Extension Factory Builder

Joseph-Antoine Bell : "Une forme de fatalisme"

05/02/2010 à 11:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Joseph-Antoine Bell estime estime que le continent est 'gagné par une forme de fatalisme' Joseph-Antoine Bell estime estime que le continent est "gagné par une forme de fatalisme" © AFP

Joseph-Antoine Bell, l’ancien gardien de but du Cameroun dresse un bilan sans concession de la CAN 2010. Inquiet pour l’image de l’Afrique, il n’oublie pas de fustiger l’attitude de la CAF et d’Issa Hayatou, son président.

Joseph-Antoine Bell, la CAN angolaise laisse un goût amer. Et on pense surtout au  drame vécu par le Togo à Cabinda le 8 janvier dernier…
Ce jour-là, les Togolais ont été victimes d’un véritable acte de guerre. Je me souviens de la première réaction de la Confédération Africaine de Football (CAF), qui avait reproché aux togolais d’être venus en bus, alors qu’elle aurait du exprimer son émotion, sa compassion… C’était incroyable… Ce n’est que le lendemain de l’attaque que la CAF a enfin décidé d’apporter son soutien à la délégation togolaise. Par contre, des officiels de la CAF passaient le soir du drame des coups de fil à leurs enfants aux Etats-Unis ou en France pour savoir si tout allait bien parce que dans ces pays, à l’époque, il neigeait beaucoup…  


Et trois semaines plus tard, les Togolais, finalement forfait sur ordre de Lomé apprenaient qu’ils étaient exclus des deux prochaines CAN. Finalement, avez-vous été surpris ?
Cette suspension est proprement scandaleuse ! En prenant cette décision, la CAF a agit comme s’il ne s’était rien passé. Deux membres de la délégation togolaise sont morts, d’autres ont été blessés, le traumatisme est énorme et pourtant, la CAF se réfugie derrière son règlement pour sanctionner le Togo. La gestion de cette affaire est scandaleuse de bout en bout. La minute de silence le jour du match d’ouverture Angola-Mali (4-4) a duré à peine vingt secondes.  Déjà, en prévoyant des matches dans une région réputée dangereuse, le comité d’organisation angolais savait qu’il prenait un risque.


Il se raconte que le président de la CAF ne souhaitait pas exclure le Togo pour les deux prochaines éditions, mais qu’il se serait plié à la volonté de ses troupes…
Hayatou a pris cette décision seul !


La CAF s’appuie sur cet article 78 qui condamne l’injonction du politique dans le sportif. Or, c’est le gouvernement togolais qui a exigé le forfait des Eperviers…
Oui, mais il était normal que le gouvernement de ce pays intervienne.  On parle beaucoup d’ingérence du pouvoir politique dans les affaires du football africain, mais avez-vous entendu beaucoup de protestations de gouvernements, de fédérations et même de grands joueurs africains pour condamner cette suspension ? L’image de l’Afrique n’est pas bonne.


D’accord, mais la CAF n’est pas responsable de tout…
Elle n’est en effet pas responsable de tout, et il faut élargir les responsabilités. Mais l’image de l’Afrique est mauvaise et la CAF n’y est pas étrangère avec ce qui s’est passé en Angola. Il y a eu le drame togolais, mais également tous les ratés de l’organisation sur l’état des pelouses, les transports, les télécommunications, etc… Et pourtant,  entendez-vous des réactions pour s’inquiéter de l’image renvoyée par l’Afrique ? Non, car le continent est gagné par une forme de fatalisme. Ce qui est arrivé aux togolais, beaucoup considèrent que ce n’est pas si grave…


La démission d’Issa Hayatou est souhaitée par de nombreux observateurs. Imaginez-vous qu’une telle issue soit envisageable ?

Dans un tel cas de figure, il y a deux possibilités : soit le président démissionne, soit il est démissionné.  Je ne crois pas à la première hypothèse. Hayatou ne va pas reconnaître ses erreurs ni se remettre en cause, il va voir des ennemis partout, et ses proches vont le soutenir. Et pour être franc, je doute qu’il soit démissionné… Hayatou décide de tout, et il vient ensuite critiquer les fédérations, qui sont souvent dirigées par des gens qui ne comprennent rien à rien, de ne pas avoir d’idées. La CAF appartient aux fédérations, mais celles-ci ont laissé le pouvoir à Hayatou. Il est responsable de beaucoup de choses, mais les fédérations le sont aussi…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget aliment[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers