Extension Factory Builder

M. Perewei, leader de l'AMC : "Nous n'avons pas peur des balles camerounaises"

11/02/2011 à 10:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Combattants de l'Africa Marine Commando. Combattants de l'Africa Marine Commando. © D.R

Des négociations sont en cours entre les autorités camerounaises et les combattants nigérians de l’Africa Marine Commando, qui détiennent 12 Camerounais (dont le sous-préfet de Kombo Abedimo, Edward Ayuk Takor, et le maire d’Akwa, Patrick Aboko), enlevés lundi 7 février dans la péninsule de Bakassi. Les ravisseurs, qui menacent de tuer leurs otages, exigent le versement de 50 millions de Francs CFA immédiatement et la libération de quelque 30 des leurs, détenus dans les prisons camerounaises.

Le leader du commando, M. Perewei, alias Three Lion, alias Shut Aside, a accepté de s'expliquer pour Jeune Afrique. Pourquoi a-t-il agi, le 7 février dernier, que réclame-t-il, jusqu'où est-il prêt à aller ? Interview d'un pirate qui partage sa vie entre entre l’AMC et le Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger (Mend).

______________________

Jeuneafrique.com : qui sont les combattants de l'Africa Marine Commando ?

M. Perewei : Nous sommes des gens respectables (quelque 300, NDLR), qui luttons pour le respect de nos droits par le gouvernement du Cameroun. Le Nigeria et le Cameroun ont signé des accords incluant un certain nombre de droits pour les populations nigérianes de Bakassi, des pêcheurs pour la plupart. Loin de les respecter, l’armée camerounaise viole leur domicile et procède à des arrestations arbitraires de citoyens, soupçonnés d’être des pirates. Les vrais pirates, elle ne les interpelle pas. Nous avions promis de sévir. Nous sommes passés à l’acte et entendons nous battre jusqu’à ce que ce gouvernement accède à toutes nos revendications.

Quelle idéologie politique défendez-vous ?

Le Nigeria a cédé Bakassi au Cameroun ; nous n’y voyons aucune objection. En revanche, nous demandons à ce dernier de cesser de nous tuer. Mais notre combat va au-delà de Bakassi, puisque nous luttons pour les intérêts de tout le Delta du Niger. Depuis 2010, nous réclamons en vain la libération de tous nos frères détenus dans les prisons de Buea et de New-Bell, à Douala. Pire, les sociétés pétrolières qui exploitent notre pétrole utilisent les militaires camerounais pour nous éliminer : pendant nos parties de pêche en mer, nous sommes pris pour cibles par la Marine, qui nous assimile à des pirates.

Comme nous ne pouvons plus exercer d’activité, au risque de nous faire tuer, chaque société pétrolière présente à Bakassi doit nous verser une prime de 100 millions de Francs CFA annuels. A défaut, elles ne pourront plus fonctionner. Dans l’immédiat, pour la libération des otages capturés lundi dernier à l’aube, nous réclamons 50 millions de francs CFA.

Jusqu'où êtes-vous prêts à aller ? Il y a déjà eu des morts…

Et nous tuerons encore s’il le faut. Tant que nos revendications ne seront pas satisfaites par les autorités camerounaises, nous continuerons d’attaquer, de jour comme de nuit. Souvenez-vous de Bengmond, le 9 juin 2008 : cinq morts, dont le sous-préfet Fonya Felix Morfran (son remplaçant fait partie des otages, NDLR), le chef d’état-major du poste de commandement d’Akwa, le commandant Charles Mongou et le commandant de la brigade de gendarmerie d’Akwa, l’adjudant Joseph Basolog.

N’oubliez pas non plus l’attaque de Bamuso, le 29 mars 2010 à 3 heures du matin (12 armes de guerre avaient été volées dans une brigade de gendarmerie par des hommes armés venus de la mer, NDLR). Pourquoi le Cameroun refuse-t-il de nous écouter ? Nous pouvons affronter les militaires camerounais. Plusieurs d’entre nous connaissent le pays. Nous entrons et nous sortons de Limbe sans être inquiétés : nous sommes donc en mesure de frapper où et quand bon nous semble. Et nous n’avons pas peur des balles des militaires du Cameroun ou d'ailleurs…

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun - Me Bertrand : 'On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé' en Algérie

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du te[...]

Cameroun : Martin Chungong, l'apôtre des Parlements du monde

Ce Camerounais est le premier Africain à diriger, à Genève, l'Union interparlementaire, vénérable institution créée en 1889.[...]

Investissements : le Cameroun lance un plan d'urgence avec l'appui du secteur bancaire

 Deutsch Bank, BGFI, Ecobank, Banque Atlantique et Standard Chartered Bank vont contribuer à hauteur de plus de 630 milliards F CFA au plan d'urgence triennal de 925 milliards de F CFA validé le 09[...]

CAN 2015 : les dix buteurs africains qui affolent les compteurs

Des valeurs sûres, des révélations et des come-back inespérés… Alors que la fin de l’année approche, certains joueurs africains squattent le haut du classement des buteurs des[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Préparation à la CAN 2015 : Ghana, Mali, Côte d'Ivoire... tous à Abou Dhabi !

Alors que le tirage au sort de la phase finale de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) a eu lieu le 3 décembre au soir à Malabo (Guinée Équatoriale), les seize qualifiés ont pour la[...]

Otages : les dessous d'une libération... et d'un coup de pub de la présidence camerounaise

La libération du prêtre polonais Mateusz Dziedzic et d'une trentaine d'autres otages centrafricains et camerounais fin novembre a fait couler beaucoup d'encre. La présidence y est elle aussi allé[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Cameroun : Amadou Ali - Cavaye Yéguié Djibril, l'autre guerre du Nord

Tous deux originaires du nord du Cameroun, le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril, et vice-Premier ministre Amadou Ali se livrent une âpre bataille pour la succession[...]

La drôle de guerre du Cameroun contre Boko Haram

C'est un conflit bâtard, contre un ennemi qui se joue des frontières et qui a fait de l'Extrême-Nord sa base arrière. Personne ne sait même quand il a commencé. L'État[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers