Extension Factory Builder

Tunisie : Abdelfattah Mourou, le cheikh ambigu

31/08/2011 à 08:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelfattah Mourou appelle à 'ne pas voter pour les ennemis de la religion.' Abdelfattah Mourou appelle à "ne pas voter pour les ennemis de la religion." © AFP

Fondateur, en 1989, avec, entre autres, Rached Ghannouchi et Salah Karker, du Mouvement de la tendance islamique (MTI), devenu parti islamiste d’Ennahda, dont il s’est démarqué depuis les attentats de Bab Souika, en 1991, Abdelfattah Mourou est l’une des figures politiques les plus populaires depuis la révolution du 14 janvier. Portrait d'un cheick tout en ombre et lumière.

S’il a fait, un temps, cavalier seul, Abdelfattah Mourou a provoqué un coup de théâtre en Tunisie, le 26 août, en rejoignant une liste d’indépendants pour les élections de la constituante du 23 octobre aux côtés de Mustapha Filali, Slaheddine Jourchi, Hamouda Ben Slama et Radhouane Masmoudi.

La scission avec Ennahda est-elle consommée ou est-ce une redistribution de cartes pour attirer un électorat que l’extrémisme effraie ? En apparences, Mourou devient leur adversaire en affirmant : « les estimations indiquent que 60% des effectifs quitteraient Ennahda pour rejoindre nos rangs ! » En fait, le candidat Mourou a tout pour plaire à l’électeur; à lui seul, il symbolise un conservatisme modéré et tolérant qui rassure le tunisien. Mourou le sait et en profite pour avancer ses pions.

Personnage haut en couleurs

Ce ténor du barreau de Tunis, toujours vêtu du costume traditionnel tunisois, fait montre d’une faconde et d’une truculente telles qu’il se démarque du discours rébarbatif des politiciens et qu’il est devenu la coqueluche des médias. Pédagogue, il s’adresse à chacun selon le langage qu’il comprend à la manière de Bourguiba qui avait contré les premières montées de l’islamisme en Tunisie.

Maniant avec dextérité et humour aussi bien le dialecte que l’arabe classique, l’essentiel pour Mourou est de s’exprimer quitte à se contredire ou à entretenir une position ambigüe sur des questions clés telles que la compatibilité entre démocratie et islam politique, une éventuelle application de la charia, la séparation entre religion et pouvoir.

Il se présente comme un démocrate convaincu et pourfend ceux qui « s’entêtent à ancrer dans notre pays une approche de la religion importée d’Orient. Il faut séparer religion et politique. Chacun est libre et doit assumer en toute responsabilité ses actions ». Mais il en appelle également à « ne pas voter pour les ennemis de la religion. »

Quelle partition joue le cheikh ?

Insolite dans le nouveau paysage politique tunisien, cet orateur hors pair, s’est construit, à 69 ans, une image d’islamiste modéré mais aussi d’homme politique redoutable connaissant ses dossiers. Imperturbable, même quand on le soupçonnait d’accointances avec Ennahda, le cheikh Mourou, en bon mélomane, sait que les silences sont aussi un temps de la musique politique. Sa formation de juriste, sa connaissance du pays et de ses hommes ainsi que son sens inné de la politique lui donnerait un rôle clé pour l’élaboration de la nouvelle Constitution tunisienne. Cependant le doute persiste, tout ne semble pas avoir été dit ; est-ce uniquement pour la démocratie que court le cheikh Mourou qui affirme ne pas briguer d’autres mandats ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers