Extension Factory Builder
02/04/2010 à 18:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hayatou et la bêtise humaine Hayatou et la bêtise humaine

Trois mois après la tragique attaque du bus togolais qui a coûté la vie à deux membres de la délégation dans l’enclave de Cabinda, Issa Hayatou a enfin rompu le silence dans une interview au quotidien français Le Figaro parue le 1er avril.

À sa manière, la morgue n’étant pas la moindre de ses caractéristiques, avec un aplomb à la limite de la décence et la froideur d’un tueur à gages, le président de la Confédération africaine de football (CAF) persiste et signe : « Les Togolais sont venus par la route, sans prévenir. Le règlement leur donnait l’obligation de venir par avion. Nous leur avons fourni trente billets pour cela. » Mensonge ! Car si les Togolais n’avaient pas prévenu les organisateurs, comment expliquer qu’une escorte militaire les ait accompagnés tout au long du trajet ? Quant à la précision sur les billets fournis, elle est d’une rare élégance !

Comme si cela ne suffisait pas, Hayatou enchaîne : « Nous ne pouvons pas gérer la CAF sur des bases émotionnelles. […] Trois matchs ont sauté avec le retrait du Togo. Nous avons des sponsors et des télévisions qui ont signé des contrats pour un certain nombre de rencontres. » Business is business… Et de poursuivre : « C’est le comité exécutif de la CAF qui a pris cette décision [de sanctionner le Togo, NDLR]. Et elle est juste. Ce n’est pas la première fois qu’il y a des morts dans une compétition internationale… » Se souvient-il seulement que, dans un bref élan de compassion, il avait promis aux Togolais qu’il n’y aurait pas de sanctions à leur encontre ? Autre mensonge et belle leçon de cynisme, sa passe d’armes avec le chef de l’État togolais. Dans une interview à J.A., Faure Gnassingbé livrait son sentiment sur l’affaire : « M. Hayatou fait fausse route. La victime, c’est le Togo […]. Et puis il y a eu le ton, inutilement provocateur, de M. Hayatou, qui n’a même pas jugé utile d’envoyer une délégation aux obsèques des victimes. » Réponse de l’intéressé, toujours aussi élégante : « La CAF a envoyé [au président togolais, NDLR] une lettre de condoléances, et nos représentants se sont rendus auprès de la délégation togolaise pour en faire de même. Alors qu’il ne dise pas le contraire ! » Bel effort, en effet…

On aurait pu penser que, avec le recul, Hayatou aurait compris que la gestion de ce drame par la CAF avait été désastreuse. Après avoir dit tout et son contraire, fait « respecter » une minute de silence d’une durée de… dix-huit secondes lors du match d’ouverture de la CAN, déclaré « qu’il y a eu des petits incidents qui arrivent partout ailleurs », sanctionné une équipe endeuillée (une première dans l’histoire du sport), Hayatou a donc choisi de confirmer le mot d’Einstein : « Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine. » Seul éclair de lucidité au cours de cette interview : l’androïde du football africain annonce qu’il ne briguera pas la présidence de la Fifa en 2011. Heureusement que le ridicule, lui, ne tue pas…
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
No future 


Editorial précédent :
Merci Maurice

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers