Extension Factory Builder

M. Perewei, leader de l'AMC : "Nous n'avons pas peur des balles camerounaises"

11/02/2011 à 10:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Combattants de l'Africa Marine Commando. Combattants de l'Africa Marine Commando. © D.R

Des négociations sont en cours entre les autorités camerounaises et les combattants nigérians de l’Africa Marine Commando, qui détiennent 12 Camerounais (dont le sous-préfet de Kombo Abedimo, Edward Ayuk Takor, et le maire d’Akwa, Patrick Aboko), enlevés lundi 7 février dans la péninsule de Bakassi. Les ravisseurs, qui menacent de tuer leurs otages, exigent le versement de 50 millions de Francs CFA immédiatement et la libération de quelque 30 des leurs, détenus dans les prisons camerounaises.

Le leader du commando, M. Perewei, alias Three Lion, alias Shut Aside, a accepté de s'expliquer pour Jeune Afrique. Pourquoi a-t-il agi, le 7 février dernier, que réclame-t-il, jusqu'où est-il prêt à aller ? Interview d'un pirate qui partage sa vie entre entre l’AMC et le Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger (Mend).

______________________

Jeuneafrique.com : qui sont les combattants de l'Africa Marine Commando ?

M. Perewei : Nous sommes des gens respectables (quelque 300, NDLR), qui luttons pour le respect de nos droits par le gouvernement du Cameroun. Le Nigeria et le Cameroun ont signé des accords incluant un certain nombre de droits pour les populations nigérianes de Bakassi, des pêcheurs pour la plupart. Loin de les respecter, l’armée camerounaise viole leur domicile et procède à des arrestations arbitraires de citoyens, soupçonnés d’être des pirates. Les vrais pirates, elle ne les interpelle pas. Nous avions promis de sévir. Nous sommes passés à l’acte et entendons nous battre jusqu’à ce que ce gouvernement accède à toutes nos revendications.

Quelle idéologie politique défendez-vous ?

Le Nigeria a cédé Bakassi au Cameroun ; nous n’y voyons aucune objection. En revanche, nous demandons à ce dernier de cesser de nous tuer. Mais notre combat va au-delà de Bakassi, puisque nous luttons pour les intérêts de tout le Delta du Niger. Depuis 2010, nous réclamons en vain la libération de tous nos frères détenus dans les prisons de Buea et de New-Bell, à Douala. Pire, les sociétés pétrolières qui exploitent notre pétrole utilisent les militaires camerounais pour nous éliminer : pendant nos parties de pêche en mer, nous sommes pris pour cibles par la Marine, qui nous assimile à des pirates.

Comme nous ne pouvons plus exercer d’activité, au risque de nous faire tuer, chaque société pétrolière présente à Bakassi doit nous verser une prime de 100 millions de Francs CFA annuels. A défaut, elles ne pourront plus fonctionner. Dans l’immédiat, pour la libération des otages capturés lundi dernier à l’aube, nous réclamons 50 millions de francs CFA.

Jusqu'où êtes-vous prêts à aller ? Il y a déjà eu des morts…

Et nous tuerons encore s’il le faut. Tant que nos revendications ne seront pas satisfaites par les autorités camerounaises, nous continuerons d’attaquer, de jour comme de nuit. Souvenez-vous de Bengmond, le 9 juin 2008 : cinq morts, dont le sous-préfet Fonya Felix Morfran (son remplaçant fait partie des otages, NDLR), le chef d’état-major du poste de commandement d’Akwa, le commandant Charles Mongou et le commandant de la brigade de gendarmerie d’Akwa, l’adjudant Joseph Basolog.

N’oubliez pas non plus l’attaque de Bamuso, le 29 mars 2010 à 3 heures du matin (12 armes de guerre avaient été volées dans une brigade de gendarmerie par des hommes armés venus de la mer, NDLR). Pourquoi le Cameroun refuse-t-il de nous écouter ? Nous pouvons affronter les militaires camerounais. Plusieurs d’entre nous connaissent le pays. Nous entrons et nous sortons de Limbe sans être inquiétés : nous sommes donc en mesure de frapper où et quand bon nous semble. Et nous n’avons pas peur des balles des militaires du Cameroun ou d'ailleurs…

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : les 'embrouilles' judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Cameroun : les "embrouilles" judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Hélène Nathalie Koah, l'ex-petite amie de Samuel Eto'o, accuse ce dernier d'avoir publié des photos d'elle dénudée sur le web. Le footballeur camerounais avait déjà porté pla[...]

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers