Extension Factory Builder

Tunisie : que reproche-t-on à Ridha Grira ?

04/10/2011 à 15:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le 20 septembre 2011 autour de 17h30, un mandat de dépôt a été émis à l’encontre de Ridha Grira, ancien ministre de la Défense. Cette information reprise par l’ensemble des médias nationaux tunisiens n’est pas si anodine que cela. Nous savons tous le rôle central qu’a joué Ridha Grira lors de la révolution du 14 janvier. Quelle est alors la raison de cette arrestation ?

Commençons d’abord par la motivation juridique de ce mandat de dépôt. Les informations publiées mentionnent qu’il a cédé, lorsqu’il a été ministre des Domaines de l’État et des Affaires foncières, un terrain au neveu de Ben Ali à un prix inférieur à celui du marché. Cette histoire est vraie, mais en étudiant les fait de près, il faut rappeler que :

  • la procédure administrative a été suivie à la lettre avec notamment différentes commissions qui ont donné leur aval, motivé par une expertise foncière avant la signature du ministre ;
  • cette cession a été effectuée à la suite d’un accord écrit reçu de la part du président de la République. Or, autant d’après le code de la comptabilité publique que d’après une large jurisprudence, le supérieur hiérarchique prend l’entière responsabilité dans le cas où un subordonné enfreint les procédures en accord avec son supérieur hiérarchique ;
  • pour protéger, dans la mesure du possible, les intérêts de l’administration et de l’État, Ridha Grira a imposé deux conditions au neveu de Ben Ali : 1/ ériger un projet touristique sur le terrain dans un délai maximum de 3 ans. 2/ ne pas céder le terrain avant un délai minimum de 5 ans. Evidemment, l’acheteur n’a pas respecté ces clauses et a vendu le terrain au bout de deux ans après avoir échoué à réaliser un projet viable.

 
Alors que reproche-t-on à Grira ? De ne pas avoir porté plainte contre le neveu de Ben Ali ? Peut-on arrêter quelqu’un avant même qu’il soit jugé par un tribunal alors qu’il y a dans le dossier beaucoup d’éléments qui jouent en sa faveur et qui montrent clairement sa bonne foi ?

Le sentiment d’injustice est aujourd'hui encore plus fort lorsqu’on sait pertinemment que plusieurs personnes corrompues, qui se sont remplies les poches, courent encore dans les rues au vu et au su de tout le monde.

Pour s’en convaincre, il suffit de se pencher sur les affaires foncières - beaucoup plus graves que cette histoire – concernant les ventes de terrain à Mahdi Mlika et Leila Trabelsi, et dans lesquelles personne, autant les bénéficiaires que les hauts fonctionnaires impliqués, n’a jamais été inquiété.

Il y a clairement d’autres motivations derrière cette arrestation d’autant plus que Ridha Grira est connu sur la place pour sa grande intégrité et son engagement depuis son jeune âge dans l’administration tunisienne. Alors quelles sont ces motivations ?

D’abord, Ridha Grira a été hyper médiatisé depuis le 14 janvier pour son rôle joué lors de la révolution. Et pour cause, l’institution militaire qu’il a dirigée jouit d’une excellente image et a joué un rôle très positif dans les événements qui ont conduit au départ de Ben Ali. Grira était le seul à s’opposer au retour au pouvoir de Ben Ali et à ordonner le retour de l’avion présidentiel.

Il a aussi fait arrêter Ali Seriati - excellent moyen pour couper l’herbe sous les pieds de Ben Ali -, connu pour être le bras droit du système sécuritaire du président. C’est sans aucun doute ce qu’il paie aujourd’hui, car Seriati est encore, malheureusement, très influent dans le milieu de la justice et dans les médias. Une influence que son entourage utilise depuis plusieurs semaines pour orchestrer un tapage médiatique visant à se blanchir et à faire accuser Grira d’avoir voulu prendre le pouvoir.

Ridha Grira a été convoqué à plusieurs reprises au cours des dernières semaines par le juge d’instruction. Des convocations qui ont été hyper médiatisées. Qui est derrière cela ? Qui a mis toute cette pression sur la justice ?

Si cette dernière est aujourd’hui complètement indépendante, elle subit néanmoins, en raison du contexte post-Ben Ali, des pressions sociales et médiatiques. Mais la présomption d’innocence doit nous imposer la prudence jusqu’à la tenue éventuelle d'un procès. En espérant que la justice y sera totalement impartiale dans sa décision finale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Un climat des affaires plus clément

Forum-Tribunes Article précédent :
Un Marocain à Tripoli

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex