Extension Factory Builder

Présidentielle : Marie-Reine Hassen, une femme contre Bozizé

18/11/2010 à 16:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marie-Reine Hassen a été trois fois ministre déléguée en Centrafrique. Marie-Reine Hassen a été trois fois ministre déléguée en Centrafrique. © D.R.

L’ancienne ministre déléguée Marie-Reine Hassen veut succéder à François Bozizé lors de la prochaine présidentielle. L’ex-épouse de Jean-Bedel Bokassa a-t-elle ses chances ? Certains lui prédisent une cuisante défaite, si du moins elle est autorisée à concourir.

Pour certains Centrafricains, son nom n’évoque rien. Pourtant, Marie-Reine Hassen a été première dame, indique Dark Age, The Political Odyssey of Emperor Bokassa (de Brian Titley, Mc Gill – Queen’s University Press, 272 pages, 7 euros). Interrogée par jeuneafrique.com, Marie-Reine, qui brigue la magistrature suprême, raconte. Retour en 1974.

Pour la protéger du futur empereur, sa mère, institutrice, tente de fuir au Cameroun avec ses enfants. Arrêtés, ils sont enfermés dans les geôles tristement réputées de Ngaragba. Deux années plus tard, en 1976, âgée de 13 ans, la jeune Franco-Centrafricaine sort, amaigrie, pour être mariée au « dictateur mégalomane », qui peu après libérera les siens.

« Il aurait pu me brutaliser dès le départ. Cela aurait été un moyen de plus pour se venger de mon père (ancien conseiller français du président David Dacko en fuite, NDLR). Il ne l’a pas fait. Par la suite, il m’a traitée avec beaucoup d’égards. »

Féminiser le développement économique

Il n’empêche. Elle veut recouvrer la liberté et simule la folie. Son mari s’en sépare au bout de deux ans et, avant son départ pour la France, elle garde en mémoire la « prospérité et la stabilité » de son pays. Un « âge d’or » qu’elle espère ressusciter en devenant la deuxième présidente d’un État africain. Après la Libérienne Ellen Johnson-Sirleaf.

Mais ulcérée par le « jeu » autour de la date limite de dépôt des candidatures et le manque de « transparence » dans le processus électoral, Marie-Reine Hassen « refuse de déposer [son] dossier tant que les autorités ne font pas un effort pour assurer la sécurité, un bon recensement, une commission électorale fiable… ».

Quel programme propose la deuxième candidate à la présidentielle centrafricaine, après Jeanne-Marie Ruth-Rolland, en 1993 ? Elle promet la sécurité, l’eau, la nourriture, l’éducation, l’électricité, la santé et la justice. Nécessaire, mais rien de vraiment révolutionnaire. En revanche, l’économiste formée en France et aux États-Unis pourrait se démarquer avec son projet de féminiser le développement économique…

L’élégante métisse de 46 ans a-t-elle réellement ses chances ? « C’est une femme très brave, très adroite et qui peut faire beaucoup de choses. Le problème, c’est qu’elle n’a pas de pouvoir financier et qu’elle n’est pas très connue », souligne une grande avocate centrafricaine, qui votera pour Marie-Reine Hassen même si elle pense « qu’elle ne va pas passer ».

Durs auspices

Pas évident de s’imposer face au chef de l’État sortant François Bozizé et à tous ces « ex » : Ange-Félix Patassé (ancien président), Martin Ziguélé (Premier ministre de 2001 à 2003), Eloi Anguimaté (ancien ministre). Celle qui se veut rassembleuse a tout de même été diplomate et ambassadeur itinérant au Sénégal, de 2003 à 2006, avant d’occuper trois postes de ministre déléguée : aux Affaires étrangères, puis à l’Économie et enfin à la Présidence.

Elle démissionne en octobre 2009, concluant « que le pays est entre de très mauvaises mains et que sa situation est catastrophique ». Le ras-le-bol, aussi, des vexations, des conditions de travail exécrables… et de l’inaction des autorités après une « tentative d’assassinat » perpetrée contre elle en juin 2009.

« Tentative d’assassinat ? s’interroge, incrédule, Alain-Bertrand Kogalama, responsable du journal Nouvelle Vision. C'est plutôt un braquage. Les gens ne blaguent pas avec les armes ici. Si c’est pour tuer, ils tuent. Mais si ce n’est pas pour tuer, ils ne tuent pas… »

Reste qu'après l'attaque, la divorcée mère de trois enfants – sportive, guitariste et chanteuse à ses heures perdues – s’est exilée en France. D’où elle a appris qu’en mai une « dizaine de militaires » avait forcé sa résidence à Bangui. « Incurable optimiste », elle compte toujours battre campagne au pays si sa candidature est retenue. Mais sous protection de la Force multinationale en Centrafrique.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Dilma Rousseff

Portrait précédent :
Aung San Suu Kyi, la Mandela de Rangoon

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars

Centrafrique : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars

En mars, le président angolais José Eduardo dos Santos avait octroyé un don de 10 millions de dollars à son homologue centrafricaine Catherine Samba-Panza afin de renflouer son pays en fail[...]

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de[...]

Centrafrique : des militaires tchadiens pour la sécurité de Catherine Samba-Panza ?

La présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, souhaiterait que sa sécurité soit assurée par un contingent de militaires tchadiens.[...]

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Elle contrôle encore plus de la moitié du territoire, mais jamais l'ancienne rébellion Séléka n'a été aussi divisée. Ses chefs historiques, Michel Djotodia et Noureddine[...]

Centrafrique : la communauté internationale promet son aide mais veut des avancées

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza est venue s'assurer vendredi à l'ONU du soutien de la communauté internationale, qui laisse percer quelques signes d'impatience face à la[...]

Centrafrique : la Séléka et les anti-balaka dans le viseur de la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi son intention d'ouvrir une deuxième enquête sur les crimes commis en Centrafrique depuis août 2012.[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

Centrafrique : le pape demande que la violence cède le pas au dialogue

Le pape François a demandé dimanche que "la violence cède le pas au dialogue" en Centrafrique afin de protéger les populations civiles, à la veille du déploiement de la mission[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers