Extension Factory Builder

Tunisie : Abdelfattah Mourou, le cheikh ambigu

31/08/2011 à 08:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelfattah Mourou appelle à 'ne pas voter pour les ennemis de la religion.' Abdelfattah Mourou appelle à "ne pas voter pour les ennemis de la religion." © AFP

Fondateur, en 1989, avec, entre autres, Rached Ghannouchi et Salah Karker, du Mouvement de la tendance islamique (MTI), devenu parti islamiste d’Ennahda, dont il s’est démarqué depuis les attentats de Bab Souika, en 1991, Abdelfattah Mourou est l’une des figures politiques les plus populaires depuis la révolution du 14 janvier. Portrait d'un cheick tout en ombre et lumière.

S’il a fait, un temps, cavalier seul, Abdelfattah Mourou a provoqué un coup de théâtre en Tunisie, le 26 août, en rejoignant une liste d’indépendants pour les élections de la constituante du 23 octobre aux côtés de Mustapha Filali, Slaheddine Jourchi, Hamouda Ben Slama et Radhouane Masmoudi.

La scission avec Ennahda est-elle consommée ou est-ce une redistribution de cartes pour attirer un électorat que l’extrémisme effraie ? En apparences, Mourou devient leur adversaire en affirmant : « les estimations indiquent que 60% des effectifs quitteraient Ennahda pour rejoindre nos rangs ! » En fait, le candidat Mourou a tout pour plaire à l’électeur; à lui seul, il symbolise un conservatisme modéré et tolérant qui rassure le tunisien. Mourou le sait et en profite pour avancer ses pions.

Personnage haut en couleurs

Ce ténor du barreau de Tunis, toujours vêtu du costume traditionnel tunisois, fait montre d’une faconde et d’une truculente telles qu’il se démarque du discours rébarbatif des politiciens et qu’il est devenu la coqueluche des médias. Pédagogue, il s’adresse à chacun selon le langage qu’il comprend à la manière de Bourguiba qui avait contré les premières montées de l’islamisme en Tunisie.

Maniant avec dextérité et humour aussi bien le dialecte que l’arabe classique, l’essentiel pour Mourou est de s’exprimer quitte à se contredire ou à entretenir une position ambigüe sur des questions clés telles que la compatibilité entre démocratie et islam politique, une éventuelle application de la charia, la séparation entre religion et pouvoir.

Il se présente comme un démocrate convaincu et pourfend ceux qui « s’entêtent à ancrer dans notre pays une approche de la religion importée d’Orient. Il faut séparer religion et politique. Chacun est libre et doit assumer en toute responsabilité ses actions ». Mais il en appelle également à « ne pas voter pour les ennemis de la religion. »

Quelle partition joue le cheikh ?

Insolite dans le nouveau paysage politique tunisien, cet orateur hors pair, s’est construit, à 69 ans, une image d’islamiste modéré mais aussi d’homme politique redoutable connaissant ses dossiers. Imperturbable, même quand on le soupçonnait d’accointances avec Ennahda, le cheikh Mourou, en bon mélomane, sait que les silences sont aussi un temps de la musique politique. Sa formation de juriste, sa connaissance du pays et de ses hommes ainsi que son sens inné de la politique lui donnerait un rôle clé pour l’élaboration de la nouvelle Constitution tunisienne. Cependant le doute persiste, tout ne semble pas avoir été dit ; est-ce uniquement pour la démocratie que court le cheikh Mourou qui affirme ne pas briguer d’autres mandats ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Quand l'émir du Qatar bouscule le protocole tunisien

Lors de sa visite en Tunisie, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, l'émir du Qatar ne s'est pas encombré du protocole.[...]

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Les familles des martyrs de la révolution se mobilisent ce mercredi dans la capitale tunisienne. Objectif : protester contre la sentence rendue en appel, le 11 avril, par le tribunal militaire de Tunis contre[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers