Extension Factory Builder

Beatrice Bee Arthur, style et métissage à la Dakar Fashion Week

11/07/2011 à 12:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Beatrice Bee Arthur à la Dakar fashion week 2011. Beatrice Bee Arthur à la Dakar fashion week 2011. © AFP

Du 6 au 10 juillet s'est tenue la Dakar Fashion Week, où treize stylistes, en majorité d’Afrique de l’Ouest, sont venus présenter leur collection. Rencontre avec une créatrice russo-ghanéenne dont la double appartenance culturelle fait des étincelles : Beatrice Bee Arthur.

Beatrice Bee Arthur se repère de loin et c’est ce qu’elle veut. Famille et amis lui demandent d’ailleurs si elle n’est pas déprimée quand ses cheveux ne sont pas teints en blond et coiffés en pétard et s’il n’y a pas au moins quelques paillettes sur ses vêtements. Rose flashy aux lèvres, rose sur le ruban qui tient sa chevelure et sur sa ceinture en satin, bleu azur autour des yeux, talons blancs vertigineux... De la couleur pour une créatrice russo-ghanéenne qui ne tient pas en place.

Bee métissée

Âgée de 41 ans, la styliste a vécu entre Odéssa, en Ukraine, et Accra, la capitale du Ghana. Son père, un boursier venu étudier la médecine en Russie, « est non seulement reparti avec un diplôme mais aussi avec une blonde aux yeux bleus », rigole Bee, son nom d'artiste. Résultat, ses créations, sont comme elle, multicolore et multiculturelle.

« Je travaille avec les mêmes tissus que les Ghanéens mais cela plaît aussi aux Russes. Je mélange les cultures, par exemple en cousant des symbolismes ghanéens avec l’alphabet cyrillique ou en cousant les broderies des poupées russes sur du tissu ghanéen », raconte celle qui a habillé, entre autres, l’épouse de Kofi Annan.

Pour la Dakar Fashion Week 2011, elle a apporté des « créations qui brillent car je sais que les Sénégalais aiment ça ». Sur le podium, cela donne une robe avec un dos en wax où sont tamponnées des roses brillantes, une tenue filet où est superposé un dessin arabesque (sa signature) sur la poitrine, une robe longue noire légèrement transparente où l’on devine un tanga pailleté couleur argent.

"Pas une styliste africaine"

Mais Beatrice Bee Arthur donne aussi dans le plus classique, pour sa clientèle aisée qui a besoin de tenue de travail. « Si je ne faisais que des paillettes, je ne vivrais pas de mon métier », précise la styliste, qui fait aussi de la traduction et des apparitions à la télévision ghanéenne, pour l’émission « Today’s women ». Licenciée en espagnol et en sociologie, la créatrice a commencé à dessiner des vêtements lors de ses études en Espagne. À son retour à Accra, elle trouve un travail au ministère du tourisme, mais « l’administration, très conservatrice », ne lui plait pas. Sa priorité sera donc la mode.

Afrique du sud, Cameroun, Burkina-Faso et maintenant Sénégal, Beatrice Bee Arthur, qui rêve de défiler à Moscou, refuse qu’on la qualifie de « styliste africaine ». « Je ne veux pas être invitée seulement parce que je suis africaine et que je suis la caution ethnique, dit-elle. Nous sommes toujours "ghettoisés", les Africains se retrouvent toujours avec les Africains, dans des magazines africains... Je ne supporte pas ça ».

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a façonn[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 février. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces