Extension Factory Builder

Lilia Labidi : "Les femmes tunisiennes ne doivent pas rater le coche"

19/10/2011 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour la Constituante, le 23 octobre, les femmes sont 292 têtes de listes pour 1428 listes. Pour la Constituante, le 23 octobre, les femmes sont 292 têtes de listes pour 1428 listes. © AFP

Psychologue et anthropologue, militante féministe connue pour ses travaux sur la femme arabe, Lilia Labidi, est l’une des cent femmes les plus influentes du monde arabe, selon la revue Arabian Business. Ministre des Affaires de la Femme depuis le 17 janvier 2011, elle concentre son action sur la participation de la femme dans la prise de décision et sur la valorisation de la femme rurale en Tunisie.

Jeuneafrique.com : En septembre dernier, lors des travaux en marge de la 66e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, vous avez écourté votre séjour en arguant que le coût d’une journée à New York permettrait à des femmes rurales de démarrer un microprojet.

Lilia Labidi : L’attention du monde doit se traduire par plus d’engagement concret. Les succès d’estime ne suffisent pas. Il fallait faire passer un message lors de ces travaux aux Nations Unies ;  celui de la nécessité de soutenir la femme tunisienne, notamment rurale, et d’étendre ce soutien à la femme arabe, à travers des projets concrets et des budgets conséquents.

Depuis le 14 janvier, la question de la femme est récurrente dans le débat politique. Y a-t-il un progrès ?

Depuis Bourguiba, tous les changements sociaux concernant les femmes ont été voulus par des hommes. Durant les 20 dernières années, les femmes ont été marginalisées au niveau politique, et certaines, comme les femmes démocrates, ont été réprimées. Aujourd’hui, on parle beaucoup de la femme sans pour autant qu’il y ait de vrai discours sur la condition féminine. Les partis politiques tentent de parler du problème sans esquisser pour autant de réels projets, et bien peu présentent des femmes en tête de listes électorales [pour l’élection de la Constituante, le 23 octobre, elles sont 292 pour 1428 listes, NDLR].

Vous vous préoccupez beaucoup des femmes rurales, pourquoi ?

S’il n’y avait pas de femmes pour travailler la terre, on ne mangerait pas en Tunisie.

Le monde rural n’est pas en opposition aves le monde de la ville mais il faut rééquilibrer le rapport entre les deux. S’il n’y avait pas de femmes pour travailler la terre, on ne mangerait pas en Tunisie. Le développement doit absolument tenir compte de cela et intégrer le travail de la femme.

La révolution tunisienne a révélé que la condition de la femme est en recul. Quelles sont ses perspectives ?

Avec, probablement, un très faible taux de présence dans la Constituante, les femmes devront se faire entendre autrement, en créant notamment des lobbies pour peser sur les mentalités, l’opinion publique et l’Assemblée. Il ne faut pas répéter les erreurs d’un « féminisme au masculin » émanant de l’État. Les femmes sont concernées en tant que femmes mais aussi en tant que citoyennes, et elles ne doivent surtout pas rater le coche de la révolution.

__________

Propos recueillis à Tunis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : la demi-surprise du chef

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Tunisie : "Si Béji" et les bajboujettes

Le tout nouveau président tunisien, appelé affectueusement Bajbouj, doit aux femmes sa victoire à la présidentielle. Et qu'un électorat féminin porte un candidat à la[...]

Tunisie : Maison de l'image et espace d'expressions

Comment filmer, photographier et dire la Tunisie d'aujourd'hui ? Olfa Feki, architecte, et Wassim Ghozlani, photographe, viennent de créer dans ce but la Maison de l'image.[...]

La Tunisie lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

La Tunisie a obtenu le 27 janvier un milliard de dollars sur les marchés internationaux, davantage que les 750 millions prévus. La demande a atteint 4,3 milliards.[...]

CAN 2015 : La RD Congo rejoint sur le fil la Tunisie en quarts !

Longtemps éliminés, les Congolais qui ont égalisé grâce à Bokila face à la Tunisie (1-1) rejoignent leur adversaire du soir en quarts de finale de la CAN 2015. Le Cap-Vert et la[...]

Tunisie : report du vote de confiance au gouvernement de Habib Essid

À peine formé, le gouvernement proposé par le nouveau chef de l’exécutif, Habib Essid, suscite de vives critiques. Au point que le vote de confiance à l’Assemblée des[...]

Gouvernement tunisien : pourquoi Afek Tounes a jeté l'éponge

Le parti tunisien Afek Tounes déplore la méthode de négociation quelque peu expéditive du Premier ministre désigné, Habib Essid, pour la formation de son gouvernement.[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers