Extension Factory Builder

"La politisation de la jeunesse marocaine est positive", selon le professeur Menouni

29/03/2011 à 14:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdeltif Menouni préside la Commission consultative de la révision de la Constitution du Maroc. Abdeltif Menouni préside la Commission consultative de la révision de la Constitution du Maroc. © Hassan Ouazzani pour J.A.

En exclusivité pour jeuneafrique.com, le professeur Abdeltif Menouni, chargé par le roi du Maroc Mohammed VI de piloter la réforme de la Constitution annoncée par le discours royal du 9 mars, explique les enjeux de sa mission. Le fruit des travaux de la Commission consultative de révision de la Constitution sera remis au souverain d'ici à la fin juin, et le nouvelle loi fondamentale sera soumise à référendum.

Jeuneafrique.com : Quels sont les enjeux fondamentaux de la réforme constitutionnelle ?

Abdeltif Menouni : Le premier enjeu, c’est l'approfondissement de la démocratisation des institutions. Le mandat qui a été conféré à la Commission [consultative de révision de la Constitution] est relativement large. Il ne s’agit pas seulement d’intervenir dans un certain nombre de domaines qui ont été définis par Mohammed VI, mais également, selon le discours royal du 9 mars, de faire preuve d’audace, de faire preuve d’imagination et d’aborder un certain nombre de questions qui n’ont pas été posées par le roi et sur lesquelles nous pouvons intervenir.

Quels sont les axes qui ont été explicitement déterminés par le roi ?

Il s’agit d’abord de l’identité nationale. À ce sujet le discours royal parle de la constitutionnalisation des revendications de l'Instance Équité et Réconciliation (IER) qui, comme vous le savez, avait évoqué un certain nombre de propositions dans ce sens.

Il est également question d’élaborer un certain nombre de dispositions qui permettent aux conventions internationales sur les droits et libertés d’être intégrées dans le droit interne. Un autre point important, c’est celui de la justice. Le roi s’est prononcé pour un approfondissement de la séparation des pouvoirs, en particulier pour un renforcement de l’autorité judiciaire.

Est-ce que le processus de réforme a déjà commencé ?

Oui, c’est un processus qui est déjà entamé et qui s’approfondit. Il s'agit d'une réforme de la Constitution visant la démocratisation des institutions, mais c'est aussi d’une manière générale une réforme de la gouvernance.

Elle s’accompagne d’un certain nombre de manifestations pacifiques qui sont essentiellement le fait de la jeunesse. Je pense que ce mouvement va à la rencontre du processus royal. Et cette rencontre entre les aspirations d’une partie des jeunes et la volonté royale, c’est la condition de la réussite de notre Commission.

Quels seront vos interlocuteurs dans la jeunesse marocaine ?

Il y a des associations de jeunesse qui existent depuis longtemps. Mais nous tenons aussi à aller vers les jeunes qui manifestent pacifiquement, qui forment des associations. Nous sommes en train de les identifier. On va évidemment écouter leur point de vue, c’est très important.

Il y a actuellement un mouvement de politisation de la jeunesse marocaine. Nous estimons pour notre part que ce mouvement est positif, tant qu’il est pacifique. Il ne peut que nous encourager à aller de l’avant. Nous allons écouter le mouvement du 20 février, et d’autres mouvements s'il y en a.

Êtes-vous ouvert à toute personne désireuse de contribuer au débat démocratique ?

C’est une question de principe. Nous devons prendre contact avec eux. Qu’on sache véritablement quelle est leur position. Il n’y a aucune raison pour qu’ils soient exclus des débats, bien au contraire.
__

Propos recueillis à Rabat par Nicolas Marmié.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

À l'occasion de la visite du roi du Maroc au Sénégal, les gouvernements sénégalais et marocain ont signé jeudi, à Dakar, treize accords dans divers domaines, dont les douanes,[...]

Maroc : décès du général Abdelaziz Bennani, ancien numéro 2 de l'armée

L'ancien inspecteur des Forces armées royales, hospitalisé depuis plusieurs mois, est décédé mercredi 20 mai à Rabat. Parcours d'un acteur-clé de l'histoire militaire du royaume.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers