Extension Factory Builder
02/04/2010 à 18:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hayatou et la bêtise humaine Hayatou et la bêtise humaine

Trois mois après la tragique attaque du bus togolais qui a coûté la vie à deux membres de la délégation dans l’enclave de Cabinda, Issa Hayatou a enfin rompu le silence dans une interview au quotidien français Le Figaro parue le 1er avril.

À sa manière, la morgue n’étant pas la moindre de ses caractéristiques, avec un aplomb à la limite de la décence et la froideur d’un tueur à gages, le président de la Confédération africaine de football (CAF) persiste et signe : « Les Togolais sont venus par la route, sans prévenir. Le règlement leur donnait l’obligation de venir par avion. Nous leur avons fourni trente billets pour cela. » Mensonge ! Car si les Togolais n’avaient pas prévenu les organisateurs, comment expliquer qu’une escorte militaire les ait accompagnés tout au long du trajet ? Quant à la précision sur les billets fournis, elle est d’une rare élégance !

Comme si cela ne suffisait pas, Hayatou enchaîne : « Nous ne pouvons pas gérer la CAF sur des bases émotionnelles. […] Trois matchs ont sauté avec le retrait du Togo. Nous avons des sponsors et des télévisions qui ont signé des contrats pour un certain nombre de rencontres. » Business is business… Et de poursuivre : « C’est le comité exécutif de la CAF qui a pris cette décision [de sanctionner le Togo, NDLR]. Et elle est juste. Ce n’est pas la première fois qu’il y a des morts dans une compétition internationale… » Se souvient-il seulement que, dans un bref élan de compassion, il avait promis aux Togolais qu’il n’y aurait pas de sanctions à leur encontre ? Autre mensonge et belle leçon de cynisme, sa passe d’armes avec le chef de l’État togolais. Dans une interview à J.A., Faure Gnassingbé livrait son sentiment sur l’affaire : « M. Hayatou fait fausse route. La victime, c’est le Togo […]. Et puis il y a eu le ton, inutilement provocateur, de M. Hayatou, qui n’a même pas jugé utile d’envoyer une délégation aux obsèques des victimes. » Réponse de l’intéressé, toujours aussi élégante : « La CAF a envoyé [au président togolais, NDLR] une lettre de condoléances, et nos représentants se sont rendus auprès de la délégation togolaise pour en faire de même. Alors qu’il ne dise pas le contraire ! » Bel effort, en effet…

On aurait pu penser que, avec le recul, Hayatou aurait compris que la gestion de ce drame par la CAF avait été désastreuse. Après avoir dit tout et son contraire, fait « respecter » une minute de silence d’une durée de… dix-huit secondes lors du match d’ouverture de la CAN, déclaré « qu’il y a eu des petits incidents qui arrivent partout ailleurs », sanctionné une équipe endeuillée (une première dans l’histoire du sport), Hayatou a donc choisi de confirmer le mot d’Einstein : « Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine. » Seul éclair de lucidité au cours de cette interview : l’androïde du football africain annonce qu’il ne briguera pas la présidence de la Fifa en 2011. Heureusement que le ridicule, lui, ne tue pas…
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
No future 


Editorial précédent :
Merci Maurice

Réagir à cet article

Continental

Le propos raciste qui fait du bien

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces