Extension Factory Builder

Sida : "La conspiration du silence a été brisée"

04/09/2009 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sida : 'La conspiration du silence a été brisée' Sida : "La conspiration du silence a été brisée"

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’Onusida, le programme commun des Nations unies sur le VIH/sida.

Jeune afrique : Plusieurs responsables d’organisations de lutte contre le sida, comme Michel Kazatchkine, président du Fonds mondial, craignent que les bailleurs ne poursuivent pas l’effort financier engagé ces dernières années. Partagez-vous cette inquiétude?

Michel Sidibé : Oui, tout à fait. Près de 14 milliards de dollars ont été mobilisés contre le sida l’an dernier. C’était un montant record et pourtant ce n’est toujours pas suffisant en raison du nombre croissant de personnes infectées. Nous estimons que près de 25 milliards de dollars par an sont nécessaires aux pays à revenus faibles et intermédiaires pour permettre l’accès universel aux soins.

Demander une telle somme peut paraître osé dans le contexte actuel de crise économique, mais un tel niveau d’investissement permettra de modifier considérablement le cours de l’épidémie de sida. L’objectif est d’abaisser le nombre des nouvelles infections à 1,3 million en 2010, contre 2,7 millions en 2007. Et nous pourrions aussi, dans la même période, pratiquement doubler le nombre de personnes bénéficiant d’un traitement, qui s’élève à 4 millions aujourd’hui. Les investissements commencent à porter leurs fruits: il convient donc de les accroître et non de les réduire.

Quel bilan dressez-vous de l’action de l’Onusida, créé en 1995?

Depuis une dizaine d’années, les résultats sont spectaculaires. La conspiration du silence a été brisée et la lutte contre le VIH/sida est devenue une véritable question politique. L’Onusida a su créer un mouvement de société autour de la maladie. Il a aussi produit des données épidémiologiques fiables et a mobilisé des ressources très importantes. En 2001, lorsque je suis rentré à l’Onusida en tant que directeur exécutif adjoint, les montants mobilisés pour financer nos programmes étaient de 350 millions de dollars, contre 14 milliards de dollars en 2008!

Vous avez été nommé le 1er décembre 2008 à la tête de l’Onusida. Quel sens donnez-vous à cette nomination?

Pour chaque personne soignée pour le VIH/sida sur le continent, on compte trois nouvelles infections… Il faut donc en priorité accentuer la prévention et il est pour cela très important d’avoir une vision très fine des dynamiques sociales qui rentrent en jeu. De plus, en tant qu’Africain, j’espère avoir plus de crédit pour fédérer les responsables politiques autour d’un projet commun. Et les acteurs de terrain attendent énormément de ma nomination: je suis soumis à une forte pression, mais c’est aussi une grande opportunité.

Quelle est votre stratégie pour l’Afrique?

Les résultats que nous avons déjà obtenus sont encourageants, mais restreints à des projets précis et éparpillés. L’Afrique concentre toujours 68 % des infections et 75 % des décès mondiaux (1,2 million par an). En outre, le problème des résistances aux premières molécules antirétrovirales se pose de manière aiguë, le continent n’ayant pas les moyens d’accéder aux coûteux traitements de seconde génération. Nous devons ouvrir un grand débat au niveau continental pour trouver les moyens de faire baisser les prix des traitements.

Par ailleurs, il faut envisager la lutte contre le virus comme une vraie opportunité de renforcer nos systèmes de santé.

Comment cela peut-il se traduire concrètement?

Nous devons d’abord établir un rapport conjoint Onusida/Union africaine faisant l’état des lieux de la maladie, et encourager l’accès universel aux soins en instituant une réelle obligation de résultats. L’argent de la lutte contre le sida doit être utilisé de manière plus efficace, en renforçant notamment la synergie entre les gouvernements et les acteurs de terrain, mais aussi en intégrant la lutte contre le sida à celle contre la tuberculose. La stratégie que nous mettons en œuvre est triangulaire: renforcer la prévention en insistant sur le lien mère-enfant; lutter contre les violences faites aux femmes et faire en sorte que les lois ne soient plus discriminantes envers les minorités, comme les drogués, les prostituées et les homosexuels.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Continental

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex