il n’y avait pas de femmes pour travailler la terre, on ne mangerait pas en Tunisie.

Le monde rural n’est pas en opposition aves le monde de la ville mais il faut rééquilibrer le rapport entre les deux. S’il n’y avait pas de femmes pour travailler la terre, on ne mangerait pas en Tunisie. Le développement doit absolument tenir compte de cela et intégrer le travail de la femme.

La révolution tunisienne a révélé que la condition de la femme est en recul. Quelles sont ses perspectives ?

Avec, probablement, un très faible taux de présence dans la Constituante, les femmes devront se faire entendre autrement, en créant notamment des lobbies pour peser sur les mentalités, l’opinion publique et l’Assemblée. Il ne faut pas répéter les erreurs d’un « féminisme au masculin » émanant de l’État. Les femmes sont concernées en tant que femmes mais aussi en tant que citoyennes, et elles ne doivent surtout pas rater le coche de la révolution.

__________

Propos recueillis à Tunis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Marzouki : 'Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes'

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu mercredi un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la révol[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

CAN 2015 : les dix buteurs africains qui affolent les compteurs

Des valeurs sûres, des révélations et des come-back inespérés… Alors que la fin de l’année approche, certains joueurs africains squattent le haut du classement des buteurs des[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Présidentielle tunisienne : la cohabitation de tous les dangers

Si Moncef Marzouki remportait l'élection présidentielle, l'enchevêtrement des attributions entre les deux têtes de l'exécutif tunisien pourrait conduire à une paralysie[...]

Tunisie : Mohamed Ennaceur... pour eux, c'est lui

Son parti, Nidaa Tounes, a voté pour lui. Plus surprenant, ses adversaires d'Ennahdha aussi. Le voilà président du Parlement tunisien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers