Extension Factory Builder

Listes indépendantes : un risque pour les prochaines élections en Tunisie ?

11/10/2011 à 15:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Tunisiens craignent que de nombreuses listes indépendantes soient le fait d'islamistes. Des Tunisiens craignent que de nombreuses listes indépendantes soient le fait d'islamistes. © AFP

Le juriste Leïth Ben Becher décrypte les risques qu'encourt la toute jeune démocratie tunisienne à l'occasion de l'élection de l'Assemblée constituante.

Qu’attendent les Tunisiens des élections du 23 octobre ? Une Assemblée représentative, élue dans des conditions ne laissant aucune place à la contestation de la crédibilité du scrutin, gage de toute légitimité. Or, outre Ettajdid, le Parti démocrate progressiste (PDP) et le Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL) – les trois partis légaux qui ont résisté sous Ben Ali –, plus de cent partis ont été légalisés depuis le 14 janvier, allant de l’islamisme, dans sa complexité, au marxisme léninisme et même au Baas ( !). L’échiquier politique est donc en saturation. N’y avait-il pas assez de structures pour représenter l’essentiel des tendances politiques et des courants idéologiques qui peuvent exister en Tunisie ?

Pourtant, la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, la transition démocratique et la réforme politique a cédé à la tentation et ouvert les élections, pour une plus grande représentativité dit-on, aux candidats indépendants. Soit ! Mais faute d‘avoir mis des conditions (parrainage, caution..) permettant de limiter les candidatures fantaisistes, plus de 1 300 listes, dont près de la moitié sont réputées indépendantes, sont en lice. Beaucoup ont attiré l’attention sur les difficultés, voire les dangers de cette démultiplication sous couvert de libéralisme politique. Mais rien n’a été fait pour en limiter les effets.

Et une semaine après le début de la campagne électorale, d’autres risques apparaissent. Le premier est d’ordre financier et il est avéré ; car les deniers publics – et par conséquent le contribuable – devront, comme le prévoit la loi, financer toutes les listes, même celles qui n’ont aucune chance d’atteindre un score minimal. Or il n’est qu’à constater ici et là les espaces vides sur les panneaux d’affichage spécialement établis à cet effet ou à entendre les propositions farfelues et les promesses surréalistes de certains de leurs représentants dans les spots électoraux pour se rendre à l’évidence : nombre de listes n’existent que formellement ! Toutes ces listes recevront pourtant l’intégralité de la subvention publique prévue à cet effet et ne seront tenues qu’à rembourser la moitié des sommes reçues au cas où elles n’atteindraient pas le seuil des 3 % des voix. Sauf que la loi ne prévoit aucune sanction pour les contrevenants. Un beau gaspillage en perspective, surtout que tout le monde se présente en gardien des deniers publics. Car les sommes ainsi engagées se comptent en millions de dinars !

Le second risque est éminemment politique et il comporte deux aspects. Si l’électeur normalement informé a pu se faire depuis quelques mois, sinon quelques semaines, une idée des programmes et des projets politiques des différents partis en compétition, il n’en va pas de même des listes indépendantes constituées le plus souvent ex nihilo avec des appellations improvisées frisant parfois le comique et qui ne serviront qu’à brouiller les esprits et à disperser les voix.

Ensuite, à l’exception de très rares listes indépendantes comme Dostourouna qui défendent un projet politique relativement cohérent et original et qui, d’ailleurs, devrait à terme se transformer en parti, les autres listes s’inscrivent ou bien dans une logique d’intérêts locaux, alors qu’aujourd’hui l’enjeu est essentiellement national, ou, pis, sont dans le sillage de tendances politiques déjà représentées et notamment du mouvement islamiste, dont ils ne sont pour ainsi dire que des supplétifs. Leur rôle étant dans ce cas de tromper « l’ennemi » et surtout de tirer avantage du système électoral basé sur une proportionnelle au plus fort reste.

Espérons que les Tunisiens, qui ont tant rêvé d'une Assemblée pluraliste permettant l’établissement d’une Constitution fidèle à la richesse de notre histoire mais s’inscrivant dans les principes de liberté, de modernité et de progrès, sauront déjouer ces risques et bien d’autres pour éviter de se réveiller le matin du 24 octobre avec une Assemblée dominée par une majorité réactionnaire… plurielle.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Il n'est jamais trop tard pour apprendre

Forum-Tribunes Article précédent :
À nouvelle Tunisie, nouveau modèle économique

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex